Rainer Maria Rilke (1875-1926) : Dame à un balcon / Dame auf einem Balkon

femme-stylisee-au-balcon-emile-lahner-1893-1980


Elle sort tout-à-coup, et le vent l’enveloppe,
claire dans la clarté, pareille à une élue ;
la chambre, cependant, qu’on dirait entaillée,
derrière elle remplit la porte

d’obscurité, pareille à un fond de camée
qui laisse une lueur filtrer dans sa monture,
et te vient à l’esprit qu’il n’y avait de soir
avant qu’elle ne vînt pour, sur la balustrade,

encore déposer quelque peu d’elle-même,
ses mains encor, ‒ pour être absolument légère :
comme si vers le ciel la tendaient les rangées
de maisons et que tout la devait agiter.


Plötzlich tritt sie, in den Wind gehüllt,
licht in Lichtes, wie herausgegriffen,
während jetzt die Stube wie geschliffen
hinter ihr die Türe füllt

dunkel wie der Grund einer Kamee,
die ein Schimmern durchläßt durch die Ränder;
und du meinst der Abend war nicht, ehe
sie heraustrat, um auf das Geländer

noch ein wenig von sich fortzulegen,
noch die Hände, – um ganz leicht zu sein:
wie dem Himmel von den Häuserreihn
hingereicht, von allem zu bewegen.

(in Der neuen Gedichte anderer Teil, 1908)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :