Antonio Beccadelli (1394 -1471) dit Panormita : épitaphe de Martin Polyphème, cuisinier / epitaphium Martini Polyphemi coqui egregii

Arrête-toi, passant, et pleure sur ma tombe,
Qui que tu sois, poussant au hasard ton chemin.

Surnommé Polyphème – eu égard à ma taille –,
J’avais pour nom Martin de par l’état civil,
Fus toujours partisan de la docte jeunesse,
Et surpassai laquais et autres maîtres-queux.

Mais désormais privé de tout honneur funèbre
Et d’encens : me voici, gisant sous cette terre.
Mathésilène ainsi l’a voulu : funérailles
Par une nuit sans lune, exemptes de lumière,
Enterrement sans croix, ni chant, ni célébrant,
Ni dernier Requiem prononcé pour ma pomme :
Mais fourré dans un sac, en cachette inhumé,
Mes couilles dépassant de mon étroit linceul,
Craignant que mon convoi n’aboutisse aux latrines,
Doutant qu’on m’enfouisse en terre consacrée…

… Couvre, je t’en supplie, mon pied d’un peu de terre
– Il affleure, et je crains que les chiens ne le mangent…

– J’emplirai sans arrêt la maison de mon maître
D’abominables cris : tel sera son supplice !

***
Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. 
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

Siste, precor, lacrimisque meum consperge sepulcrum,
Hac quicumque studens forte tenebis iter.
Sum Poyiphemus ego vasto pro corpore dictus,
Martinus proprio nomine gnotus eram;
Qui iuvenes studiis devotos semper amavi,
Quem licet et famulos et superasse coquos.
Nunc ego funebri tandem spoliatus honore,
Ture carens, summa sum tumulatus humo.
Me Mathesilanus tempesta in nocte recondi
Jussit et exequias luce carere meas;
Nec cruce nec cantu celebravit nostra sacerdos
Funera, nec requies ultima dicta mihi,
Clamque fui sacco latitans raptimque sepultus,
Nec capiunt coleos arcta sepulchra meos.
Dum feror obstupui timuique subire latrinas
Nec loca crediderim religiosa dari.
Oro pedem adiecta claudas tellure parumper,
Qui patet: heu, vereor ne lanient catuli!
Continuo domini complebo ululatibus aedem
Infaustis: poenas has dabit ipse suas.

(in Hermaphroditi libellus ad Cosmum Florentinum [première édition : 1791])

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :