Prochaines publications (aux éditions du Bateau ivre, fin novembre 2021)

D’abord, des poèmes en prose : Ville au coude d’un fleuve évoque la vie d’une cité, sans doute antique, de sa fondation jusqu’en ses métiers, ses croyances, ses divertissements. Autant de motifs développés en soixante textes courts relevant du poème en prose, qu’ils théorisent en creux s’il est vrai que souvent les voies en parallèle se lassent d’aller droit, tournent en angle et déterminent des carrefours qu’on aménage de terre-pleins.

Ensuite, des traductions du latin : Martial, La Verve, Le Verbe, 196 épigrammes choisies, traduites et annotées par mes soins. Les épigrammes de Valerius Marcus Martial (né vers 40 de notre ère, mort vers 104), non dénuées à l’occasion d’un charme poétique incontestable et d’une vive sensibilité, constituent une des œuvres les plus comiques de l’Antiquité latine. La présente traduction de 196 (sur plus de 1500) de ces courtes pièces s’efforce de rendre le ton d’origine et la virtuosité stylistique de cet énorme éclat de rire atemporel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :