Francesco Maria Molza (1489-1544) : Requête au soleil


Bon soleil prodiguant tes célestes rayons
À la terre enfantant ses richesses offertes,
Vois ces fruits alourdir, déjà, les branches vertes,
Portés par le tortis renflé des frondaisons.

Tant qu’Alexis le bel est loin de sa patrie,
Ils resteront pour lui pendus dans le verger.
Ne les fais pas souffrir des excès de l’été,
Ni tomber, rudoyés de froide intempérie.


Sol pater, aetherea cuius sub lampade foetus
__Concipit, et varias terra ministrat opes,
In virides cernis quae jam procumbere ramos
__Poma diu, et curvo stipite nixa geri.
Pulcher Alexis abest patriis dum longius oris,
__Illi pendebunt sepibus ista suis:
Tu face ne nimio tandem violentur ab aestu,
__Neu rapido ad terram frigore lapsa cadant.

(in Delle poesie volgari e latine di Francesco Maria Molza, tome I [1747] p. 250)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Francesco Maria Molza (1489-1544) : Prière votive à Diane


Délia que l’on chante à voix sèche en voyage
Pour alléger les longs chemins de leur ennui :
Fais au bel Alexis, Déesse, bon visage,
Au long de son trajet de retour au pays.

Protège du soleil sa coiffure jolie ;
De la poussière aussi, préserve sa beauté ;
Et au lieu de rosée : humecte d’ambroisie,
Bon guide, le chemin matinal emprunté.


Delia, quam sicco properans canit ore viator
__Et minuit longae taedia mille viae,
Dum patrias repetit sedes formosus Alexis,
__Aspires placido numine Diva precor,
Neve illi molles urantur sole capilli,
__Detrahat aut solitum pulvis et ipse decus,
Ambrosiae exudes tenui pro rore liquorem,
__Quo matutinum te duce carpat iter.

(in Delle poesie volgari e latine di Francesco Maria Molza, tome I [1747] p. 249)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Francesco Maria Molza (1489 – 1544) : Un grillon en cadeau / gryllus

J’ai enfermé pour toi, Délie, dans ce roseau
Un grillon stridulant, garant de mon repos
– Car, lorsqu’à m’endormir ne parvenaient l’Auster
Ni la plainte de l’eau (même plus qu’argent pure),
Répétant le refrain qui lui est ordinaire,
Il a fait plus que vent, plus qu’onde, et leur murmure.
Bientôt, moissons finies, t’offrirai davantage :
De notre amour, c’est un chevreau qui sera gage.

____________________________________________________________
Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Argutum inclusi junco tibi, Delia, gryllum,
Cuius saepe mihi munere parta quies.
Nam mihi nec somnum veniens cum duceret Auster,
Argento vel quae purior unda gemit;
Hic veterem instaurans propius de more querelam
Plus venti, et lymphae murmure plus potuit.
Mox etiam majora feres, cum messe peracta
Capreolus nostri pignus amoris erit.

(in Carmina illustrium poetarum italorum [tome 6], 1747, p. 363)

D’autres poèmes de Giovanni Matteo Toscano sur ce blog :

%d blogueurs aiment cette page :