Les saloirs (inédit)


Dans les saloirs en grès le sel
paraît plutôt sale & d’un gris
de mer en tempête avec ciel
trempé de larges nues poisseuses :

on y conserve le porc mort,
l’oie le canard & d’autres bêtes
dont le sel boit l’eau dans la chair
& ce qu’il laisse est dur : du bois

de chêne ou d’orme ; & les entrailles
sèchent au sec de suie, de braises,
près d’ail en tresse & d’échalotes
& d’immortelles tête en bas.

 

Répondre à Molnar Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :