Catulle, poème 56 : à son ami Caton


Ah, le cas est, Caton, comique et truculent,

Et fait pour ton oreille et ton amusement !

Ris-en autant, Caton, que tu aimes Catulle

Car le cas est comique et vraiment truculent :

Je surprends tout à l’heure un morveux qui copule

Avec une gamine – Amour, sois indulgent :

Bandant incontinent me voici qui l’encule !


O rem ridiculam, Cato, et jocosam,

dignamque auribus et tuo cachinno!

ride quidquid amas, Cato, Catullum:

res est ridicula et nimis jocosa.

deprendi modo pupulum puellae

trusantem; hunc ego, si placet Dionae,

protelo rigida mea cecidi.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Alexandra Bernhardt (née en 1974) : Signal / Fanal



Je suis l’arbre
que l’on a sacrifié
quand trop peu fructifère

j’ai été abattu
tel un signe
de vent doux

j’ai été mis à bas
et mes os
semés loin jonchent le bois

Seul les voit le soleil
qui sans hâte sans à-coups
s’acharne à les blanchir1

1 : Le texte allemand dit littéralement : les rend / lentement progressivement constamment blancs. Je ne suis pas sûr que pour garder la souplesse de l’original une traduction française ne doive pas transposer syntaxiquement ces adverbes, légers en allemand mais très lourds en français.


Ich bin der Baum
den man geopfert
als er zuwenig Früchte trug

Ich ward geschlachtet
als ein Zeichen
milden Winds

Ich bin gefällt
und meine Knochen
liegen weit verstreut im Wald

Allein die Sonne sieht
auf sie und bleicht sie
langsam mählich stetig weiss

(in Weisse Salamander, 2020)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Empereur Hadrien (76-138) : Petite âme folâtre et tendre / Animula vagula blandula

Qui est l’empereur Hadrien ?


Un des poèmes latins des plus connus, et des plus traduits. La syntaxe en est aussi floue que la métrique : on peut comprendre, au vers 3, « quae » comme sujet de « abibis » et de « dabis » ou comme adjectif interrogatif se rapportant à « loca », de même qu’au vers 4, « pallidula rigida nudula » peuvent se rapporter à « animula » comme à « loca » : d’où les deux propositions de traduction suivantes, l’une interrogative et plus inquiète (où va peut-être ma préférence) et l’autre exclamative. D’autre part, je renonce à rendre les diminutifs qui, s’ils sonnent juste en latin, ne le font pas, me semble-t-il et quoi qu’en veuille Ronsard, en français.

Petite âme folâtre et tendre,
Hôte du corps et son amie,
Où maintenant dois-tu te rendre
Livide, austère et démunie,
Et de tes rires te déprendre ?

*

Petite âme folâtre et tendre,
Hôte et compagne de mon corps,
Qui maintenant t’en vas descendre
En l’âpre blême et nu décor
Et de tes rires te déprendre !


Animula vagula blandula
Hospes comesque corporis
Quae nunc abibis in loca
Pallidula rigida nudula
Nec ut soles dabis jocos

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Georg Trakl (1887-1914) : Toujours plus sombre / Immer dunkler

Qui est Georg Trakl ?


Le vent mouvant les cimes pourpres :
Souffle de Dieu qui va et vient.
Le bourg noir face au bois se dresse ;
Trois ombres jonchent les labours.

Un chiche soir, profond et calme :
Ce que le val délivre aux humbles.
Un salut grave, en salle et clos,
Va mettre un terme à la journée.

Pieux et sombre un timbre d’orgue.
Marie y trône en robe bleue,
Berce en sa main son enfançon.
La nuit est étoilée et longue.


Der Wind, der purpurne Wipfel bewegt,
Ist Gottes Odem, der kommt und geht.
Das schwarze Dorf vorm Wald aufsteht;
Drei Schatten sind über den Acker gelegt.

Kärglich dämmert unten und still
Den Bescheidenen das Tal.
Grüßt ein Ernstes in Garten und Saal,
Das den Tag beenden will,

Fromm und dunkel ein Orgelklang.
Marie thront dort im blauen Gewand
Und wiegt ihr Kindlein in der Hand.
Die Nacht ist sternenklar und lang.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Ursula K. Le Guin (1929-2018) : À la pluie / To the rain

Qui est Ursula K. Le Guin ?


Mère pluie, multiple, immesurée,
choyant sur friche, sur champ, forêt,
toiture, taudis bas, haute tour,
eau qui plonges, laves tout, plus ample
que cités, plus douce qu’entre filles, plus vaste
que campagnes, qui calmes, rappelles :
reviens-nous, enseigne à nos âmes
inquiètes en ta chute incessante
à choir, à être ami, sentir jusqu’aux tréfonds,
à pénétrer, guérir, à adoucir les mers.


Mother rain, manifold, measureless,
falling on fallow, on field and forest,
on house-roof, low hovel, high tower,
downwelling waters all-washing, wider
than cities, softer than sisterhood, vaster
than countrysides, calming, recalling:
return to us, teaching our troubled
souls in your ceaseless descent
to fall, to be fellow, to feel to the root,
to sink in, to heal, to sweeten the seas.

(in So Far So Good [Copper Canyon Press, 2018])

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) : Ginkgo biloba (sur la feuille bilobée de cet arbre)

Qui est Johann Wolfgang von Goethe ?


Cet arbre qui, par l’Orient
À mon jardin fut confié,
Livre en sa feuille un sens latent
Qui réjouit l’initié :

Est-ce un unique être vivant,
Qui en soi-même s’est scindé,
Ou sont-ils deux qui s’élisant
Nous font saisir leur unité ?

J’ai pour résoudre ces problèmes,
Trouvé ce sens, judicieux :
Ne sens-tu pas dans mes poèmes
Que je suis Un en étant deux ?


Dieses Baums Blatt, der von Osten
Meinem Garten anvertraut,
Giebt geheimen Sinn zu kosten,
Wie’s den Wissenden erbaut,

Ist es Ein lebendig Wesen,
Das sich in sich selbst getrennt?
Sind es zwei, die sich erlesen,
Daß man sie als Eines kennt?

Solche Frage zu erwiedern,
Fand ich wohl den rechten Sinn,
Fühlst du nicht an meinen Liedern,
Daß ich Eins und doppelt bin?

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Georg Trakl (1887-1914) : Promenade hivernale en la mineur / Wintergang in a-Moll

Qui est Georg Trakl ?


Sur les branches souvent percent des boules rouges,
Qu’un long tomber de neige enneige, doux et noir.
Le prêtre donne au mort son accompagnement.
Les nuits ont fait le plein de fêtes costumées.

Sur le bourg alors vole une embrouille de freux ;
Il y a, merveilleux, des contes dans des livres.
Les cheveux d’un vieillard flottent à la fenêtre.
Des démons font des pas parmi l’âme malade.

La fontaine a gelé dans la cour. Choient dans l’ombre
Des escaliers en ruine et il souffle du vent
Au travers de vieux puits, qui ont été comblés.
Du givre, le palais goûte la forte épice.


Oft tauchen rote Kugeln aus Geästen,
Die langer Schneefall sanft und schwarz verschneit.
Der Priester gibt dem Toten das Geleit.
Die Nächte sind erfüllt von Maskenfesten.

Dann streichen übers Dorf zerzauste Krähen;
In Büchern stehen Märchen wunderbar.
Ans Fenster flattert eines Greisen Haar.
Dämonen durch die kranke Seele gehen.

Der Brunnen friert im Hof. Im Dunkel stürzen
Verfallne Stiegen und es weht ein Wind
Durch alte Schächte, die verschüttet sind.
Der Gaumen schmeckt des Frostes starke Würzen.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Alexandra Bernhardt (née en 1974) : Scheiding / Septembre



Comblé par la splendeur sublime de l’été
Tu entames l’automne. Vois tomber le feuillage,
Un sauvage ballet de feuilles mordorées –
Dont le spectacle a glané ton regard.

Mais que fade à présent te semble cette danse,
Qu’elle est donc, cette lune, une pâle compagne
À l’aune des couleurs du mois des fenaisons.
L’automne, c’est ainsi qu’il perturbe les sens.

Car ce qui doit sans heurt se scinder pour au neuf
Céder l’espace dû dans le cycle annuel
Nous paraît coloré toujours plus en automne
Et beaucoup plus vivant maintenant qu’il se meurt.


Beglücket von des Sommers berückend’ Pracht
Beginnst den Herbst du. Siehe das Laub: es fällt,
Ein wilder Reigen güld’ner Blätter –
So hat das Schauspiel dein Blick geerntet.

Doch ach! wie schal erscheint dieser Tanz dir nun,
Was ist doch dieser Mond ein Geselle bleich
Gemessen an des Heuets Farben.
Solcherart trübet der Herbst die Sinne.

Denn das, was glücklich scheiden muß, Neuem den
Geziemend’ Platz zu schaffen im Jahreskreis,
Scheint Herbstens stets noch bunter uns und
Weitaus lebendiger jetzt: im Vergeh’n.

(in Weisse Salamander, 2020)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Catulle : portrait de son rival (poème 71)


Qui est Catulle ?


Un puant de l’aisselle, et qu’on fuit à raison,
Goutteux ‒ l’ayant cherché ! ‒, qui traîne son pilon :
Le voilà, ce rival qui bourre ta louloute.
C’est merveille de voir chaque mal propagé :
Chaque fois qu’il la fout, des deux tu es vengé –
Elle souffrant du nez, lui crevant de sa goutte.


Si cui jure bono sacer alarum obstitit hircus,
aut si quem merito tarda podagra secat.
aemulus iste tuus, qui vestrem exercet amorem,
mirifice est a te nactus utrumque malum.
nam quotiens futuit, totiens ulciscitur ambos:
illam affligit odore, ipse perit podagra.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Pline le Jeune : De la vie comme d’un menu de banquet (Lettre à son ami Praesens)


Qui est Pline le Jeune ?


Interminable, ton séjour tantôt en Lucanie, tantôt en Campanie ? « C’est que nous sommes, dis-tu, moi lucanien, ma femme campanienne ». Raison valable pour une absence de quelque durée, mais pas éternelle. Reviendras-tu un jour à Rome ? où tu as dignités, honneurs, amitiés, fortes comme moindres. Jusqu’à quand vas-tu faire ton roi ? jusqu’à quand veiller à loisir, dormir à loisir ? jusqu’à quand sans chaussures, toge en congés, toute la journée libre ? Il est temps que tu regoûtes à ce qui nous pèse, cela n’eût-il pour but que d’éviter à tes plaisirs, saturés, de s’émousser. Saluer un instant, pour mieux apprécier d’être salué ; piétiner parmi la foule pour se plaire en solitude. – Mais je suis là qui retarde, imprudent, le retour où je te pousse ! Car peut-être cela t’engage-t-il à te rouler davantage dans ton farniente : auquel je ne veux pas mettre un terme, mais des intermittences. Comme, t’ayant à dîner, je mêlerais douceurs à plats amers et pimentés pour que ceux-ci réveillent ton appétit qu’auront blasé ceux-là, ta vie de plaisirs, je t’exhorte à le relever parfois de quelque âcreté.


Tantane perseverantia tu modo in Lucania, modo in Campania? ‘Ipse enim’ inquis ‘Lucanus, uxor Campana.’ Iusta causa longioris absentiae, non perpetuae tamen. Quin ergo aliquando in urbem redis? ubi dignitas honor amicitiae tam superiores quam minores. Quousque regnabis? quousque vigilabis cum voles, dormies quamdiu voles? quousque calcei nusquam, toga feriata, liber totus dies? Tempus est te revisere molestias nostras, vel ob hoc solum ne voluptates istae satietate languescant. Saluta paulisper, quo sit tibi iucundius salutari; terere in hac turba, ut te solitudo delectet. Sed quid imprudens quem evocare conor retardo? Fortasse enim his ipsis admoneris, ut te magis ac magis otio involvas; quod ego non abrumpi sed intermitti volo. Ut enim, si cenam tibi facerem, dulcibus cibis acres acutosque miscerem, ut obtusus illis et oblitus stomachus his excitaretur, ita nunc hortor ut iucundissimum genus vitae non nullis interdum quasi acoribus condias. Vale.

in Lettres, livre VII, 3


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

%d blogueurs aiment cette page :