« Et la mer et l’amour » (à propos de Mado, de Marc Villemain)

Ça parle d’adolescentes un peu folles de leur corps (dans le texte : 43 fois l’adjectif nue[s], 20 fois le nom culotte), ça raconte Mado qui pour de vrai s’appelle Madeleine (comme la sainte, vous savez, celle de mœurs légères avant sa conversion), ça raconte Virginie (il y a de la vierge, dans ce prénom si on s’en fie à l’étymologie), ça raconte aussi, mais moindrement, Florian le bien nommé (puisque c’est lui qui déflore, bien outillé pour ce faire : « Sa canne [à pêche] était plantée dans le sable, tendue vers l’avant, le fil mouillant loin dans l’océan » [p. 86]). Ça raconte tout ça, les ados bébêtes, sentimentaux, les pulsions de teenagers comme « le boutonneux du premier rang qui salivait en […] voyant [Virginie] » (p. 42), les tropismes de garçons pleins de « balourdise », de gamines pleines d’effronterie : « Mado avait eu le culot d’embrasser un garçon dans la cour, devant tous les morveux de la classe, même devant un prof qui surveillait » (pp. 151/152).

Ça raconte tout ça qu’on a peut-être déjà lu (dans Les Amitiés particulières, Le Cahier volé, Thérèse et Isabelle, etc.), et ça ne serait alors, de tout ça, qu’une resucée (cf. « [l]es roudoudous […], du sucre de toutes les couleurs moulé dans des sortes de petites coquilles Saint-Jacques. On pouvait lécher ça pendant des heures » (p. 37) – tiens, ça rappelle (le monde est petit !) Proust et les « gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d’une coquille Saint-Jacques » : mais voilà, si ça raconte tout ça, ça raconte aussi – et surtout – tout autre chose, ça raconte la mer (37 fois le terme, 12 fois celui d’océan), ça raconte la mer et le soleil (36 fois soleil) : moins comme dans la chanson de François Deguelt que dans une sorte de mythographie sensuelle, voire sexuelle, où ce sont les éléments qui déterminent l’histoire, puisque cette dernière débute inopinément dans un carrelet, soit dans « une cabane de pêcheur, toute simple, toute bête, humble et sauvage, quelques planches au bout d’un ponton monté sur pilotis » (p. 15) dont on précise qu’elle est « un peu branlante » : voyez la bête. Ça s’avance dans l’océan, ces carrelets, c’est corporel, masculin : « Le ponton qui y conduisait s’était en partie affaissé. Le bois par endroits était vermoulu jusqu’à l’os, rien qu’avec mon ongle je pouvais en gratter le cœur » (p. 15, c’est moi qui souligne), ça fait assez, visuellement, sexe viril pénétrant (dans) la mer. Cette espèce de membre gigantesque, un peu « bancroche » (p. 15), ce sera le lieu de toutes sortes de mêlées amoureuses (Virginie et Mado, Mado et Florian, Virginie et Florian) pratiquées au-dessus de la mer – la mer, l’amour : ajoutons-y l’amer (« Je ne sais pas ce qui a pu rendre ce plaisir aussi amer » [p. 158]), on est dans un poème baroque et c’est bien qu’on y soit.

Et c’est bien qu’on y soit, oui, parce que ce sont ces masses, ces mythes – la mer et le soleil – qui, bien plus que l’intrigue somme toute assez banale, donnent à ce fort et beau roman sa profondeur et sa tonalité, en font une symphonie sensorielle résonnant autrement plus puissamment que la seule sensualité des corps et que ses descriptions (quoi de plus fadasse, de plus barbant, que la littérature érotique, fût-elle « sans orthographe » ?) : on est ici, plutôt que dans la romance vaguement affriolante, dans le mythe anthropomorphique, comme dans ce passage qu’on croirait presque relever de croyances archaïques : « Le soleil entrait dans son lit à mesure qu’il se rapprochait de son point d’impact. Alors la mer remontait sa couverture et il se laissait border jusqu’à disparaître tout entier sous son drap. » [p. 122]. Un peu comme dans À l’ombre des jeunes filles en fleur, les amours adolescentes ici décrites sont consubstantielles au décor marin où elles puisent leur origine (« Mon plus ancien souvenir avec Mado est un souvenir de plage » [p. 19]) et où elles se développent : « Une patrie rien qu’à moi, où j’aurais pu vivre nue et m’offrir au sel et au vent, au ciel et à la terre. Une nation dont j’aurais été le seul peuple et seul souverain » (p. 44), au point qu’on peut parler (comme souvent dans les écritures baroques des XVIe et XVIIe siècles) d’un décor empathique, comme dans cet exemple : « Ici, derrière les dunes, à la tombée du jour, quand éclosent les fruits de l’argousier, le sable a parfois des couleurs de sang » (p. 7, c’est moi qui souligne), en l’occurrence annonciateur du drame à venir où la mer, on n’en dira pas plus, a toute sa part (ou pour le dire un peu quand même mais par énigme : c’est, autre mythe, la naissance de Vénus à rebours).

Une mer, précisons-le, aux multiples et subtiles ramifications : car tout est relié, tout forme, comme dans toute œuvre profonde, « icebergienne » (pour tenter un néologisme), un système de significations complexes, dans Mado, rien n’est là pour le seul décor mais pour tramer un univers psychique qui parle de et à l’inconscient. Ainsi, un carrelet, si c’est une cabane de pêcheur et un filet de pêche, c’est aussi, comme le rappelle la narratrice, ce poisson « tout plat dont [elle] n’aime pas la peau, vilain blanc laiteux d’un côté, gris marronnasse de l’autre, et avec ça parsemé de taches grenat qu’on le dirait atteint de quelque maladie honteuse » (p. 15), peut-être ce même « poisson plat » auquel est comparée tout au début du texte (p. 8) la culotte subtilisée à Virginie par quelques gamins facétieux. Ce thème – très sexuel, donc – du poisson (le mot est employé 17 fois) revient sans cesse, maillant tout le roman, contribuant à lui conférer la forte cohérence d’une métaphore obsédante (au sens que donnent à ce concept les tenants de la psychocritique). Ainsi de la dorade que Florian tire de la mer et qui fascine Mado : « La dorade glissait entre les doigts de Mado, elle piaffait, se tordait comme un savon trop gras entre ses mains si douces, la bouche toujours plus écorchée, la gorge toujours plus entaillée, et je scrutais le plaisir de Mado à manipuler cette chose visqueuse et moribonde, ce corps avachi et huileux qui agonisait entre les doigts de la plus belle fille du monde » (p. 70). Même les bières qu’on boit (ou qui « ruissel[en]t sur [les] seins et [les] ventres » [p. 162]) sont des poissons, qu’on tient « au frais dans un seau d’eau de mer » (p. 96), comme Florian « jette (p. 71 la dépouille [de la dorade] dans un seau »). Ce même Florian qui, au moment de ferrer l’animal, « a bandé les muscles, actionné la manivelle et tiré la hampe à lui, […] imprimant à la canne de petits coups nets, précis » (p. 69). Il n’y a guère lieu de commenter ce qui relève d’une quasi transparence – et à quoi fera écho, quelque 70 pages plus loin, dans un contexte métaphorique non plus marin mais terrestre, la scène inverse d’un « Florian, [aux] petits yeux mesquins de sanglier acculé dans sa bauge, le gosier ouvert et muet, le sexe encore gluant […], inconsistant déjà, d’une flaccidité burlesque et dégueulasse » (p. 137).

C’est cet imaginaire marin, ce fantasme de sel et d’eau, cette assimilation du sexe à la mer, c’est ce désir (dût-il être fatal à qui l’éprouve) de fusion archaïque entre les corps et les éléments qui me paraît le plus remarquable dans Mado et me semble démontrer, une fois de plus, que la seule matière narrative d’un texte ne peut suffire à l’étayer, à lui donner une assise vraiment solide dans la réception qu’on en a. Peut-être le roman, sans doute à ce jour le plus accompli de Marc Villemain, se résume-t-il, mieux qu’en toute autre synthèse, à ce très beau paragraphe (ou motif) dont il serait l’amplification – les poètes de l’âge baroque nommaient cela paraphrase – et qui rappelle, autant que certaines mystiques, certaines pages de Rousseau consacrées à l’eau dans les Rêveries du promeneur solitaire : « Être corps de bête, dépôt composite de terre et de chair. Ne pas seulement se mêler aux éléments : en être. Être le ressac au loin qui fait entendre ses scintillements humides à travers la broussaille. Être le capitule bleu du chardon pour essuyer les embruns, les chaleurs atrophiées du mois d’août et les urines animales. Être sa propre tanière » (p. 51).


Mado, par Marc Villemain, éditions Joëlle Losfeld (en librairie le 14 février 2019)

 

Georg Heym (1887-1912) : Les villes maritimes / Die Meerstädte

Qui est Georg Heym ?
Port du Havre, effet de nuit (Claude Monet,1873)


Nous avons traversé sur les bateaux à voile
Les villes qu’emplissaient la nuit et la clarté de ports frigorifiés,
Vides, des escaliers suspendus par milliers menaient à la mer large,
Les bateliers, obscurs, agitaient le brandon.

Emplis de rues d’argent, les jardins maritimes
S’étendaient au-dessous du reflet des étoiles
Et les poissons géants allaient, en habit d’or
Et le rostre brillant, au-dessus des eaux vastes.

Nul grondement de cloche. Et point de mendiants assis près de la sente.
D’appel de corne aucun, ni personne qui vînt nous barrer le chemin.
Et nues comme des murs étaient les villes, toutes,
Seuls, des astres allaient sur les créneaux, très grands.

Des barrières de port reposaient fendillées sur le taillis des murs.
Immenses et salées des tours devant nos pieds.
Des ponts étaient, croulés, pareils à des squelettes,
Il se jetait au loin des feux dessus le fleuve.


Mit den segelnden Schiffen fuhren wir quer herein
In die Städte voll Nacht und frierender Häfen Schein.
Tausend Treppen leere hingen zum Meere breit,
Dunkel die Schiffer schwangen den Feuerscheit.

[Die Gärten der Meere mit silbernen Straßen gefüllt
Dehnten sich [??] unter der Sterne Bild
Und die riesigen Fische gingen im goldenen Kleid
Mit blitzenden Speeren über die Wasser weit. ]

Glocken nicht brummten. Und Bettler nicht saßen am Pfad.
Rief kein Horn, und niemand den Weg uns vertrat.
Und die Städte alle waren wie Wände bloß.
Sterne nur gingen über den Zinnen sehr groß.

Seebäume saßen geborsten im Mauergestrüpp.
Salzig, und weite [Türme] vor unserem Fuß.
Brücken zerbrochen standen wie Knochengerüpp,
Ferne Feuer warfen sich über den Fluß.

(in Umbra vitae [1912])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Alexander Roda Roda (1872-1945) : Chanson de paysans / Bauernlied

Qui est Alexander Roda Roda ?

Le juge aux paysans : « Apportez de quoi fouir,
il y a ces soldats qu’il faut ensevelir.

Six pieds de profondeur, vingt brasses de long, trois
bonnes coudées de large, ils n’ s’ront point à l’étroit. »

Alors, on a bêché pour faire le caveau :
la troupe par dessous, dessus les caporaux.

Quatre sur les côtés, quatre dans le mitan,
allongés en travers messieurs les lieutenants.

Du poitrail à plus d’un y a du sang qu’a coulé,
en y versant d’la chaux, on a tout nettoyé.

Le colonel dans un cercueil dessus tout ça –
ils reposent en paix, à c’te heure, les soldats.

NB : Le poème est rédigé pour partie en dialecte bavaro-autrichien. J’essaie de le rendre par l’usage d’un français familier.

Ruft der Richter seine Bauern: “Nehmts den Spaten,
kummts begraben, kummts begraben die Soldaten!

Sechs Schuh tief und zwanzig Klafter Länge,
dritthalb Ellen breit, da liegen sie net enge.“

Alstern haben mir die Grube ausgehoben:
die Gemeinen unten, Korporale oben.

Seitwärts viere, in der Mitten viere,
überzwerch die Herren Offiziere.

Is noch manchen aus der Brust das Blut geflossen,
sauber haben mir’s mit Kalk begossen.

Drauf den Obersten in aaner Truhe –
jetzt haben die Soldaten ihre Ruhe.

(in Felmayer, Rudolf (Hrsg.): Dein Herz ist deine Heimat)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Felix Pollak (1909-1987) : Adresse au poète / Ad poetam

Qui est Felix Pollak ?

Ne dis jamais lumière,
tu ne la vois pas, que
la chose où elle tombe,
la chose qu’elle éclaire :
les fleurs et (vives
ou sombres) leurs
ombres.

Chaque poème
est un essai
de sauvegarde
d’un maintenant
dans un après.

À rien ne sert
de parler
de ta peine,
de ta joie.
Tout ce que tu peux faire
(si tu peux)
c’est de rendre
aussi triste
ou joyeux
que tu es.


Sag niemals Licht,
du siehst es nicht,
nur worauf es fällt,
was es erhellt:
die Blume und ihren
(satten oder matten)
Schatten.

Jedes Gedicht
ist ein Versuch
ein Jetzt
in ein Dann
zu retten.

Es ist nutzlos,
von deiner Trauer
oder Freude
zu sprechen.
Alles, was du kannst
(wenn du es kannst) ist,
so traurig
oder freudig
machen,
wie du bist.

(in Vom Nutzen des Zweifels [1989])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Hilde Domin (1909-2006) : Avec léger bagage / Mit leichtem Gepäck

Qui est Hilde Domin ?

Ne prends pas d’habitudes.
Tu n’as pas droit aux habitudes.
Une rose est une rose.
Mais un chez soi
ce n’est pas un chez soi.

Dis non au bichon-chose
qui te voyant remue la queue
dans les vitrines.
Il fait erreur. Tu n’as
pas l’odeur d’un qui reste.

Une cuiller vaut mieux que deux.
Suspends-la à ton cou,
tu as le droit d’en avoir une
car il est trop pénible
de puiser à la main le chaud.

Le sucre te courrait entre les doigts
comme le réconfort,
comme l’envie,
le jour
où il t’appartiendra.

Tu as le droit d’avoir une cuiller,
une rose,
peut-être un cœur
et, peut-être,
une tombe.


Gewöhn dich nicht.
Du darfst dich nicht gewöhnen.
Eine Rose ist eine Rose.
Aber ein Heim
ist kein Heim.

Sag dem Schoßhund Gegenstand ab
der dich anwedelt
aus den Schaufenstern.
Er irrt. Du
riechst nicht nach Bleiben.

Ein Löffel ist besser als zwei.
Häng ihn dir um den Hals,
du darfst einen haben,
denn mit der Hand
schöpft sich das Heiße zu schwer.

Es liefe der Zucker dir durch die Finger,
wie der Trost,
wie der Wunsch,
an dem Tag
da er dein wird.

Du darfst einen Löffel haben,
eine Rose,
vielleicht ein Herz
und, vielleicht,
ein Grab.

(in Gesammelte Gedichte [1987])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Hilde Domin (1909-2006) : Hiver / Winter

Qui est Hilde Domin ?

Les oiseaux, fruits noirs,
sur les branches nues.
Les arbres avec moi jouent à cachette,
je marche comme parmi des gens
qui masquent leurs pensées
et je demande aux sombres
rameaux leurs noms.

Je crois qu’ils fleuriront
– ils sont verts en dedans –
que tu m’aimes
et que tu n’en dis rien.


Die Vögel, schwarze Früchte
in den kahlen Ästen.
Die Bäume spielen Verstecken mit mir,
ich gehe wie unter Leuten
die ihre Gedanken verbergen
und bitte die dunklen Zweige
um ihre Namen.

Ich glaube, dass sie blühen werden
– innen ist grün –
daß du mich liebst
und es verschweigst.

(in Gesammelte Gedichte [1987])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Hilde Domin (1909-2006) : Bâtis-moi une maison / Bau mir ein Haus

Qui est Hilde Domin ?

Voici venir le vent.

Le vent qui peigne les corolles,
qui des fleurs fait des papillons,
qui lance des pigeons de vieux papier 
dans les ravins de Manhattan
vers le ciel, jusqu’au dixième étage
et qui contre les tours des gratte-ciels fracasse
les oiseaux migrateurs.

Voici venir le vent, le vent salé,
qui nous pousse sur la mer
et nous jette sur une grève
pareils à des méduses
qu’entraînera la marée de nouveau.
Voici venir le vent.
Retiens-moi fermement.

Ah, mon clair corps de sable,
à l’accord de l’image éternelle, rien que
de sable.
Voici venir le vent
qui emporte un doigt,
voici venir l’eau
qui sur moi creuse des sillons.
Mais le vent
libère le cœur
– l’oiseau rouge qui gazouille
derrière les côtes –
et de son souffle de salpètre
me brûle la peau du cœur.

Ah, mon corps de sable !
Retiens-moi fermement,
retiens
mon corps de sable.

Gagnons le pays intérieur,
où la terre est ancrée par les herbes menues.
Je veux un sol ferme,
vert, noué de racines
comme une natte.
Scie l’arbre,
prends des pierres
et bâtis-moi une maison.

Une petite maison
avec un mur blanc
pour le soleil du soir
et avec un puits pour servir de miroir
à la lune,
afin que comme en mer
elle ne se
perde pas.

Une maison
près d’un pommier
ou d’un palmier,
contre duquel
le vent passe
comme un chasseur dont la chasse
ne nous
concerne pas.


Der Wind kommt.

Der Wind, der die Blumen kämmt
und die Blüten zu Schmetterlingen macht,
der Tauben steigen lässt aus altem Papier
in den Schluchten Manhattans
himmelwärts, bis in den zehnten Stock,
und die Zugvögel an den Türmen
der Wolkenkratzer zerschellt.

Der Wind kommt, der salzige Wind,
der uns übers Meer treibt
und uns an einen Strand wirft
wie Quallen,
die wieder hinausgeschwemmt werden.
Der Wind kommt.
Halte mich fest.

Ach, mein heller Körper aus Sand,
nach dem ewigen Bilde geformt, nur
aus Sand.
Der Wind kommt
und nimmt einen Finger mit,
das Wasser kommt
und macht Rillen auf mir.
Aber der Wind
legt das Herz frei
– den zwitschernden roten Vogel
hinter den Rippen –
und brennt mir die Herzhaut
mit seinem Salpeteratem.

Ach, mein Körper aus Sand!
Halte mich fest,
halte
meinen Körper aus Sand.

Lass uns landeinwärts gehn,
wo die kleinen Kräuter die Erde verankern.
Ich will einen festen Boden,
grün, aus Wurzeln geknotet
wie eine Matte.
Zersäge den Baum,
nimm Steine
und bau mir ein Haus.

Ein kleines Haus
mit einer weißen Wand
für die Abendsonne
und einem Brunnen für den Mond
zum Spiegeln,
damit er sich nicht,
wie auf dem Meere,
verliert.

Ein Haus
neben einem Apfelbaum
oder einem Ölbaum,
an dem der Wind
vorbeigeht
wie ein Jäger, dessen Jagd
uns
nicht gilt.

(in Nur eine Rose als Stütze [2001])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Hilde Domin (1909-2006) : Qu’une rose où me retenir / Nur eine Rose als Stütze

Qui est Hilde Domin ?

Je m’aménage une chambre dans l’air
parmi les acrobates, les oiseaux :
mon lit sur le trapèze du sentir
comme un nid dans le vent
tout au bout de la branche.

J’acquiers un drap de la plus fine laine
des agneaux joliment coiffés qui
comme de chatoyants nuages
vont au clair de la lune
sur la terre ferme.

Fermant les yeux je m’enveloppe
dans le poil brut des bêtes sûres.
Je veux sous les petits sabots sentir le sable
et entendre le clic du loquet
fermant le soir la bergerie.

Mais allongée dans la plume, bercée haut dans le vide,
j’ai le vertige. Je ne m’endors pas.
Ma main
cherche à quoi s’agripper sans trouver
qu’une rose où me retenir.


Ich richte mir ein Zimmer ein in der Luft
unter den Akrobaten und Vögeln:
mein Bett auf dem Trapez des Gefühls
wie ein Nest im Wind
auf der äußersten Spitze des Zweigs.

Ich kaufe mir eine Decke aus der zartesten Wolle
der sanftgescheitelten Schafe die
im Mondlicht
wie schimmernde Wolken
über die feste Erde ziehn.

Ich schließe die Augen und hülle mich ein
in das Vlies der verläßlichen Tiere.
Ich will den Sand unter den kleinen Hufen spüren
und das Klicken des Riegels hören,
der die Stalltür am Abend schließt.

Aber ich liege in Vogelfedern, hoch ins Leere gewiegt.
Mir schwindelt. Ich schlafe nicht ein.
Meine Hand
greift nach einem Halt und findet
nur eine Rose als Stütze.

(in Gesammelte Gedichte [1987])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Hermann Adler (1911-2001) Corbeaux / Raben

Qui est Hermann Adler ?

(Écrit en 1942 au ghetto de Vilnius)

Serons-nous, nous aussi, pressés d’aimantes mains
Quand nos yeux se cloront dans l’ultime sommeil ?
Le malheur trouve-t-il son terme dans la mort ?
Gagnerons-nous aussi le repos éternel ?
Enfin répandra-t-on la terre polonaise
Sur nous ? Frères – ici, nous vécûmes quand même !
Bien qu’on nous interdît pendant longtemps d’y vivre –,
Nous donnera-t-on, morts, en son giron la paix ?

Plus loin que ne portent les yeux,
Gisent des morts sans sépulture ;
Des colonies de corbeaux vieux
Font des cadavres leur pâture !
Voyez planer les colonies,
Sur le ghetto, de vieux corbeaux
Scrutant déjà nos agonies
Pour y quêter des mets nouveaux !

Paix sur terre, à quoi tant nous croyons, espérants
Et pleins de ton désir – ne viens-tu pas bientôt ?
Messagères de paix, où donc sont les colombes,
N’y a-t-il que corbeaux, que corbeaux dans les bois ?
De repos, plus jamais ne devrons-nous avoir ?
Dieu n’existe-t-il plus pour ouïr nos suppliques ?
N’y a-t-il que corbeaux, que corbeaux, que corbeaux ?
Le monde a-t-il donc tant de pestes à nourrir ?

Plus loin que ne portent les yeux,
Gisent des morts sans sépulture ;
Des colonies de corbeaux vieux
Font des cadavres leur pâture !
Voyez planer les colonies,
Sur le ghetto, de vieux corbeaux
Scrutant déjà nos agonies
Pour y quêter des mets nouveaux !


(1942 im Ghetto Wilna geschrieben)

Drücken auch uns einst liebende Hände,
Wenn wir entschlafen die Augen dann zu?
Findet das Elend im Tode ein Ende?
Kommen auch wir einst zu ewiger Ruh?
Deckt man dann endlich die polnische Erde
Über uns? Brüder – wir lebten doch hier!
Wenn man uns längst auch das Leben verwehrte -,
Gibt man uns Toten dann Frieden in ihr?

Weiter als die Blicke reichen
Liegen Tote unbegraben;
Riesenschwärme alter Raben
Nähren sich mit Fleisch von Leichen!
Seht, wie überm Ghetto heute
Schwärme alter Raben fliegen,
Denn in unsern Todeszügen
Äugen sie schon neue Beute!

Friede auf Erden, an den wir so glauben,
Hoffend und sehnsuchtsvoll – kommst du nicht bald?
Wo sind die Boten des Friedens, die Tauben,
Gibt es nur Raben, nur Raben im Wald?
Dürfen wir Ruhe denn niemals mehr haben?
Lebt nicht mehr Gott, der das Flehen erhört?
Gibt es nur Raben, nur Raben und Raben?
Hat denn die Welt so viel Aas, das sie nährt?

Weiter als die Blicke reichen
Liegen Tote unbegraben;
Riesenschwärme alter Raben
Nähren sich mit Fleisch von Leichen!
Seht, wie überm Ghetto heute
Schwärme alter Raben fliegen,
Denn in unsern Todeszügen
Äugen sie schon neue Beute!

(in Welch ein Wort in die Kälte gerufen. Die Judenverfolgung des Dritten Reiches im deutschen Gedicht. [Directeur de publication : Heinz Seydel, Berlin, 1968])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Günther Anders (1902-1992) Chant des enfants d’Europe / Europäisches Kinderlied

Qui est Günther Anders ?

Qu’est-ce qui va nous arriver ?
Nous n’avons rien sur cette terre.
Ni vêtement, lit, ni manger.
Et nous dormons entre des pierres.
Pas sur nos fronts d’astres brillants :
en place et lieu, des feux brûlants.

Quand le matin le froid revient
nous flairons sang, déchets, ordures,
en tournillant comme des chiens.
Ce que nous trouvons de rognures,
pommes de terre ou rogatons,
avant l’voisin nous l’boulottons.


Was soll aus uns nur werden?
Wir haben nichts auf Erden.
Nicht Kleid, nicht Bett und Essen nicht.
Wir schlafen zwischen Steinen.
Und statt der Sternlein scheinen
uns rote Feuer ins Gesicht.

Kommt kalt die Morgenstunde,
dann schnüffeln wir wie Hunde
im Müll herum und Schutt und Blut.
Und welchen Dreck wir finden,
Kartoffeln oder Rinden,
wir fressen’s eh’s der Nachbar tut.

(inTagebücher und Gedichte [1985])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

%d blogueurs aiment cette page :