Rainer Maria Rilke (1875-1926) : Artémis crétoise / Kretische Artemis

artemis-musee-du-louvre


Brise des contreforts : ne semblait-il point, son
Front, être quelque objet reflétant la lumière ?
Est-ce toi, lisse évent des souples animaux,
Toi qui la modelas, formant

Son vêtement sur sa poitrine inconsciente
Comme une intuition sujette aux changements ?
Tandis qu’elle, semblant connaître toutes choses,
Parcourant les confins, distante et retroussée,

Allait, tempétueuse, avec nymphes et chiens,
‒ Qu’elle testait son arc, qu’elle s’enveloppait
Dans sa ceinture dure et haute ;

Quelquefois seulement, dans de lointains écarts
Invoquée : s’avouant, en colère, vaincue
Par les crieries de la naissance.


Wind der Vorgebirge: war nicht ihre
Stirne wie ein lichter Gegenstand?
Glatter Gegenwind der leichten Tiere,
formtest du sie: ihr Gewand

bildend an die unbewussten Brüste
wie ein wechselvolles Vorgefühl?
Während sie, als ob sie alles wüsste,
auf das Fernste zu, geschürzt und kühl,

stürmte mit den Nymphen und den Hunden,
ihren Bogen probend, eingebunden
in den harten hohen Gurt;

manchmal nur aus fremden Siedelungen
angerufen und erzürnt bezwungen
von dem Schreien um Geburt.

(in Neue Gedichte, 1907)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :