Natale Rondinini (1628?-1657) : Je dors, mais point mon cœur


La nuit peut bien couvrir la flamme de mes yeux,
Et vaincre de sommeil leur flambeau lumineux,
Ces yeux que les Amours entourent de décence
Et la Pudeur, la Grâce en sa triple présence :

Accablé de soucis, je ne suis point dispos,
La nuit charge mes yeux d’un repos sans repos,
Et l’apaisant sommeil devra se faire attendre
Tant qu’il ne couchera ma tête et mon cœur tendre¹.

¹ : Le texte imprimé porte sternas (qui impliquerait la présence d’un vocatif dont il n’y a pas trace). J’ai corrigé en sternat, plus satisfaisant pour la syntaxe. Capiti est une forme poétique, pour des raisons de métrique, de l’ablatif de caput.


Nox quamvis oculorum ignes premat atra nitentes,
__Et condant somno lumina victa faces;
Lumina, quae circum casti glomerantur Amores,
__Et Pudor, & triplici Gratia nexa choro:
Nox tamen assiduis lacerat praecordia curis,
__Imperat atque oculis irrequieta quies.
Nec prius obrepet, qui laxet pectora, somnus,
__Quam sternat capiti molle cor ipse meo.

(in Carmina illustium poetarum italorum tome XI, p. 94 [1721])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Giorgio Cichino (1514-1599) : Retraite de Lygdon, vieux chasseur

Qui est Giorgio Cichino ?


Lygdon te fait le don, Sylvain, de cette pique
dont l’âge, à contre-gré, lui ôte la pratique.
Au temps qu’il fut robuste, il recouvrit souvent
ton cyprès de peaux d’ours et de riches présents.
Souvent avec sa meute il courut dès l’aurore
les forêts où le soir on le voyait encore.
Déclinant, désormais, chargé d’ans, de torpeur,
il tiendra loin du clos les loups et les voleurs.
– Mais protège toujours, ô Divin, sa vieillesse :
Qu’en des bois sûrs ainsi qu’avant son troupeau paisse.


NB : On trouvera, sur ce site, d’autres épigrammes de Giorgio Cichino, traduites par mes soins (et, pour autant que j’en sache, pour la première fois en français), en faisant une recherche sur son nom.


Dedicat haec, Sylvane, tibi venabula Lygdon,
__nam studia invitus deserit illa senex.
Dum solidum fuerat robur, tua saepe cupressus
__ursorum exuvias muneraque ampla tulit.
Saepe canum silvas lustrantem vidit Eous
__agmine, saepe Hesper, jam fugiente die;
nunc satis est, annis fessus tristique senecta,
__si stabulis fures arceat atque lupos.
At tu, dive, senem non umquam mitte tueri,
__per nemora ut tutus pascat, ut ante, greges.

(in Carmina [première publication : 1976])


Cette traductione originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Giorgio Cichino (1514-1599) : Amours nocturnes

Qui est Giorgio Cichino ?


Acon immole, ô Nuit, Obscurités muettes,
pour vous ce noir bétail, vous offre des galettes.
Repos qui m’es plus cher que soleil éclatant,
que lumière, et qui seul apaises mon tourment !
Si t’agréent voluptés d’amants, amours secrètes,
quand passionnément les baisers se répètent,
secours-moi, bonne Nuit, vêts-toi d’obscurités,
cependant que je cours devers mes voluptés.


NB : On trouvera, sur ce site, d’autres épigrammes de Giorgio Cichino, traduites par mes soins (et, pour autant que j’en sache, pour la première fois en français), en faisant une recherche sur son nom.


Has nigras tibi, nox, pecudes, tenebraeque silentes,
__mactat Acon vobis, rustica liba ferens.
Carior o solis radiis mihi, carior ipsa
__luce, quies, curis quae data es una meis.
Si te furta juvant Veneris, si gaudia amantum
__dulcia, dum cupide basia utrimque sonant,
affer opem, bona nox, furvis velata tenebris,
__gaudia dum properans ad sua fertur Acon.

(in Carmina [première publication : 1976])


Cette traductione originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Giovanni Pontano (1429-1503) : Fantasmes de vieillard amoureux

Qui est Giovanni Pontano ?


Qu’un dieu me fît de marbre, ici, fussé-je pierre
Que foulerait aux pieds ma cruelle Fannie !
Chaque fois que gagnant le seuil sacré du temple,
Par mes membres de pierre elle cheminerait,
Et les processions passant aux jours de fête,
Elle irait à son seuil afin de regarder.
Alors, bien que fait marbre et insensible pierre,
Je jouirais, foulé sous ses pieds gracieux :
Car il n’existe rien sous les contrées du ciel
Qui sache renoncer à ce qui le délecte.
Amour, flèches d’amour : si s’en moquent d’aucuns,
Que telle dureté se coule dans mon corps !
Contraint, suis-je privé deux jours de ta présence,
Mon être malgré moi décline et s’ensauvage.
Un jour sans t’avoir vue est bien assez, Fannie :
Je semble avoir perdu l’usage de mes sens.
Je crains, le lendemain, d’abhorrer la lumière,
Et d’être masse inerte au lieu de qui je suis !
– Quitte à muer, Fannie, et pour te mieux servir :
Puissé-je devenir au moins ta gorgerette¹.


¹ : Il s’agit de l’ancêtre du soutien-gorge…

Hic me marmoreum faceret deus, hic ego saxum,
__Quod premeret pedibus Fannia dura suis;
Nam quotiens sacri peteret pia limina templi,
__Per mea membra suum saxea ferret iter,
Et quotiens festis redeunt sua sacra diebus,
__Limine prodiret conspicienda suo.
Tunc ego, marmoreus quamvis nec sensile saxum,
__Gauderem nitidis ipse premi pedibus;
Nam nihil est caeli subter regione creatum,
__Quod non delicias norit habere suas.
Quod, siquid venerem Veneris seu spicula nescit,
__Durities artus induat illa meos;
Et si te biduum cogar caruisse, necesse est
__In speciemque abeat nostra figura rudem.
Una dies tantum est, qua te non, Fannia, vidi,
__Et sine iam videor sensibus esse meis;
Altera, quam vereor, ne sit lux invida nobis,
__Et sim de nostro nomine pondus iners.
Quicquid ero, merear cum de te, Fannia, maius,
__O saltem strophium possit id esse tuum.

(in Parthenopeus siue Amores)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Giorgio Cichino (1514-1599) & Giovanni Pietro Astemio (1505-1567) : Paradoxes des jumeaux siamois

Qui sont Giorgio Cichino 
et Giovanni Pietro Astemio ?


Petite note introductive : 
La question si les jumeaux siamois étaient une ou deux personnes distinctes avait été débattue par Henri de Gand à la fin du XIIIe siècle dans ses Quodlibeta Theologica (VI, questions 14 et 15), dont une édition avait été donnée à Paris en 1518 (peut-être Cichino et Astemio avaient-ils pu la consulter – on en trouve dans cet article : https://ress.revues.org/145#bodyftn20 une analyse en français). Les réponses apportées par Henri de Gand seront fréquemment reprises et vulgarisées par la suite dans de nombreux traités de théologie pratique.
L’intérêt de la Renaissance pour les « monstres » (monstra : « Monstres sont choses qui apparaissent contre le cours de nature [& sont le plus souvent signes de quelque malheur à advenir] comme un enfant qui naist avec un seul bras, un autre qui aura deux têtes, & autres membres ») se manifeste, entre autres, chez Montaigne (Essais, Livre II, chapitre 30) ainsi que chez Ambroise Paré dans son Des monstres et prodiges (1573).

___Cichino :

1. « Vous nous voyez tous deux fondus en un seul corps ?
Cœur, esprit, sont fondus de la même façon.
Si vivre, c’est grandir : nous vécûmes dans l’ombre,
Nés tous deux à même heure, à même heure emportés. »

2. « D’entrailles en travail, je nais : je n’ai qu’un corps,
Où bras, têtes et pieds ont été dédoublés. »

3. On voit, en ces jumeaux, l’influence des astres :
Que l’un vienne à mourir, l’autre meurt à son tour.

4. « Dans le sein maternel, t’ai-je donc nui, mon frère ?
Malheur ! Pourquoi veux-tu, mourant, causer ma perte ? »

5. Même destin ? non pas : différent, des deux frères,
L’un meurt sitôt que né, l’autre meurt en naissant.

___Astemio à Cichino :

6. Ne nomme pas « jumeaux » qui n’a qu’une poitrine
Et dans cette poitrine un seul cœur, un seul torse,
Ni ne nomme « être simple » un être à double tête,
Qui a deux fois deux mains, qui a deux fois deux pieds.

7. La mère accouche d’un, de deux, qui n’ont qu’un corps :
Et n’accouche ni d’un, ni n’accouche de deux.


_____Cichini:

1. Cernitis haerentes in eodem corpore fratres?
Sic etiam haerentes corde animoque sumus.
Viximus in tenebris, si vita est crescere, at hora
Edidit una duos, abstulit una duos.

2. Viscere concreto exorior: sub corpore eodem
Fecerunt geminos brachia, colla, pedes.

3. Astrorum vires qui nescis cerne gemellos:
Uno etenim extincto, extinctus et alter obit.

4. Quid frater fratri nocui, sub ventre parentis?
Cur miserum velles perdere morte tua?

5. Fata eadem, diversa immo, sunt fratribus: ortus
Occidit hic, oriens occidit ille prius. 

_____Abstemii: 

6. Nec geminos dicas queis unum pectus, in uno
Pectore corque unum truncus et unus inest,
Nec dicas unum, bifido qui vertice duplex,
Bis geminaque manu est, bis geminoque pede. 

7. Atque unum atque duos in eodem corpore mater
Nixa: nec est unum nixa, nec illa duos.

(in Carmina [première publication : 1976])


Ces traductions originales, dues à Lionel-Édouard Martin, relèvent du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de les diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Giovanni Pietro Astemio (1505-1597) : La nymphe devenue source

Qui est Giovanni Pietro Astemio ?

Nymphe des bois (Joseph Caraud [1821-1905])


« J’étais nymphe jadis et suis lymphe à présent
____– Torride alors, à présent fraîche ;
Je consumais d’amour et j’éteins maintenant
____– Tendre à cette heure, alors revêche :
Mon poète le sait, qui se mourait dément
____D’amour : désormais sage, il prêche
Poésie en la grotte où fraîchit mon courant. »


Nympha prius nunc lympha, calor nunc frigus, amore
Accendi, exstinguo nunc levis ante gravis.
Scit meus hoc vates, qui insanus amore peribat,
Nunc sanus gelidi fontis ad antra canit.

(in Carmina [Première publication : 1971-72])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Francesco Maria Molza (1489-1544) : Requête au soleil


Bon soleil prodiguant tes célestes rayons
À la terre enfantant ses richesses offertes,
Vois ces fruits alourdir, déjà, les branches vertes,
Portés par le tortis renflé des frondaisons.

Tant qu’Alexis le bel est loin de sa patrie,
Ils resteront pour lui pendus dans le verger.
Ne les fais pas souffrir des excès de l’été,
Ni tomber, rudoyés de froide intempérie.


Sol pater, aetherea cuius sub lampade foetus
__Concipit, et varias terra ministrat opes,
In virides cernis quae jam procumbere ramos
__Poma diu, et curvo stipite nixa geri.
Pulcher Alexis abest patriis dum longius oris,
__Illi pendebunt sepibus ista suis:
Tu face ne nimio tandem violentur ab aestu,
__Neu rapido ad terram frigore lapsa cadant.

(in Delle poesie volgari e latine di Francesco Maria Molza, tome I [1747] p. 250)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Francesco Maria Molza (1489-1544) : Prière votive à Diane


Délia que l’on chante à voix sèche en voyage
Pour alléger les longs chemins de leur ennui :
Fais au bel Alexis, Déesse, bon visage,
Au long de son trajet de retour au pays.

Protège du soleil sa coiffure jolie ;
De la poussière aussi, préserve sa beauté ;
Et au lieu de rosée : humecte d’ambroisie,
Bon guide, le chemin matinal emprunté.


Delia, quam sicco properans canit ore viator
__Et minuit longae taedia mille viae,
Dum patrias repetit sedes formosus Alexis,
__Aspires placido numine Diva precor,
Neve illi molles urantur sole capilli,
__Detrahat aut solitum pulvis et ipse decus,
Ambrosiae exudes tenui pro rore liquorem,
__Quo matutinum te duce carpat iter.

(in Delle poesie volgari e latine di Francesco Maria Molza, tome I [1747] p. 249)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Lorenzo Lippi (1442 [?]-1485) : Poissons, coquillages et crustacés


Les crabes

Les crabes, au printemps, changeant de carapace,
Dépouilles déposées, rajeunis, sont contents.

Vere novis renovant cancri sua tergora crustis
__Exuviis positis laeta juventa redit.


Ce que dit l’étoile de mer

Pareille à une étoile ardente de feu vif,
Je brûle de mon cuir grenu ce que je touche.

Sum similis stellae candenti fervidus igne:
__Uruntur callis omnia tacta meis.


Ce que dit le nautile

À me voir sur la mer, au sûr, tel un navire,
L’Ésonide apprit l’art de la marine à voile.

Per freta dum cautus deducor imagine navis,
__Aesonides didicit ducere vela ratis.


Le dauphin

La cithare et l’amour émeuvent les dauphins :
Les astres clairs du ciel stellaire en sont témoins.

Mulcetur cithara delphin, mulcetur amore:
__Testes stelligeri sidera clara poli.


Ce que dit la seiche

J’épands du noir de seiche en place de sang rouge,
On me mange, et mon « sang » coule sur le papier.

Atrum purpureo pro sanguine fundo liquorem.
__Devoror et nostro sanguine charta madet.


Ce que dit le grondin

Comme ma langue brille, on me surnomme « lampe » :
On me prendrait, de nuit, pour un vrai lampion.

Est lucerna mihi nomen, quod lingua refulget:
__Si noctu aspicias, lumina vera putes.


Le couteau (coquillage)

Le couteau fait briller la mer de radiances :
Il éclaire la table où il est déposé.

Dactilus illustrat radianti lumine pontum:
__Apponas mensae lumine mensa nitet.


Ce que dit l’oursin

Je suis sur tout le corps entouré de piquants,
Mais casse-t-on mon test, ma chair est succulente.

Spicula me volvunt totum defixa per orbem:
__Sed liquor infracto cortice gratus erit.


Ce que dit la grenouille

Tant que je n’ai ma forme, on m’appelle têtard,
Et quand je l’ai, je suis la grenouille jacasse.

Dum caro deformis poteras dixisse Gyrinum:
__Mox formata magis garrula rana vocor.


Le silure

Ce brigand de silure attaque toute bête,
Entraînant dans les eaux les chevaux qui s’y baignent.

Appetit omne animal grassator dente silurus:
__Et summa nantes per freta mergit equos.


Ce que dit le maquereau

On me croirait couleur de soufre, dans l’eau pure :
Je montre, hors de l’eau, mes écailles dorsales.

Sulphureus videor liquidis cum cernor in undis:
__Extra undam apparent squamea terga mihi.


Ce que dit l’éponge

J’ai, de nature, sens, et pouvoir de m’accroître
Car mangeant poissillons et petits coquillages.

Incrementa mihi et sensum natura paravit:
__Nam parvas conchas pisciculosque voro.

(in Pictorii sacra et satyrica epigrammata […] Laurentii Lippii Collensis, disticha, ad Laurentium Medicem Florentinum, […] [1518] pp. 60 et sq.)


Ces traductions originales, dues à Lionel-Édouard Martin, relèvent du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de les diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Benedetto Giovio (1471-1545) : Poissons du lac de Côme


NB : Certains des noms latins des poissons cités (trisius, persicus, aquo) n’appartiennent pas au latin classique et sont introuvables dans les dictionnaires. Je me suis fié, pour les traduire, au sens qu’en donne le professeur M. Monti dans son ouvrage : Ittiologia della provincia e diocesi di Como (Côme, 1846).
On pensera bien sûr aux poissons de la Moselle d’Ausone, mais aussi au petit bestiaire d’Alexandre Neckam (1157-1217).

Équation animale

L’onde argentée abrite autant de poissillons
Que les monts soleilleux hébergent d’oisillons.

Quot tibi pisciculos argentea Lympha creavit,
__Collibus apricis tot numerabilis aves.


La truite 1

S’appelait « Fario » jadis la grosse truite,
Pour toi, le lac de Côme en chouchoute d’énormes.

Majorem varium troctam dixere vetusti;
__Quam tibi praepinguem Larius ipse fovet.


La truite 2

Vivant seule en eau vive, on me dit « torrentine »,
Mais pourquoi sans raison m’appelle-t-on « truda » ?

Cur torrentinam? fluvidis quod solus in undis?
__Cur trudam nulla me ratione vocas?


La truite 3

M’appelant « truite », on a voulu dire « vorace »,
Le terme est bon, je suis vorace de poissons.

Qui troctam dixit; voluit signare voracem:
__Piscivorax apto nomine trocta vocor.


La tanche

‒ « Tanche », pourquoi ce nom ? ‒ Vois, sur mon dos, ces ta[n]ches ;
Et pour me fricasser : de l’ail, du lard, du poivre.

Tinca vocor: quare? maculosum respice tergum:
__Allia des lardum, dum coquor, atque piper.


La lotte

Qu’on me cuise la lotte en une huile bien chaude :
J’en prends laitance et foie, et vous laisse le reste.

Trisius ardenti mihi sit bene coctus olivo:
__Da jecur et lactes: caetera reddo tibi.


L’anguille

Moi, serpent ? Que nenni : je suis un gros poisson,
Réputé le meilleur, au gril, après la truite.

Me colubram fortasse putas: sum piscis obesus,
__Tostaque post troctam gloria prima feror.


La perche

Native du peu d’eau de l’Eupili : c’est moi
La perche qui de là gagne le lac de Côme.

Eupylis exigua sum Persicus ortus in unda:
__Meque peregrinum Larius inde tulit.


Le brochet

À l’aigu de mes dents n’échappe nulle proie :
Je suis « loup », comme on dit, mais j’ai le dos qui brille.

Non me praeda fugit quia dentibus armor acutis:
__Sum Lupus ut referunt: sed mihi terga nitent.


L’alose

Le profond lac de Côme héberge mainte alose :
Ce poisson délicat ne vit point hors de l’eau.

Larius innumeros in gurgite pascit Aquones:
__Molle animal demptis vivere nescit aquis.

(in Carmina illustrium poetarum italorum, tome V [1720] pp. 422-3)


Ces traductions originales, dues à Lionel-Édouard Martin, relèvent du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de les diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

%d blogueurs aiment cette page :