Horace (65-8 av. J.-C.) : à Chloé (Odes, I 23)

Résultat de recherche d'images pour "faon et biche en forêt"


Tu m’évites, Chloé, à la façon du faon
qui sur les monts sans laies, en quête de sa mère
___craintive, s’épeure de vent
___et de présence forestière :

car que se déchevèle au retour du printemps
la mouvante ramure – ou qu’aille en la broussaille
___le lézard vert en l’agitant :
___sa jambe tremble et le cœur lui défaille. 

Je ne suis point tes pas, tel le tigre méchant
ou le lion gétule, à des fins de ravage :
___allons, renonce à ta maman,
___c’est temps pour toi du mariage.

On peut entendre ici une mise en voix contemporaine du poème, 
due au compositeur basque Josu Elberdin.

Vitas inuleo me similis, Chloe,
quaerenti pavidam montibus aviis
__matrem non sine vano
__aurarum et silvae metu.

Nam seu mobilibus veris inhorruit
adventus folliis, seu virides rubum
__dimovere lacertae,
__et corde et genibus tremit.

Atqui non ego te, tigris ut aspera
Gaetulusve leo, frangere persequor:
__tandem desine matrem
__tempestiva sequi viro.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :