Caresser la rivière (inédit)


… Finalement, c’est un peu comme
une fourrure, sa surface,
de chatte
on la caresse, elle ronronne

et c’est à peine perceptible
aux paumes
mais le sang vibre et accompagne
en résonance l’eau qui tremble

‒ et que l’on tourne un peu le corps,
on sent aussi frémir la sève
dans l’arbre
avec au bout le cuivre souple
du gong.

(© LEM 9 août 2017)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :