Virgile : la deuxième bucolique

Qu’est-ce que Les Bucoliques de Virgile ?


Le berger Corydon pour le bel Alexis,
délices de son maître, en vain se consumait.
Parmi denses hêtraies aux cimes combles d’ombre,
il allait et venait, lançant en solitude
aux monts et aux forêts ce chant stérile et fruste : 5

Ô cruel Alexis, qui de mes vers n’as cure,
qui sans pitié pour moi me contrains à mourir !
C’est l’heure où les troupeaux quêtent l’ombrage frais,
où dessous les ronciers le vert lézard se musse,
où pour les moissonneurs fourbus de canicule 10
Thestylis pile l’ail, l’odorant serpolet :
et moi, suivant tes pas sous le soleil ardent,
ma voix résonne aux bois où crisse la cigale.
Mieux m’eût valu subir les sévères colères,
le fier mépris d’Amaryllis ou Menalcas 15
quoiqu’il ait la peau noire et quoique tu l’aies blanche.
– Ne va pas, bel enfant, présumer de ton teint :
« blanc troène flétrit, lucet noir se récolte ».

Dédaigneux Alexis qui ne veux me connaître,
ni savoir mon cheptel, si j’ai foison de lait ! 20
J’ai mille agneaux errant sur les monts de Sicile ;
Je n’ai faute l’été, l’hiver, de lait bourru.
Je chante à la façon, quand il hélait ses bêtes,
d’Amphyon de Dircé sur l’Aracynthe attique.
Je ne suis pas si laid : j’ai vu sur le rivage 25
mon reflet par mer calme, et je ne crains Daphnis
si je te prends pour juge et si l’image est juste.

Daigne vivre avec moi dans ces champs sans attraits,
dans cette humble chaumine et enferrer les cerfs
et pousser les chevreaux vers la verte guimauve, 30
imiter avec moi, chantant, Pan dans les bois.
Pan montra le premier à relier de cire
des roseaux ; Pan prend soin des agneaux et des pâtres.
Ne crains point de meurtrir sur le roseau ta lèvre :
pour savoir pareils airs, que ne fit Amyntas ? 35
Je possède une flûte à sept tuyaux de tailles
différentes, présent de Dametas, jadis.
Il me dit en mourant : « Tu es son second maître » ;
ce m’a dit Dametas – Amyntas fut jaloux.
J’ai de plus – découverts en un val moins que sûr – 40
deux chevreuils au pelage encor taché de blanc,
qu’allaite une brebis : je les garde pour toi.
Thestylis les désire, et ce depuis longtemps :
elle les obtiendra, si mes présents te fâchent.

Approche, bel enfant, les Nymphes pour toi portent 45
pleines couffes de lis et la blanche Naïade
cueille fleurs de pavot et pâles violettes :
elle joint le narcisse à l’aneth odorant,
tresse le lavandin à d’autres herbes douces
et de soucis dorés rehausse la guimauve. 50
Je cueillerai, pour moi, les coings au fin duvet,
les châtaignes qu’aimait ma chère Amaryllis,
la mirabelle aussi, qui s’en honorera,
et je vous couperai, lauriers et proches myrtes,
votre bouquet mêlant vos suaves parfums… 55

Rustre de Corydon ! Alexis, de présents,
Fait fi ; ceux d’Iollas triompheraient des tiens.
– Malheureux, qu’ai-je dit ? j’ai livré à l’Auster
les fleurs, aux sangliers les limpides fontaines !

Qui fuis-tu, fol ? Des dieux ont habité les bois, 60
et Pâris. Les cités que Pallas a fondées,
qu’elle y vive ! Pour moi, rien ne vaut les forêts !
Le lion va au loup, le loup va au chevreau,
comme au cytise en fleurs va le chevreau lascif :
je vais à Alexis. Nos désirs nous entraînent. 65

Regarde : on a pendu les socs au joug des bœufs,
le soleil déclinant double les longues ombres :
l’amour pourtant me brûle – a-t-il, l’amour, de bornes ?
Corydon, Corydon, quel délire t’a pris !
Sur l’orme dru, ta vigne est à demi taillée. 70
Apprête-toi plutôt à faire ouvrage utile,
achève de tresser l’osier et le jonc souple.
Si celui-ci t’exclut, trouve un autre Alexis.


Formosum pastor Corydon ardebat Alexin,
delicias domini, nec quid speraret habebat.
tantum inter densas, umbrosa cacumina, fagos
adsidue veniebat. ibi haec incondita solus
montibus et silvis studio jactabat inani; 5

O crudelis Alexi, nihil mea carmina curas?
nil nostri miserere? mori me denique cogis?
nunc etiam pecudes umbras et frigora captant,
nunc virides etiam occultant spineta lacertos,
Thestylis et rapido fessis messoribus aestu 10
alia serpyllumque herbas contundit olentis.
at mecum raucis, tua dum vestigia lustro,
sole sub ardenti resonant arbusta cicadis.
nonne fuit satius tristis Amaryllidos iras
atque superba pati fastidia? nonne Menalcan, 15
quamvis ille niger, quamvis tu candidus esses?
o formose puer, nimium ne crede colori;
alba ligustra cadunt, vaccinia nigra leguntur.

Despectus tibi sum nec qui sim quaeris, Alexi,
quam dives pecoris, nivei quam lactis abundans. 20
mille meae Siculis errant in montibus agnae;
lac mihi non aestate novum, non frigore defit.
canto quae solitus, si quando armenta vocabat,
Amphion Dircaeus in Actaeo Aracyntho.
nec sum adeo informis; nuper me in litore vidi, 25
cum placidum ventis staret mare. non ego Daphnin
iudice te metuam, si numquam fallit imago.

O tantum libeat mecum tibi sordida rura
atque humilis habitare casas et figere cervos
haedorumque gregem viridi compellere hibisco! 30
mecum una in silvis imitabere Pana canendo.
Pan primum calamos cera conjungere pluris
instituit, Pan curat ovis oviumque magistros;
nec te paeniteat calamo trivisse labellum.
haec eadem ut sciret, quid non faciebat Amyntas? 35
est mihi disparibus septem compacta cicutis
fistula, Damoetas dono mihi quam dedit olim
et dixit moriens: ‘te nunc habet ista secundum’;
dixit Damoetas, invidit stultus Amyntas.
praeterea duo—nec tuta mihi valle reperti— 40
capreoli sparsis etiam nunc pellibus albo,
bina die siccant ovis ubera; quos tibi servo.
jam pridem a me illos abducere Thestylis orat;
et faciet, quoniam sordent tibi munera nostra.

Huc ades, o formose puer, tibi lilia plenis 45
ecce ferunt Nymphae calathis; tibi candida Nais,
pallentis violas et summa papavera carpens,
narcissum et florem jungit bene olentis anethi;
tum casia atque aliis intexens suavibus herbis
mollia luteola pingit vaccinia caltha. 50
ipse ego cana legam tenera lanugine mala
castaneasque nuces, mea quas Amaryllis amabat;
addam cerea pruna—honos erit huic quoque pomo—
et vos, o lauri, carpam et te, proxime myrte,
sic positae quoniam suavis miscetis odores. 55

Rusticus es, Corydon; nec munera curat Alexis
nec, si muneribus certes, concedat Iollas.
heu heu, quid volui misero mihi? floribus Austrum
perditus et liquidis inmissi fontibus apros.

Quem fugis, a, demens? habitarunt di quoque silvas 60
Dardaniusque Paris. Pallas quas condidit arces
ipsa colat; nobis placeant ante omnia silvae.
torva leaena lupum sequitur, lupus ipse capellam,
florentem cytisum sequitur lasciva capella,
te Corydon, o Alexi; trahit sua quemque voluptas. 65

Aspice, aratra jugo referunt suspensa juvenci
et sol crescentis decedens duplicat umbras.
me tamen urit amor; quis enim modus adsit amori?
a, Corydon, Corydon, quae te dementia cepit!
semiputata tibi frondosa vitis in ulmo. 70
quin tu aliquid saltem potius, quorum indiget usus,
viminibus mollique paras detexere junco?
invenies alium, si te hic fastidit, Alexin.’

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Fernand rené roman (à propos de Berline, de Céline Righi, aux éditions du Sonneur)

Je ne sais pas si Céline Righi avait en tête, écrivant son roman, la belle anthologie des poèmes de Milosz intitulée La Berline arrêtée dans la nuit et publiée naguère par Jean Bellemin-Noël. Le titre, évidemment, fait écho, crée comme une continuité, mais fait, me semble-t-il, plus qu’écho, tant la Berline de Céline Righi est elle aussi arrêtée dans la nuit, non pas dans cette nuit où « l’effraie appelle ses filles dans le bocage » (Milosz) mais celle, autrement plus obscure et permanente, de la mine de charbon.

Encore une relation de catastrophe minière, dira-t-on, la mine, ce ventre !, ce gouffre qui broie les hommes !, tout cet imaginaire (un peu d’Épinal) véhiculé par les événements, les romans, les récits de vie, les médias ? Berline en parle sans doute, mais, comme toujours dans les grands romans (et Berline en est un), l’essentiel est ailleurs : non pas à la surface de la narration mais dans ses tréfonds, non pas sur le carreau mais dans les puits.

Si Berline devait se résumer en un seul mot, ce serait, ce mot, re-naissance. Le héros, Fernand, une première fois piètrement rené après le décès de son frère mort-né :

Le prénom qu’il déchiffre sur la tombe [de famille] est le même que le sien. Qu’est-ce que ça veut dire ? Il est vivant et il est mort ? Vertige. Il n’ose rien demander. En lui, ça s’écroule. Au fil du temps, il comprend mieux […]. Il est arrivé au monde pour jouer les remplaçants, un an après la mort du petit. On lui a donné le prénom du mort, pour le souvenir, pire encore : pour donner une seconde vie au mort. (page 35)

le héros, donc, va, selon la belle formule du poète Guy Valensol, « accoucher de lui-même » dans le ventre de la berline renversé qui le protège / l’héberge au fond de la mine ravagée par un coup de grisou. Renaître suppose en un premier temps d’expulser tous ses chyles, de se débarrasser, comme d’un placenta, du corps d’avant :

Ça doit bien en faire deux [jours] qu’il est ici, vidé de tout, de sa pisse, de sa merde, de ses larmes. Il n’a rien pu retenir […] (page 12)

manière aussi de couper tous les cordons subsistants, comme Fernand l’a de longue date pressenti :

Un jour le père va mourir et tu seras tout seul […], Le père mourra et tu ne mangeras plus, tu ne boiras plus, rien n’entrera plus dans ton corps […] . (page 98 ; c’est moi qui souligne)

Mourir pour mieux renaître dans son individualité propre (Fernand, réveille-toi ! : telle est l’injonction répétée dans les toutes premières pages), en se nourrissant des mots que sécrètent les ténèbres auxquelles il est donné (page 10), ces mots qu’il remâche dans sa solitude non voulue mais nécessaire à son accomplissement : comme s’il s’écrivait lui-même, comme s’il écrivait lui-même le roman dont il est le sujet, comme si son corps, lavé de ses souillures internes, pouvait désormais se faire corps de mots, devenir cette berline-ventre qui le contient (comme le « chaud d’un terrier » [page 94]) et ce Berline qui se crée / s’écrit à mesure qu’il ajoute, tout au long de cette centaine de pages, à sa parole imprononcée. Fernand renaîtra corps de mots, neuf de son séjour au fond, Fernand sera roman, après la « délivrance du jour » (page 89) et l’en enfer, comme le veut l’envers de son prénom.

Écrire, si c’est faire naître quelque chose, c’est aussi toujours faire mourir. Berline n’échappe pas à ce principe. Il faut que tout meure autour de Fernand pour que Fernand puisse revivre sous forme, désormais, de roman : après le frère aîné, l’ami d’enfance,

Mario [qui] a dû s’envoler, retomber et probablement crever comme tous les autres (page 8)

le père dans une paronomase (« laminé par la mine » [page 88]), la mère qui

un jour, […] s’était levée du lit en pleine nuit, s’était écroulée, sa tête avait tapé le linoléum. Fin de l’histoire. (page 114)

Fin de l’histoire, ou plutôt début de ce qui la nourrit ? Sans les morts, y aurait-il les mots ? L’aventure de Fernand, c’est celle

[d’]une voix qui lui pousse de l’intérieur et semble le connaître mieux qu’il ne se connaît lui-même, qui lui prête des mots qu’il n’aurait jamais eus en bouche du temps qu’il était à la surface. (page 23 ; je souligne)

c’est cette voix qui, d’êtres normaux, fait des prophètes, des oracles, des personnages investis par une parole qui les dépasse et les transforme ainsi qu’il le ressent :

Avant l’extinction, il avait les pensées d’un gars simple qui n’a pas le temps de penser parce qu’il charge à longueur de journée. Mais ici, sous la chose, dans le silence des morts, sa cervelle joue à saute-mouton, fait des raccords curieux avec ceci, avec cela. Ça se découd, se recoud. Des pans de sa vie se raccommodent. (page 23 ; je souligne)

Écrire, c’est aussi cela, un travail de couture, de ravaudage, impliquant bien plus que la surface du tissu où l’aiguille s’active à boucher les trous : l’histoire de la fibre, des mains qui l’ont plantée, de la bête qui l’a portée ; tout ce qui épure la matière brute, la transforme, la transcende. Céline Righi le sait, qui se révèle d’emblée, avec ce texte magnifique et riche, un très bel écrivain, qui sait descendre au fond (page 29) : là où on aime la retrouver ; là où d’elle, désormais, nous sommes en droit de beaucoup attendre.

Catulle, poème 56 : à son ami Caton


Ah, le cas est, Caton, comique et truculent,

Et fait pour ton oreille et ton amusement !

Ris-en autant, Caton, que tu aimes Catulle

Car le cas est comique et vraiment truculent :

Je surprends tout à l’heure un morveux qui copule

Avec une gamine – Amour, sois indulgent :

Bandant incontinent me voici qui l’encule !


O rem ridiculam, Cato, et jocosam,

dignamque auribus et tuo cachinno!

ride quidquid amas, Cato, Catullum:

res est ridicula et nimis jocosa.

deprendi modo pupulum puellae

trusantem; hunc ego, si placet Dionae,

protelo rigida mea cecidi.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Alexandra Bernhardt (née en 1974) : Signal / Fanal



Je suis l’arbre
que l’on a sacrifié
quand trop peu fructifère

j’ai été abattu
tel un signe
de vent doux

j’ai été mis à bas
et mes os
semés loin jonchent le bois

Seul les voit le soleil
qui sans hâte sans à-coups
s’acharne à les blanchir1

1 : Le texte allemand dit littéralement : les rend / lentement progressivement constamment blancs. Je ne suis pas sûr que pour garder la souplesse de l’original une traduction française ne doive pas transposer syntaxiquement ces adverbes, légers en allemand mais très lourds en français.


Ich bin der Baum
den man geopfert
als er zuwenig Früchte trug

Ich ward geschlachtet
als ein Zeichen
milden Winds

Ich bin gefällt
und meine Knochen
liegen weit verstreut im Wald

Allein die Sonne sieht
auf sie und bleicht sie
langsam mählich stetig weiss

(in Weisse Salamander, 2020)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Pêcheur de sens (à propos de L’Herbe folle, de Jean-Jacques Marimbert, aux éditions du Cygne)

De livre en livre, on lit la poésie de Jean-Jacques Marimbert pour l’étonnement qu’elle suscite, pour sa façon d’être chaque fois « ni tout à fait la même ni tout à fait une autre » et de nous faire croire qu’on la saisit enfin quand elle est insaisissable. C’est qu’elle demande qu’on s’y penche pour, au-delà des thèmes qu’elle déploie, familiers au lecteur (la mer, les oiseaux, le ciel…), en comprendre la texture, évolutive au fil des recueils (de son écriture, Marimbert dit « qu’elle bouge » – à juste titre).
Celle de L’Herbe folle, qui vient de paraître aux éditions du Cygne, laisse en un premier temps l’impression d’une prose conceptuelle (beaucoup de références à la philosophie), suivie, exécutée legato, strictement découpée, pour chaque poème, en systèmes de 16 vers partagés en quatre strophes de 6, 2, 6, 2 vers, comme un patron formel qui s’imposerait visuellement au lecteur autant qu’au poète en tant que forme où couler-mouler sa parole et en contrôler le flux. Toutefois, si l’œil la constate, c’est à l’oreille, surtout, que la poésie se fait entendre, par le rythme récurrent des vers (autour de l’octosyllabe mais sans obstination, comme rubato dans le phrasé) et surtout par un très subtil jeu d’échos et de rimes internes, comme on peut en juger dans ce court extrait :

[…] Les chevaux courent sur
la plage. Le sable à l’eau mêlé
fait de l’œil une oreille, la mer
est dans un coquillage.

Il en va d’un chant, pleinement fluide et modulé, loin de certaines écritures contemporaines hachées, heurtées, et rejetées, semble-t-il, par l’auteur :

Une phrase saucissonnée, ou un
empilage de mots banals brisent
mon échine

revenir aux choses
dites simples badigeonnées
de platitude. Agiter le mot
poésie de sa saveur le prive,

de la force de Villon

Si on ne peut pas réduire le livre à une seule réflexion sur la poésie, c’est bien quand même sur l’écriture réfléchie qu’il se focalise. Il y est question d’une méthode, de chemins parcourus sans projet, dont résulte le poème ; sans toutefois d’excès théoriques, le moi du poète, son équilibre, étant la cible de cette entreprise existentielle :  

Avancer à tâtons, quel bonheur,
quand je ne sais pas où je vais

De brouillon en brouillon, je
vais sans but, pour découvrir
ce qui sera censé m’éclairer,
une fois là. Où, quand, je ne
sais. L’action est tragique ou
n’est pas. S’écrit un journal,

sans queue ni tête.

Sans queue ni tête ? Rien n’est moins sûr, dès lors que c’est de la sorte que s’examine, dans cette logique d’exploration par le langage,

l’abyssale énigme
du sens

qui mène à s’interroger sur celui de la vie :

Vivre, n’est autre
que sans ailes voler, chercher
au sol chemin croisant le tien

quitte à puiser, pour tâcher d’en saisir le mystère, au plus creux de soi, dans une enfance obsédante, car

Accueillir le présent n’est
pas donné, sauf naïveté de
la naissance

– cela sans compter que

[…] les fleurs, même
fanées, retiennent l’origine
.

Il s’agit donc de revenir à ce

fond de soi [où] est l’enfant
immobile, recroquevillé au
milieu du vide, abandonné

où se distingue dans toute sa précision, telle une sorte de scène originelle, le souvenir très prégnant d’un accident :

Ce chien à la langue étalée
sur l’asphalte mouillé, à la
fin d’une averse de mai, tu
n’as pu le chasser de ta vie.
Tout s’est passé si vite, une
flaque dans la cour, préau
déserté. Ta première leçon

de mort, de vie accidentée.

Ici la terre, dans toute sa poignante cruauté ; ailleurs, la mémoire mène à la mer dont la surface dissimule ce gouffre, cet abîme, inquiétant sans doute, où pourtant

batifolent mille
reflets chantants, sars tigrés et
soles enfouies, rougets pétales
de mer et daurades royales

Il me semble que l’univers de Marimbert s’organise, parmi d’autres systèmes, suivant un principe de verticalité : il y a les tréfonds du souvenir, de la vie telle que vécue, qui s’impose comme thématique ; il y a l’instant présent, la perception immédiate, comme celle de cette tourterelle presque invisible dans le fouillis des cyprès, laissant à comprendre que

le corps, clos
sur lui-même, […] n’est rien
sans l’appel du cerf-volant

et couronnant le tout, se trouve ce que le poète nomme l’enfant-ciel (merveille de l’expression !) dans le poème intitulé Mastaba, ou dans l’aplomb de cette très belle évocation marine :

La mer est l’écrin des nuages,
inaccessible fluidité. Au-delà
reflété par les hauts fonds et
que le soleil dessine, rayons
célestes, traquant le poisson
du sens.


C’est cette verticalité que le poète inspecte, celle du modeste brin d’herbe qui donne son titre au recueil, de

l’herbe aimée [qui] chante la vie

et qui

face au
soleil, lanc[e] les bras griffés,
avanc[e] dans la mémoire de
vies inconnues et familières
.

Doit-on souligner qu’il s’agit là d’une poésie d’une rare beauté, très singulière dans son expression, peu sensible (et c’est tant mieux) aux canons des esthétiques contemporaines ? Il faut lire, relire, cette Herbe folle, s’en imprégner, prêter oreille et corps à ce chant original où s’exprime et s’affirme aujourd’hui toute la maturité talentueuse de Jean-Jacques Marimbert.

Empereur Hadrien (76-138) : Petite âme folâtre et tendre / Animula vagula blandula

Qui est l’empereur Hadrien ?


Un des poèmes latins des plus connus, et des plus traduits. La syntaxe en est aussi floue que la métrique : on peut comprendre, au vers 3, « quae » comme sujet de « abibis » et de « dabis » ou comme adjectif interrogatif se rapportant à « loca », de même qu’au vers 4, « pallidula rigida nudula » peuvent se rapporter à « animula » comme à « loca » : d’où les deux propositions de traduction suivantes, l’une interrogative et plus inquiète (où va peut-être ma préférence) et l’autre exclamative. D’autre part, je renonce à rendre les diminutifs qui, s’ils sonnent juste en latin, ne le font pas, me semble-t-il et quoi qu’en veuille Ronsard, en français.

Petite âme folâtre et tendre,
Hôte du corps et son amie,
Où maintenant dois-tu te rendre
Livide, austère et démunie,
Et de tes rires te déprendre ?

*

Petite âme folâtre et tendre,
Hôte et compagne de mon corps,
Qui maintenant t’en vas descendre
En l’âpre blême et nu décor
Et de tes rires te déprendre !


Animula vagula blandula
Hospes comesque corporis
Quae nunc abibis in loca
Pallidula rigida nudula
Nec ut soles dabis jocos

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Georg Trakl (1887-1914) : Toujours plus sombre / Immer dunkler

Qui est Georg Trakl ?


Le vent mouvant les cimes pourpres :
Souffle de Dieu qui va et vient.
Le bourg noir face au bois se dresse ;
Trois ombres jonchent les labours.

Un chiche soir, profond et calme :
Ce que le val délivre aux humbles.
Un salut grave, en salle et clos,
Va mettre un terme à la journée.

Pieux et sombre un timbre d’orgue.
Marie y trône en robe bleue,
Berce en sa main son enfançon.
La nuit est étoilée et longue.


Der Wind, der purpurne Wipfel bewegt,
Ist Gottes Odem, der kommt und geht.
Das schwarze Dorf vorm Wald aufsteht;
Drei Schatten sind über den Acker gelegt.

Kärglich dämmert unten und still
Den Bescheidenen das Tal.
Grüßt ein Ernstes in Garten und Saal,
Das den Tag beenden will,

Fromm und dunkel ein Orgelklang.
Marie thront dort im blauen Gewand
Und wiegt ihr Kindlein in der Hand.
Die Nacht ist sternenklar und lang.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Ursula K. Le Guin (1929-2018) : À la pluie / To the rain

Qui est Ursula K. Le Guin ?


Mère pluie, multiple, immesurée,
choyant sur friche, sur champ, forêt,
toiture, taudis bas, haute tour,
eau qui plonges, laves tout, plus ample
que cités, plus douce qu’entre filles, plus vaste
que campagnes, qui calmes, rappelles :
reviens-nous, enseigne à nos âmes
inquiètes en ta chute incessante
à choir, à être ami, sentir jusqu’aux tréfonds,
à pénétrer, guérir, à adoucir les mers.


Mother rain, manifold, measureless,
falling on fallow, on field and forest,
on house-roof, low hovel, high tower,
downwelling waters all-washing, wider
than cities, softer than sisterhood, vaster
than countrysides, calming, recalling:
return to us, teaching our troubled
souls in your ceaseless descent
to fall, to be fellow, to feel to the root,
to sink in, to heal, to sweeten the seas.

(in So Far So Good [Copper Canyon Press, 2018])

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) : Ginkgo biloba (sur la feuille bilobée de cet arbre)

Qui est Johann Wolfgang von Goethe ?


Cet arbre qui, par l’Orient
À mon jardin fut confié,
Livre en sa feuille un sens latent
Qui réjouit l’initié :

Est-ce un unique être vivant,
Qui en soi-même s’est scindé,
Ou sont-ils deux qui s’élisant
Nous font saisir leur unité ?

J’ai pour résoudre ces problèmes,
Trouvé ce sens, judicieux :
Ne sens-tu pas dans mes poèmes
Que je suis Un en étant deux ?


Dieses Baums Blatt, der von Osten
Meinem Garten anvertraut,
Giebt geheimen Sinn zu kosten,
Wie’s den Wissenden erbaut,

Ist es Ein lebendig Wesen,
Das sich in sich selbst getrennt?
Sind es zwei, die sich erlesen,
Daß man sie als Eines kennt?

Solche Frage zu erwiedern,
Fand ich wohl den rechten Sinn,
Fühlst du nicht an meinen Liedern,
Daß ich Eins und doppelt bin?

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Georg Trakl (1887-1914) : Promenade hivernale en la mineur / Wintergang in a-Moll

Qui est Georg Trakl ?


Sur les branches souvent percent des boules rouges,
Qu’un long tomber de neige enneige, doux et noir.
Le prêtre donne au mort son accompagnement.
Les nuits ont fait le plein de fêtes costumées.

Sur le bourg alors vole une embrouille de freux ;
Il y a, merveilleux, des contes dans des livres.
Les cheveux d’un vieillard flottent à la fenêtre.
Des démons font des pas parmi l’âme malade.

La fontaine a gelé dans la cour. Choient dans l’ombre
Des escaliers en ruine et il souffle du vent
Au travers de vieux puits, qui ont été comblés.
Du givre, le palais goûte la forte épice.


Oft tauchen rote Kugeln aus Geästen,
Die langer Schneefall sanft und schwarz verschneit.
Der Priester gibt dem Toten das Geleit.
Die Nächte sind erfüllt von Maskenfesten.

Dann streichen übers Dorf zerzauste Krähen;
In Büchern stehen Märchen wunderbar.
Ans Fenster flattert eines Greisen Haar.
Dämonen durch die kranke Seele gehen.

Der Brunnen friert im Hof. Im Dunkel stürzen
Verfallne Stiegen und es weht ein Wind
Durch alte Schächte, die verschüttet sind.
Der Gaumen schmeckt des Frostes starke Würzen.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

%d blogueurs aiment cette page :