Pline le Jeune : Renvoi d’ascenseur (Lettre à son ami Augurinus)


Qui est Pline le Jeune ?


Si, loué de toi, j’entreprends de te louer, je crains de ne paraître moins professer mon opinion que confesser ma gratitude. Mais peu m’importe de le paraître : je tiens pour excellents tous tes écrits, ceux surtout sur moi. Cela, pour une seule et même raison : ton écriture est supérieure quand tu écris sur tes amis ; je trouve, quand je le lis, supérieur ce qu’on écrit sur moi.


Si laudatus a te laudare te coepero, vereor ne non tam proferre iudicium meum quam referre gratiam videar. Sed licet videar, omnia scripta tua pulcherrima existimo, maxime tamen illa de nobis. Accidit hoc una eademque de causa. Nam et tu, quae de amicis, optime scribis, et ego, quae de me, ut optima lego. Vale.

in Lettres, livre IX, 8


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :