Rainer Maria Rilke à l’honneur dans la revue Triages (éditions Tarabuste)

19 poèmes de Rainer Maria Rilke,
extraits des Poèmes nouveaux (Neue Gedichte)
traduits par mes soins 
dans la revue Triages (n° 29, juin 2017) 
(version bilingue allemand-français)

 

On parle sur la Toile d’Icare au labyrinthe

Icare


Entretien avec Pierre Perrin : « Vous savez, on est toujours des héritiers : on ne peut pas écrire ex nihilo, sans avoir lu, et l’avantage de mon âge ‒ je vais avoir soixante ans ‒, c’est qu’on a eu le temps de beaucoup lire et de beaucoup relire. J’ai pleinement conscience que mon écriture est aux marges de ce qu’on publie de nos jours, et de ce qu’on lit. C’est aussi là que je situe mon Icare : dans les marges, dans les limbes ; dans les coulisses d’un opéra que Gaston Leroux savait peuplé de machineries et de fantômes ‒ « fantômes » c’est d’ailleurs le dernier mot du livre. »


Jacques Josse : Lionel-Édouard Martin conduit son récit à sa main, le frottant aux paysages, à l’étymologie des noms de lieux, aux plaisirs du palais et à certains faits rattachés à l’histoire des localités traversées. […] Les dialogues fusent. Qui rythment une narration bien moins désinvolte qu’il n’y paraît. L’écrivain la manie à la perfection. Il s’y montre à son aise, brouillant les pistes ou clarifiant les choses, selon l’envie ou la nécessité.


Zazymut : La nostalgie y est légère avec l’autodérision qui lui sied à merveille. La vigueur des éclats de rire, des échanges verbaux se font un beau chemin dans le labyrinthe de l’auteur. Lionel-Edouard Martin tisse les mots pour relier les géographies, lier les opposés.


Grégory Mion : Voici peut-être l’une des questions les plus délicates de la création littéraire : comment le personnage vient à l’esprit du romancier et comment ce même romancier finit par s’en défaire après l’avoir longuement apprécié ? Loin de proposer un traitement scolaire de cette énigme, Lionel-Édouard Martin, dans son nouveau roman, emploie un dispositif habile où il se met lui-même en scène en train de dialoguer avec son personnage, comme une sorte de Socrate qui inventerait son propre interlocuteur après avoir éprouvé toute la jeunesse philosophique d’Athènes.


Pierre-Charles Kaladji : Cette écriture « qui fait la boule », vivant de mouvements ophidiens, se rétractant et se dénouant dans la phrase au rythme des syllabes, peu à peu, nous fait entrer dans autre chose qu’un simple effet de style. Progressivement, on s’aperçoit qu’Icare au labyrinthe est une tentative de poème dans le roman. On a pu aimer le style poétique de Céline, Proust, Aragon, Gracq, Giono ou Cendrars mais il me semble ici qu’on avance un cran plus loin, cette invention de la langue (au sens religieux et au sens technique du terme) au sein de la narration d’un roman qui apprend à naître, tout cela pourrait nous conduire à abuser du vocable de « proème » inventé par Francis Ponge pour tenter de révéler le genre littéraire auquel appartient Icare au labyrinthe.


Michel Gros-Dumaine : Et çà dit, çà s’accroche au souvenir, çà collectionne les lieux, les itinéraires comme un retour à une psychogéographie oubliée, çà rempli l’espace laissé vide par l’arbre mort et abattu, çà gronde la beauté du monde, çà dépèce le vivant, tripes et boyaux, çà rechigne au grand vide contemporain des arts et des lettres, çà mange, çà boit.


Pierre-Vincent Guitard : Un roman qui contribue à donner à la littérature française des perspectives que l’on croyait disparues.


Marc Villemain : Ce qu’il y a de très beau dans ce roman, c’est cela : tout ce qui persiste à lier, relier ces deux êtres qu’en apparence tout oppose. Que le vieil homme ait un faible pour la jeunesse, voilà qui ne surprendra personne ; il était moins évident que cette jeune fille aussi moderne trouvât autant d’agrément à la présence du vieil homme. Or, Lionel-Edouard Martin a su montrer que la chose était possible : que les générations ne s’opposent peut-être pas autant qu’on veut bien le dire, et qu’elles s’épient plutôt, se dévisagent, se jaugent dans un mouvement mutuel d’apprivoisement. D’où la grande beauté, la grande sensibilité de cette relation.

La revue Chiendents consacre à votre serviteur sa dernière livraison

La revue Chiendents (aux éditions du Petit Véhicule) me fait le grand honneur de me consacrer son 59e numéro (décembre 2014). On y lit, entre autres, petits papiers et témoignages de Marc Villemain, de Dominique Panchèvre, Bergère Marc, et Grégory Mion, ainsi qu’un entretien donné à Frédéric Fiolof.

chiendents

A propos de Mousseline et ses doubles pour la librairie Mollat

MARTIN-Mousseline-1re-90x141Mollat

Je parle, dans un court entretien donné à la librairie Mollat,
de Mousseline et ses doubles.

Sur youtube, c’est ici ; c’est sur dailymotion.

Des rencontres cet automne, autour de « Nativité cinquante et quelques » et de « Mousseline et ses doubles »

En novembre, en Poitou-Charente,
dans le cadre de l’opération Les auteurs se font une toile ! :

 

Capture 1


En décembre à Paris :

 

Rencontre avec LEM 3

Mousseline et ses doubles en première sélection 2014 du prix Eugène Dabit du roman populiste

Prix Eugène Dabit du roman populiste 2014

Mousseline et ses doubles (éd. du Sonneur) est en librairie

Bannière Mousseline

Ce qu’en dit Marc Villemain sur son blog : « […] une écriture à nulle autre pareille, où les à-coups de la respiration viennent se nicher dans une phrase de grande amplitude, où la justesse du mot et la suggestivité de la syntaxe donnent aux images tous leurs échos, toutes leurs résonances, et où s’entend le rythme ténu mais obsédant d’une gorge qui palpite, d’une voix qui, pour énoncer précisément, n’est jamais loin de trembler. L’écriture romanesque de Lionel-Edouard Martin, dont on sait que la poésie occupe la moitié de l’œuvre, n’aura peut-être jamais été aussi évocatrice ; populaire et savant, d’une composition dont la minutie n’altère jamais l’intensité de personnages très touchants, ce drame de l’amour en témoigne de manière aussi sensible que magistrale. »

Aux éditions du Sonneur, le 25 septembre 2014

Bannière Mousseline

Nativité cinquante et quelques : articles et recensions

cvt_Nativite-cinquante-et-quelques-Lionel-Edouard-Mart_158

Petit florilège :
Une certaine part du monde reste source d’émerveillement : il y a du franciscain en Lionel-Edouard Martin, qu’émeut ces petites choses qu’on ne voit plus, ce léger frissonnement de la nature, cette lointaine et ancestrale odeur de terre, de pain et de vin. L’espèce d’incursion médiévale qu’est Nativité cinquante et quelques en apporte une preuve nouvelle : des choses les plus simples on peut écrire la plus grande littérature. (Marc Villemain)


Un récit choral magistral . Martin happe son lectorat dès les premiers mots et distille une petite musique entêtante que l’on pressent très rapidement funeste . (Gildas)


Lionel Edouard Martin excelle à nous plonger dans cette féerie dont il garde assurément la nostalgie, son style à la syntaxe épurée, au vocabulaire ancré dans la terre est une pure merveille dont on ne se lasse pas. (Pierre-Vincent Guitard)


Un roman absolu et de droit divin. (Grégory Mion)


Une écriture floconneuse, qui s’agrippe, se colle sur vous, fondant lentement en myriade de phrases et de mots, cognant vos sens, vos perceptions. Des lexèmes qui vous chavirent, ébranlent vos émotions. Une histoire simpliste qui défile devant vos yeux, pénètrent vos pores, infuse en vous, lentement au rythme d’une errance fleurant le pain chaud, la France rurale, celle des croyances, de la souffrance issue du labeur et de la terre, houée, sillonnée à coup de herse. Lionel-Édouard Martin nous présente une crèche vivante,  une regardure de cette société des années cinquante, une galerie de personnages qui va du rebouteux au médecin de ville plus féru de Balzac que de médication. Un monde en bourrèlement, en évaporation, point par le modernisme, l’isolement et d’où émane un relent de Parque. Cette nativité captivante, surprenante, douloureuse, mortifère, nous plonge au cœur des empiriques, des gentilités en déréliction, que l’homme exhume en cas de désespoir, d’impuissance. (Yggdrasil)


Lionel-Edouard Martin a une écriture gourmande (les pages 45,46 font saliver), une prose bienheureuse, simple mais pas simpliste pour un sou, riche, colorée, sensible. Les racines le retiennent à ce pays. Il y a du Giono, du Fallet, du Chabrol dans cet homme. J’ai lu ce conte en dégustant chaque page, chaque mot jusqu’à une fin que je ne vous dévoilerai pas. Un très, très bon moment de lecture. (Zazy)


Voilà un livre rare et beau. Rare par son thème et sa langue. Beau par sa présentation. Une couverture bleu nuit étoilée et un arbre éclairé comme par la lune. Cet arbre ressemble aussi à des algues sous-marines. Ciel et profondeurs donc. […] J’ai beaucoup d’admiration pour ce texte. Pour la force d’imagination qu’il révèle. Pour son caractère suggestif et poétique. Pour son style surtout. Sensuel, inventif, souvent proche de l’expression orale. Avec des variations de rythmes. On entendrait presque un accent local. (Anna Potocka)


Un style pur, désossé, il n’y a pas de couenne, pas de gras. C’est une écriture magnifique, c’est superbe. (Lydie Zannini)


Dans Nativité cinquante et quelques, on se promène entre Dickens, Maupassant, Giono et Henri Pourrat. Et dans une nuit de Noël transfigurée. Tous les éléments sont réunis, de l’étoile du berger jusqu’à l’Enfant Jésus en passant par les Rois Mages, la Vierge, l’âne et le bœuf. Mais bien que reconnaissables, ses éléments sont métamorphosés, déplacés et bousculés pour composer une délicate et sombre crèche païenne. On sera également touché par un style de l’auteur que nous connaissions moins. Les longues séquences de L-E. Martin qui savent travailler et penser la langue qu’elles déploient sous nos yeux sont ici digérées en phrases brèves, assénées comme dans le souffle court d’un marcheur pressé qui avance dans la neige. (Fiolof)


C’est en décrivant les faits et gestes coutumiers, puis en esquissant ce qui transparaît des silences et de la vie intérieure de ceux auxquels il s’attache, que Lionel-Édouard Martin parvient à entrer au cœur d’une réalité qui allie simplicité et profondeur. Il le fait avec discrétion et empathie. Le temps d’un roman habité par des êtres qui ne se résignent jamais. (Jacques Josse)


Phrase simple et brillante, auréole jolie qui coiffe ce bon roman – mais on devrait plutôt postposer l’adjectif et écrire « roman bon »  –  car on ne peut se contenter, dans le cas de Nativité cinquante et quelques de réduire l’épithète à l’unique signification de « qui est bien fait ». « Bon » est ici à prendre dans toute sa belle ampleur : « bon » dont les synonymes sont « généreux » et « humain ». Tout gorgé de symboles, cet ouvrage est aussi la géniale dissection des miracles quotidiens ; un regard bienveillant à l’éclat nostalgique posé sur les petites choses et sur les petites gens. Savoureuse est la langue, pétrie avec justesse dans une tendre vigueur ; une langue qui ramène à la terre, qui croque les racines, qui possède la rondeur charnue de la châtaigne mais aussi le piquant de sa bogue. Un livre comme un voyage au bout d’une nuit noire et magnétique comme un aimant, nuit qui semble souveraine mais qui ne parviendra pas cependant à étouffer le triomphe d’une certaine forme de lumière. (Céline Righi)

Nouveaux échos de Nativité cinquante et quelques

« […] Lionel Edouard Martin excelle à nous plonger dans cette féerie dont il garde assurément la nostalgie, son style à la syntaxe épurée, au vocabulaire ancré dans la terre est une pure merveille dont on ne se lasse pas. […] »

C’est Pierre-Vincent Guitard qui l’écrit sur Exigence Littérature à propos de Nativité cinquante et quelques.

, c’est Nicola Delescluse qui en parle longuement dans son émission sur Radio Campus Lille.

%d blogueurs aiment cette page :