Rainer Maria Rilke (1875-1926) : Ce que les femmes chantent au poète / Gesang der Frauen an den Dichter

La Lecture (Henri Fantin-Latour, 1877)


Vois comme tout s’ouvre : ainsi sommes-nous
‒ Nous ne sommes rien que félicité.
Ce qui dans la bête était sang et ombre,
A poussé chez nous en âme et le cri

D’âme va plus loin. Cela crie vers toi,
Qui ne le saisis que dans ton visage,
Doucement, sans faim, comme un paysage.
Aussi pensons-nous que ce n’est pas toi

Vers qui cela crie. Mais n’es-tu pas l’homme
En qui pleinement nous pourrions nous perdre ?
Devenons-nous plus en quiconque d’autre ?

Ce qui n’a de fin s’écoule avec nous.
Toi, la bouche, sois : nous pourrons l’entendre.
Toi, toi qui de nous parles, oui, toi : sois.


Sieh, wie sich alles auftut: so sind wir;
denn wir sind nichts als solche Seligkeit.
Was Blut und Dunkel war in einem Tier,
das wuchs in uns zur Seele an und schreit

als Seele weiter. Und es schreit nach dir.
Du freilich nimmst es nur in dein Gesicht
als sei es Landschaft: sanft und ohne Gier.
Und darum meinen wir, du bist es nicht,

nach dem es schreit. Und doch, bist du nicht der,
an den wir uns ganz ohne Rest verlören?
Und werden wir in irgend einem mehr?

Mit uns geht das Unendliche vorbei.
Du aber sei, du Mund, daß wir es hören,
du aber, du Uns-Sagender: du sei.

(in Neue Gedichte, 1907)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :