Rainer Maria Rilke (1875-1926) : Dame devant le miroir / Dame vor dem Spiegel

la-psyche-berthe-morisot-1876


Comme une épice en un breuvage narcotique,
elle dilue avec douceur dans la clarté
fluide du miroir ses gestes fatigués
et elle y investit le tout de son sourire.

Puis elle attend l’instant que la fluidité
s’élève de niveau : versant sa chevelure
dans le miroir et soulevant son admirable
épaule ressaillant de sa robe du soir,

elle boit avec calme à même son image,
boit ce qu’un amoureux boirait en un vertige,
goûtant, plein de soupçon ; et ne fait point de signe

à sa femme de chambre avant que de trouver
au fond de son miroir lumières et armoires,
et ce qu’il est de trouble en une heure tardive.


Wie in einem Schlaftrunk Spezerein
löst sie leise in dem flüssigklaren
Spiegel ihr ermüdetes Gebaren;
und sie tut ihr Lächeln ganz hinein.

Und sie wartet, daß die Flüssigkeit
davon steigt; dann gießt sie ihre Haare
in den Spiegel und, die wunderbare
Schulter hebend aus dem Abendkleid,

trinkt sie still aus ihrem Bild. Sie trinkt,
was ein Liebender im Taumel tränke,
prüfend, voller Mißtraun; und sie winkt

erst der Zofe, wenn sie auf dem Grunde
ihres Spiegels Lichter findet, Schränke
und das Trübe einer späten Stunde.

(in Der neuen Gedichte anderer Teil, 1908)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :