Georg Trakl : Eté / Sommer

Au soir se tait la plainte
Du coucou dans les bois.
Le blé plus bas s’incline,
Le pavot rouge.

L’orage noir menace
Sur la colline ;
Le chant vieux du grillon
Meurt dans le champ.

Plus ne bougent les feuilles
Du châtaignier ;
Sur l’escalier à vis
Ta robe bruit.

Calme, la bougie luit
En chambre sombre ;
Une main argentée
L’a étouffée.

Nuit sans vent, sans étoile.

***

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

Am Abend schweigt die Klage
Des Kuckucks im Wald.
Tiefer neigt sich das Korn,
Der rote Mohn.

Schwarzes Gewitter droht
Über dem Hügel.
Das alte Lied der Grille
Erstirbt im Feld.

Nimmer regt sich das Laub
Der Kastanie.
Auf der Wendeltreppe
Rauscht dein Kleid.

Stille leuchtet die Kerze
Im dunklen Zimmer;
Eine silberne Hand
Löschte sie aus;

Windstille, sternlose Nacht.

(in Sebastian im Traum)

Une autre traduction, due à Guillevic, est à lire ici, sur le site de Poezibao.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :