Hans Magnus Enzensberger (1929-2022) : Journée noire / Ein schwarzer Tag

Qui est Hans Magnus Enzensberger ?


Des jeudis pareils,
même le boucher le plus chevronné
se coupe un doigt.
Tous les trains sont en retard
car les suicidaires
ne peuvent plus se retenir.
L’ordinateur central au Pentagone
est en carafe depuis longtemps
et toutes les tentatives de réanimation
dans les piscines de plein air arrivent trop tard.

Pour comble de malheur,
chez les Marotzke, à côté
voilà qu’en plus le lait déborde,
le chien a des problèmes de digestion,
jusqu’à la tante Olga,
l’inaltérable,
qui n’est pas au sommet de sa forme.


An solchen Donnerstagen
hackt sogar der erfahrenste Metzger
sich einen Finger ab.
Alle Züge haben Verspätung,
weil sich die Selbstmörder
nicht mehr beherrschen können.
Der Zentralcomputer im Pentagon
ist schon lange zusammengebrochen,
und alle Wiederbelebungsversuche
in den Freibädern kommen zu spät.

Zu allem Überfluß
kocht nebenan bei Marotzkes
jetzt auch noch die Milch über,
der Hund hat Verdauungsbeschwerden,
und nicht einmal Tante Olga,
die Unverwüstliche,
ist so ganz auf der Höhe.

(in Gedichte 1950-2015. Suhrkamp Verlag, Frankfurt am Main 2015)

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Hans Magnus Enzensberger (1929-2022) : Chansonnette optimiste / Optimistisches Liedchen

Qui est Hans Magnus Enzensberger ?


Il arrive de temps en temps
que quelqu’un crie au secours.
Déjà quelqu’un d’autre se jette à l’eau
sans en attendre aucun retour.

Au milieu du plus épais capitalisme
les pompiers rutilants tournent
la rue, éteignent le feu, ou le chapeau
du mendiant soudain brille d’un éclat d’argent.

Le matin, les rues fourmillent
de gens qui sans couteau tiré
s’empressent çà, là, le cœur serein,
cherchant du lait et des radis.

Comme dans la paix la plus profonde.

C’est magnifique à voir.


Hie und da kommt es vor,
daß einer um Hilfe schreit.
Schon springt ein andrer ins Wasser,
vollkommen kostenlos.

Mitten im dicksten Kapitalismus
kommt die schimmernde Feuerwehr
um die Ecke und löscht, oder im Hut
des Bettlers silbert es plötzlich.

Vormittags wimmelt es auf den Straßen
von Personen, die ohne gezücktes Messer
hin- und herlaufen, seelenruhig,
auf der Suche nach Milch und Radieschen.

Wie im tiefsten Frieden.

Ein herrlicher Anblick.

(in Leichter als Luft. Suhrkamp Verlag, Frankfurt am Main 1999)

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Georg Trakl (1887-1914) : Le soir mon cœur / Zu Abend mein Herz

Qui est Georg Trakl ?


Au soir s’entend le cri des pipistrelles,
Deux moreaux dans le pré caracolent,
L’érable rouge bruit.
Au marcheur apparaît la petite auberge sur la route.
Exquis le goût du vin jeune et des noix,
Exquis : grisé de tituber dans la forêt crépusculaire.
Parmi des rameaux noirs tintent des cloches douloureuses,
Sur le visage un aigail goutte.

Notes sur cette traduction :

1) Rappe (même étymologie que Rabe, corbeau) désigne un cheval noir (schwarzes Pferd). Le terme est en allemand presque aussi rare que celui de moreau, en français, dont il est l’équivalent, et que je préfère employer ici.

2) Aigail plutôt que rosée (Tau), pour les sonorités : à défaut de l’allitération en [t] de l’allemand, une allitération en [g] en français.


Am Abend hört man den Schrei der Fledermäuse,
Zwei Rappen springen auf der Wiese,
Der rote Ahorn rauscht.
Dem Wanderer erscheint die kleine Schenke am Weg.
Herrlich schmecken junger Wein und Nüsse,
Herrlich: betrunken zu taumeln in dämmernden Wald.
Durch schwarzes Geäst tönen schmerzliche Glocken,
Auf das Gesicht tropft Tau.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Rainer Maria Rilke : Étoiles derrière olives / Sterne hinter Oliven

Qui est Rainer Maria Rilke ?


Très cher, que maintes choses laissent dérouté,
penche-toi jusqu’à voir dans le pur du feuillage
les espaces qui sont des étoiles. Je gage
que la terre et la nuit ont même identité.

Vois comme en la ramure à soi inattentive
le plus proche se mêle à ce qui n’est nommé ;
on nous le montre ; on ne nous tient pas pour convive
qu’on ne fait qu’accueillir, rafraichir, animer.

Quoiqu’ayant eu en route aussi bien des misères
nous n’avons épuisé tout le fruit du jardin,
et les heures, grossies plus que dans nos prières,
vont vers nous à tâtons, qui sommes leur soutien.


Geliebter, den so vieles irre macht,
neig dich zurück bis du im lautern Laube
die Stellen siehst, die Sterne sind. Ich glaube
die Erde ist nicht anders als die Nacht.

Sieh, wie im selbstvergessenen Geäste
das Nächste sich mit Namenlosem mischt;
man zeigt uns dies; man hält uns nicht wie Gäste
die man nur nimmt, erheitert und erfrischt.

Wie sehr wir auch auf diesen Wegen litten,
wir haben nicht den Garten abgenützt,
und Stunden, grössere als wir erbitten,
tasten nach uns und gehn auf uns gestüzt.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Virgile : la deuxième bucolique

Qu’est-ce que Les Bucoliques de Virgile ?


Le berger Corydon pour le bel Alexis,
délices de son maître, en vain se consumait.
Parmi denses hêtraies aux cimes combles d’ombre,
il allait et venait, lançant en solitude
aux monts et aux forêts ce chant stérile et fruste : 5

Ô cruel Alexis, qui de mes vers n’as cure,
qui sans pitié pour moi me contrains à mourir !
C’est l’heure où les troupeaux quêtent l’ombrage frais,
où dessous les ronciers le vert lézard se musse,
où pour les moissonneurs fourbus de canicule 10
Thestylis pile l’ail, l’odorant serpolet :
et moi, suivant tes pas sous le soleil ardent,
ma voix résonne aux bois où crisse la cigale.
Mieux m’eût valu subir les sévères colères,
le fier mépris d’Amaryllis ou Menalcas 15
quoiqu’il ait la peau noire et quoique tu l’aies blanche.
– Ne va pas, bel enfant, présumer de ton teint :
« blanc troène flétrit, lucet noir se récolte ».

Dédaigneux Alexis qui ne veux me connaître,
ni savoir mon cheptel, si j’ai foison de lait ! 20
J’ai mille agneaux errant sur les monts de Sicile ;
Je n’ai faute l’été, l’hiver, de lait bourru.
Je chante à la façon, quand il hélait ses bêtes,
d’Amphyon de Dircé sur l’Aracynthe attique.
Je ne suis pas si laid : j’ai vu sur le rivage 25
mon reflet par mer calme, et je ne crains Daphnis
si je te prends pour juge et si l’image est juste.

Daigne vivre avec moi dans ces champs sans attraits,
dans cette humble chaumine et enferrer les cerfs
et pousser les chevreaux vers la verte guimauve, 30
imiter avec moi, chantant, Pan dans les bois.
Pan montra le premier à relier de cire
des roseaux ; Pan prend soin des agneaux et des pâtres.
Ne crains point de meurtrir sur le roseau ta lèvre :
pour savoir pareils airs, que ne fit Amyntas ? 35
Je possède une flûte à sept tuyaux de tailles
différentes, présent de Dametas, jadis.
Il me dit en mourant : « Tu es son second maître » ;
ce m’a dit Dametas – Amyntas fut jaloux.
J’ai de plus – découverts en un val moins que sûr – 40
deux chevreuils au pelage encor taché de blanc,
qu’allaite une brebis : je les garde pour toi.
Thestylis les désire, et ce depuis longtemps :
elle les obtiendra, si mes présents te fâchent.

Approche, bel enfant, les Nymphes pour toi portent 45
pleines couffes de lis et la blanche Naïade
cueille fleurs de pavot et pâles violettes :
elle joint le narcisse à l’aneth odorant,
tresse le lavandin à d’autres herbes douces
et de soucis dorés rehausse la guimauve. 50
Je cueillerai, pour moi, les coings au fin duvet,
les châtaignes qu’aimait ma chère Amaryllis,
la mirabelle aussi, qui s’en honorera,
et je vous couperai, lauriers et proches myrtes,
votre bouquet mêlant vos suaves parfums… 55

Rustre de Corydon ! Alexis, de présents,
Fait fi ; ceux d’Iollas triompheraient des tiens.
– Malheureux, qu’ai-je dit ? j’ai livré à l’Auster
les fleurs, aux sangliers les limpides fontaines !

Qui fuis-tu, fol ? Des dieux ont habité les bois, 60
et Pâris. Les cités que Pallas a fondées,
qu’elle y vive ! Pour moi, rien ne vaut les forêts !
Le lion va au loup, le loup va au chevreau,
comme au cytise en fleurs va le chevreau lascif :
je vais à Alexis. Nos désirs nous entraînent. 65

Regarde : on a pendu les socs au joug des bœufs,
le soleil déclinant double les longues ombres :
l’amour pourtant me brûle – a-t-il, l’amour, de bornes ?
Corydon, Corydon, quel délire t’a pris !
Sur l’orme dru, ta vigne est à demi taillée. 70
Apprête-toi plutôt à faire ouvrage utile,
achève de tresser l’osier et le jonc souple.
Si celui-ci t’exclut, trouve un autre Alexis.


Formosum pastor Corydon ardebat Alexin,
delicias domini, nec quid speraret habebat.
tantum inter densas, umbrosa cacumina, fagos
adsidue veniebat. ibi haec incondita solus
montibus et silvis studio jactabat inani; 5

O crudelis Alexi, nihil mea carmina curas?
nil nostri miserere? mori me denique cogis?
nunc etiam pecudes umbras et frigora captant,
nunc virides etiam occultant spineta lacertos,
Thestylis et rapido fessis messoribus aestu 10
alia serpyllumque herbas contundit olentis.
at mecum raucis, tua dum vestigia lustro,
sole sub ardenti resonant arbusta cicadis.
nonne fuit satius tristis Amaryllidos iras
atque superba pati fastidia? nonne Menalcan, 15
quamvis ille niger, quamvis tu candidus esses?
o formose puer, nimium ne crede colori;
alba ligustra cadunt, vaccinia nigra leguntur.

Despectus tibi sum nec qui sim quaeris, Alexi,
quam dives pecoris, nivei quam lactis abundans. 20
mille meae Siculis errant in montibus agnae;
lac mihi non aestate novum, non frigore defit.
canto quae solitus, si quando armenta vocabat,
Amphion Dircaeus in Actaeo Aracyntho.
nec sum adeo informis; nuper me in litore vidi, 25
cum placidum ventis staret mare. non ego Daphnin
iudice te metuam, si numquam fallit imago.

O tantum libeat mecum tibi sordida rura
atque humilis habitare casas et figere cervos
haedorumque gregem viridi compellere hibisco! 30
mecum una in silvis imitabere Pana canendo.
Pan primum calamos cera conjungere pluris
instituit, Pan curat ovis oviumque magistros;
nec te paeniteat calamo trivisse labellum.
haec eadem ut sciret, quid non faciebat Amyntas? 35
est mihi disparibus septem compacta cicutis
fistula, Damoetas dono mihi quam dedit olim
et dixit moriens: ‘te nunc habet ista secundum’;
dixit Damoetas, invidit stultus Amyntas.
praeterea duo—nec tuta mihi valle reperti— 40
capreoli sparsis etiam nunc pellibus albo,
bina die siccant ovis ubera; quos tibi servo.
jam pridem a me illos abducere Thestylis orat;
et faciet, quoniam sordent tibi munera nostra.

Huc ades, o formose puer, tibi lilia plenis 45
ecce ferunt Nymphae calathis; tibi candida Nais,
pallentis violas et summa papavera carpens,
narcissum et florem jungit bene olentis anethi;
tum casia atque aliis intexens suavibus herbis
mollia luteola pingit vaccinia caltha. 50
ipse ego cana legam tenera lanugine mala
castaneasque nuces, mea quas Amaryllis amabat;
addam cerea pruna—honos erit huic quoque pomo—
et vos, o lauri, carpam et te, proxime myrte,
sic positae quoniam suavis miscetis odores. 55

Rusticus es, Corydon; nec munera curat Alexis
nec, si muneribus certes, concedat Iollas.
heu heu, quid volui misero mihi? floribus Austrum
perditus et liquidis inmissi fontibus apros.

Quem fugis, a, demens? habitarunt di quoque silvas 60
Dardaniusque Paris. Pallas quas condidit arces
ipsa colat; nobis placeant ante omnia silvae.
torva leaena lupum sequitur, lupus ipse capellam,
florentem cytisum sequitur lasciva capella,
te Corydon, o Alexi; trahit sua quemque voluptas. 65

Aspice, aratra jugo referunt suspensa juvenci
et sol crescentis decedens duplicat umbras.
me tamen urit amor; quis enim modus adsit amori?
a, Corydon, Corydon, quae te dementia cepit!
semiputata tibi frondosa vitis in ulmo. 70
quin tu aliquid saltem potius, quorum indiget usus,
viminibus mollique paras detexere junco?
invenies alium, si te hic fastidit, Alexin.’

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Catulle, poème 56 : à son ami Caton


Ah, le cas est, Caton, comique et truculent,

Et fait pour ton oreille et ton amusement !

Ris-en autant, Caton, que tu aimes Catulle

Car le cas est comique et vraiment truculent :

Je surprends tout à l’heure un morveux qui copule

Avec une gamine – Amour, sois indulgent :

Bandant incontinent me voici qui l’encule !


O rem ridiculam, Cato, et jocosam,

dignamque auribus et tuo cachinno!

ride quidquid amas, Cato, Catullum:

res est ridicula et nimis jocosa.

deprendi modo pupulum puellae

trusantem; hunc ego, si placet Dionae,

protelo rigida mea cecidi.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Alexandra Bernhardt (née en 1974) : Signal / Fanal



Je suis l’arbre
que l’on a sacrifié
quand trop peu fructifère

j’ai été abattu
tel un signe
de vent doux

j’ai été mis à bas
et mes os
semés loin jonchent le bois

Seul les voit le soleil
qui sans hâte sans à-coups
s’acharne à les blanchir1

1 : Le texte allemand dit littéralement : les rend / lentement progressivement constamment blancs. Je ne suis pas sûr que pour garder la souplesse de l’original une traduction française ne doive pas transposer syntaxiquement ces adverbes, légers en allemand mais très lourds en français.


Ich bin der Baum
den man geopfert
als er zuwenig Früchte trug

Ich ward geschlachtet
als ein Zeichen
milden Winds

Ich bin gefällt
und meine Knochen
liegen weit verstreut im Wald

Allein die Sonne sieht
auf sie und bleicht sie
langsam mählich stetig weiss

(in Weisse Salamander, 2020)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Empereur Hadrien (76-138) : Petite âme folâtre et tendre / Animula vagula blandula

Qui est l’empereur Hadrien ?


Un des poèmes latins des plus connus, et des plus traduits. La syntaxe en est aussi floue que la métrique : on peut comprendre, au vers 3, « quae » comme sujet de « abibis » et de « dabis » ou comme adjectif interrogatif se rapportant à « loca », de même qu’au vers 4, « pallidula rigida nudula » peuvent se rapporter à « animula » comme à « loca » : d’où les deux propositions de traduction suivantes, l’une interrogative et plus inquiète (où va peut-être ma préférence) et l’autre exclamative. D’autre part, je renonce à rendre les diminutifs qui, s’ils sonnent juste en latin, ne le font pas, me semble-t-il et quoi qu’en veuille Ronsard, en français.

Petite âme folâtre et tendre,
Hôte du corps et son amie,
Où maintenant dois-tu te rendre
Livide, austère et démunie,
Et de tes rires te déprendre ?

*

Petite âme folâtre et tendre,
Hôte et compagne de mon corps,
Qui maintenant t’en vas descendre
En l’âpre blême et nu décor
Et de tes rires te déprendre !


Animula vagula blandula
Hospes comesque corporis
Quae nunc abibis in loca
Pallidula rigida nudula
Nec ut soles dabis jocos

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Georg Trakl (1887-1914) : Toujours plus sombre / Immer dunkler

Qui est Georg Trakl ?


Le vent mouvant les cimes pourpres :
Souffle de Dieu qui va et vient.
Le bourg noir face au bois se dresse ;
Trois ombres jonchent les labours.

Un chiche soir, profond et calme :
Ce que le val délivre aux humbles.
Un salut grave, en salle et clos,
Va mettre un terme à la journée.

Pieux et sombre un timbre d’orgue.
Marie y trône en robe bleue,
Berce en sa main son enfançon.
La nuit est étoilée et longue.


Der Wind, der purpurne Wipfel bewegt,
Ist Gottes Odem, der kommt und geht.
Das schwarze Dorf vorm Wald aufsteht;
Drei Schatten sind über den Acker gelegt.

Kärglich dämmert unten und still
Den Bescheidenen das Tal.
Grüßt ein Ernstes in Garten und Saal,
Das den Tag beenden will,

Fromm und dunkel ein Orgelklang.
Marie thront dort im blauen Gewand
Und wiegt ihr Kindlein in der Hand.
Die Nacht ist sternenklar und lang.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Ursula K. Le Guin (1929-2018) : À la pluie / To the rain

Qui est Ursula K. Le Guin ?


Mère pluie, multiple, immesurée,
choyant sur friche, sur champ, forêt,
toiture, taudis bas, haute tour,
eau qui plonges, laves tout, plus ample
que cités, plus douce qu’entre filles, plus vaste
que campagnes, qui calmes, rappelles :
reviens-nous, enseigne à nos âmes
inquiètes en ta chute incessante
à choir, à être ami, sentir jusqu’aux tréfonds,
à pénétrer, guérir, à adoucir les mers.


Mother rain, manifold, measureless,
falling on fallow, on field and forest,
on house-roof, low hovel, high tower,
downwelling waters all-washing, wider
than cities, softer than sisterhood, vaster
than countrysides, calming, recalling:
return to us, teaching our troubled
souls in your ceaseless descent
to fall, to be fellow, to feel to the root,
to sink in, to heal, to sweeten the seas.

(in So Far So Good [Copper Canyon Press, 2018])

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

%d blogueurs aiment cette page :