Reflets (inédit)


La moindre eau calme et libre équilibre le monde
en reflétant le ciel où vaguent les étoiles
et tous les météores :

et le rien d’un moineau, la boule d’une branche,
elle a tout dans ses mains, l’empaume et le préserve
dans sa claire lenteur, et l’argile, et le creux.

Le lisse du miroir
laisse couler l’image entre ses doigts ‒ du sable :
mais l’eau retient ses vues et rien n’est souvenir
mais un présent pérenne, ardent, multicolore
en son ventre où s’exalte,
paradoxale,
la salamandre.

(© LEM 1er août 2017)

 

%d blogueurs aiment cette page :