Aturrus (nouvelle)


J’ai développé pendant deux décennies un rapport assez intime avec le Sud-Ouest et les Pyrénées.
J’en parle dans cette courte nouvelle, publiée en 2009 dans la revue Le Festin.

Aturrus 

Célébration de la Gartempe en son étiage


Peut-être sommes-nous tous possédés par une rivière.
Le mienne, ma « rivière d’enfance », celle qui arrose ma ville natale, c’est la Gartempe.
Elle est grosse à l’automne, en hiver ; très maigre en été, coule comme furtive parmi les rocs.
C’est en juillet 2017 que j’ai voulu la célébrer.

Célébration de la rivière
en son étiage

Clair-obscur (inédit)

Lumière dans la nuit - Chemin des jours

Bien sûr des soleils d’artifice
brasiers brûlants de bois de frêne

où la main froide participe 
pour la lumière juste humaine
poussée tremblante dans l’obscur

de hauts bahuts, bocaux de cèpes
liqueurs de nèfle & confitures

de fruits d’été cassis groseilles
prunes ultimes qu’on mêla
si reine-claude & mirabelle

rendent le feu quand son éclat
se réverbère sur les murs.

 

Paysage avec colza (inédit)


Intensité réverbérée
saturant l’air : colzas serrés,

jaune absolu sans nul accroc –
bleuet néant, coquelicot

non plus barbouillant le miroir :
bien moins étang que pataugeoire

sans autre boue que de labours
sans dents silures ni remous :

la jambe y va sans peur de spectres
sous cet or clair que l’on pénètre

d’un pas plongeant jusqu’à mi-cuisse –
au crépuscule aussi la biche.

 

Les saloirs (inédit)


Dans les saloirs en grès le sel
paraît plutôt sale & d’un gris
de mer en tempête avec ciel
trempé de larges nues poisseuses :

on y conserve le porc mort,
l’oie le canard & d’autres bêtes
dont le sel boit l’eau dans la chair
& ce qu’il laisse est dur : du bois

de chêne ou d’orme ; & les entrailles
sèchent au sec de suie, de braises,
près d’ail en tresse & d’échalotes
& d’immortelles tête en bas.

 

La noria (inédit)


Celui chargé de puiser l’eau des nappes
anime avec son âne la noria :
les tréfonds souffrent, geignent,
l’animal brait, lui barytonne & couvre
les pleurs de la fontaine –

rentrant quelquefois de l’école
à l’heure méridienne, à l’ombre
du platane un marmot s’attarde
à regarder tourner la bête :

écoutant le chant sombre de l’homme
sortir de terre avec les seaux de toile
humectés de cette chose froide
pressentie dans le ventre du père
& les statues tendres d’albâtre.

(© LEM 07/08/2019)

Le tuage (inédit)


L’hiver venu tuant le porc
brûlant les soies sur feu de paille :
sourd de la gorge le sang fort
dans le bassin choient les entrailles :
foie très-précieux luisant fumant ‒
le fiel vaut-il qu’on s’y attarde ?
les chiens sans mordre y vont humant
tandis qu’on mange à la moutarde
les boudins noirs : dessus le coup
de vin nouveau de la vendange :
& on est riche avec ce goût
de fer au bec pieds dans la fange.

(© LEM 31 10 2018)

L’herbe de la pampa (inédit)


Geyser ? jet d’eau ? mais pour eau des couteaux.
____La bise y perd de sa matière :
lisse au visage on conçoit que son fer
s’enfonce plus fluide au cou des animaux
____que l’on immole dans les fermes
____ensanglantées durant l’hiver :

rien qu’une herbe pourtant mais le monde
____à son contact se fait plus tendre
____s’ébarbe se polit se monde
arrondit l’âpreté de décembre
____à nos doigts doux comme une amande.

(© LEM 02 10 2018)

La tomate (inédit)


Cœur de bœuf à l’étal : mais vivant d’une vie
___végétale & sans bœuf & sans sang ‒
seul un jus contenu sous la peau consenti
___par la sève ; un dehors saisissant
qui rappelle ce cœur obsédant nos poitrines :

tomate très-humaine oh ! plus que très-bovine
___ici pend notre cœur sauf à croire
que bat une tomate au sein de nos poumons
notre sang n’étant rien qu’une ondée d’arrosoir
___& notre chair qu’une illusion.


(© LEM 29 09 2018)

Le cyprès (inédit)


Proche de qui ? de nous qui te touchons
manipulons tes fruits tes branches
pour imprégner nos paumes de résine

repousser l’étourneau quand nous quittons
____le soir l’effroi de nos habits
____(de jour miroitants de lumière)
____dans une chambre froide & triste
loin pourtant de l’ossuaire et des sommeils de suie ?

____tandis que tu confortes ton silence
____tendant de nuit pain noir & vin
____aux morts sous terre au ciel aux anges. 

(© LEM 25 09 2018)

%d blogueurs aiment cette page :