Georg Trakl : Paysage / Landschaft

Soir de septembre ; tristes retentissent les appels sombres des bergers
Parmi le village crépusculaire ; du feu crachote dans la forge.
Puissant se cabre un cheval noir ; les boucles d’hyacinthe de la fille
Cherchent à crocher l’ardeur de ses pourpres naseaux.
Doucement se fige à l’orée du bois le cri de la biche
Et les fleurs jaunes de l’automne
S’inclinent sans bruit sur la face bleue de l’étang.
En rouge flamme un arbre a brûlé ; volettent avec sombres visages les chauves-souris.

____________________________________________________________
Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Septemberabend; traurig tönen die dunklen Rufe der Hirten
Durch das dämmernde Dorf; Feuer sprüht in der Schmiede.
Gewaltig bäumt sich ein schwarzes Pferd; die hyazinthenen Locken der Magd.
Haschen nach der Inbrunst seiner purpurnen Nüstern.
Leise erstarrt am Saum des Waldes der Schrei der Hirschkuh
Und die gelben Blumen des Herbstes
Neigen sich sprachlos über das blaue Antlitz des Teichs.
In roter Flamme verbrannte ein Baum; aufflattern mit dunklen Gesichtern die Fledermäuse.

(in Sebastian im Traum)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :