Martial (40-104 ap. J.-C.) : Postumus pue du bec (3 épigrammes consécutives)

Qui est Martial ?

1. Postumus, tu salues certains par une bise,
_____Par un shake-hand certains.
Tu me dis : « Quel bonjour est le plus à ta guise ? »
_____« À ma guise ? Ta main. »¹

2. Phébus et les neuf sœurs, qu’avez-vous contre moi ?
Ma joueuse de muse embête son poète !
Postumus m’embrassait à mi-lèvre, autrefois,
Il y va désormais d’une bise complète.

3. Non, je ne dirai pas ‒ vous pouvez demander ! ‒
Quel est ce Postumus qu’on trouve en mon ouvrage.
Non, je n’en dirai rien : qu’aurais-je, à des baisers,
Qu’aurais-je de besoin de faire un tel outrage
Quand ils ont le pouvoir de si bien se venger² ?

¹ : Le thème de l’hygiène buccale est un des topoi de la poésie satirique latine. On le trouve à de plusieurs reprises chez Catulle, ainsi que chez Martial. Chez ce dernier, une allusion à la pratique du sexe oral (en l’occurrence par Postumus) n’est jamais impossible…
² : Comprendre que la puanteur buccale de Postumus pourrait s’en renforcer…

1. Basia das aliis, aliis das, Postume, dextram.
__Dicis ‘Utrum mavis? elige.’ Malo manum.

2. Quid mihi vobiscum est, o Phoebe novemque sorores?
____ecce nocet vati Musa jocosa suo.
Dimidio nobis dare Postumus ante solebat
____basia, nunc labro coepit utroque dare.

3. Non dicam, licet usque me rogetis,
qui sit Postumus in meo libello,
non dicam: quid enim mihi necesse est
has offendere basiationes,
quae se tam bene vindicare possunt?

(in Epigrammaton liber II, 21, 22, 23)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Martial (40-104 ap. J.-C.) : Qu’arrive-t-il à Selius ?

Qui est Martial ?

– Lorsque tu vois, Rufus, Selius assombri
Piaffer sous le portique¹ à l’heure des chats gris,
Visage inanimé, lugubrement se taire,
Son nez inconvenant touchant presque la terre,
S’arracher les cheveux et se battre le pis :
Ce n’est pas pour le deuil d’un frère ou d’un ami,
Ses deux fils sont vivants – faites qu’aucun ne meure ! –,
Femme, esclaves, sont saufs, ainsi que sa demeure, 
Fermier ni métayer en rien ne lui ont nui.
– D’où lui vient sa détresse ?
_________________________– Il va dîner chez lui². »

¹ : Il s’agit sans doute du Portique d’Europe évoqué par Martial dans d’autres épigrammes : situé sur le Champ de Mars, il tirait son nom de l’histoire d’Europe représentée sur une fresque. Les portiques (sorte de galeries, couvertes ou non), étaient nombreux à Rome : c’était des lieux de commerce, de promenade et de rencontre qu’on avait tout intérêt de fréquenter quand on cherchait, comme Selius, à se faire inviter à dîner.
² : Il faut bien sûr comprendre que Selius n’a reçu aucune invitation à un de ces dîners si courus des Romains.

Quod fronte Selium nubila vides, Rufe,
quod ambulator porticum terit serus,
lugubre quiddam quod tacet piger voltus,
quod paene terram nasus indecens tangit,
quod dextra pectus pulsat et comam vellit:
non ille amici fata luget aut fratris,
uterque natus vivit et precor vivat,
salva est et uxor sarcinaeque servique,
nihil colonus vilicusque decoxit.
Maeroris igitur causa quae? Domi cenat.

(in Epigrammaton liber II, 11)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Martial (40-104 ap. J.-C.) : Lesbie aime être matée

Qui est Martial ?

Porte ouverte et sans garde : ainsi toujours, Lesbie,
Pèches-tu sans masquer rien de tes coucheries.
Le voyeur te plaît plus que ne fait le miché ;
À ton gré, le plaisir ne se prend pas caché.
Ailleurs : rideaux, verrous, couvrent les créatures,
Et aux murs des bordels, rares sont les fissures !
Apprends donc la pudeur avec Laïs, Chio,
Qui voilent leur tapin dans l’ombre des tombeaux¹ !
Dans mon blâme, Lesbie, il n’est rien qui te plaise ?
J’interdis qu’on te voie et non pas qu’on te baise.

¹: Laïs et Chio, péripatéticiennes sans doute de bas-étage, devaient vendre leur charme dans les cimetières. Ce type de prostitution était assez fréquent à Rome pour que Martial évoque ailleurs (III, 93) celles qu’il appelle bustuariae moechae ( = gourgandines de nécropole).

Incustoditis et apertis, Lesbia, semper
__liminibus peccas nec tua furta tegis,
et plus spectator quam te delectat adulter
__nec sunt grata tibi gaudia si qua latent.
At meretrix abigit testem veloque seraque
__raraque Submemmi fornice rima patet.
A Chione saltem vel Laide disce pudorem:
__abscondunt spurcas et monumenta lupas.
Numquid dura tibi nimium censura videtur?
__deprendi veto te, Lesbia, non futui.

(in Epigrammaton liber I, 34)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Martial (40-104 ap. J.-C.) : Plaisirs de la marche à pied

Qui est Martial ?

Crois-m’en, Décianus : j’aimerais pouvoir être
Avec toi jour et nuit : mais il y a autour,
De chez moi à chez toi, de trois bons kilomètres¹,
Et cela en fait six en comptant le retour.
Souvent, tu n’es pas là, ou ne veux pas paraître,
Vaquant à tes dossiers ou à quelque loisir.
Je veux bien, pour te voir, faire trois kilomètres ;
Six, pour ne pas te voir : tu peux toujours courir.

¹ : Le mot à mot s’exprime en mesures romaines : deux mille et quatre mille doubles pas (passus). Le double pas romain vaut approximativement 1,50 mètre.

Ne valeam, si non totis, Deciane, diebus
__et tecum totis noctibus esse velim.
Sed duo sunt quae nos disjungunt milia passum:
__quattuor haec fiunt, cum rediturus eam.
Saepe domi non es; cum sis quoque, saepe negaris :
__vel tantum causis vel tibi saepe vacas.
Te tamen ut videam, duo milia non piget ire;
__ut te non videam, quattuor ire piget.

(in Epigrammaton liber II, 5)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Martial (40-104 ap. J.-C.) : Tout pour les yeux, rien pour l’estomac

Qui est Martial ?

Il y a peu Varus m’invita à dîner :
Onéreux contenants, contenus de disette.
La table supportait plus d’or que de manger,
L’œil était bien servi, mais mal la margoulette.
« Je viens », dis-je, « m’emplir le ventre, pas les yeux,
Varus : passe la briffe, ou gaffe au précieux ! »¹

¹ : Mot à mot : « Passe les plats, ou enlève ton luxe » (comprendre : de peur que je ne parte en emportant ta vaisselle coûteuse). Cette chute vaut avant tout pour l’écho que se font, en latin, les termes « dapes » ( = nourriture, mets) et « opes » ( = ressource, biens, luxe) : j’essaie, dans ma traduction, de rendre le jeu de sonorités. Une autre lecture suggère cette correction : « Aut appone dapes, Vare, vel aufero opes » = « Passe les plats, ou j’embarque ton luxe ». J’espère que ma traduction en rend compte aussi.

Ad cenam nuper Varus me forte vocavit.
__Ornatus, dives; parvula cena fuit.
Auro non dapibus oneratur mensa, ministri
__Apponunt oculis plurima, pauca gulae.
Tunc ego: non oculos, sed ventrem pascere veni,
__Aut appone dapes, Vare, vel aufer opes.

(in Epigrammaton liber IV, 78)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Martial (40-104 ap. J.-C.) : Domitien ne craint pas la neige

Qui est Martial ?

Contexte : Martial, espérant en tirer quelques subsides, ne manque pas de faire fréquemment sa cour à son empereur – en l’occurrence, Domitien –, dont il va, dans cette épigramme, louer la résistance physique : un jour de spectacle au grand air, « César », depuis ses jeunes années (où il avait, d’après Suétone, guerroyé en Gaule et en Germanie [cf. les vers 5 et 6]) habitué à endurer les froids les plus intenses, reste impassible sous la neige qui tombe.

Vois comme densément les floches d’eau muette¹
Tombent sur le visage et l’habit² de César.
Lui n’en veut pas au ciel, et sans bouger la tête,
Se rit des eaux gelées par l’indolent brouillard,
Rompu à décevoir l’étoile de Borée,
Et, les cheveux mouillés, à faire fi du Nord.
Qui joue avec ces eaux sèches¹ dans l’empyrée ?
Ces neiges sont, je crois, celles du dauphin mort³.

¹ : La neige est de l’eau dont la chute n’est pas bruyante… Plutôt que de gloser, je préfère garder l’expression de Martial (aquae tacitae), et la traduire littéralement. Je procède de même au vers 7 : les neiges sont (bel oxymore) des « eaux sèches » (aquae siccae) dans la mesure où, en tombant, elles glissent sans mouiller.
² : On peut comprendre aussi « sur le sein de César ».
³ : Cet enfant, fils unique de Domitien et de sa femme Domitia Longina, né peut-être en 73 ap. J.-C., était mort en 82 ou 83, et avait été divinisé. « Mort » n’est pas dans le texte original : je l’ajoute pour la rime sans nuire au sens, qui n’en est que renforcé. On pourrait aussi traduire le vers par « Ces neiges sont, je crois, au jeune imperator ».

Aspice quam densum tacitarum vellus aquarum
__defluat in voltus Caesaris inque sinus.
Indulget tamen ille Jove, nec vertice moto
__concretas pigro frigore ridet aquas,
sidus Hyperborei solitus lassare Bootae
__et madidis Helicen dissimulare comis.
Quis siccis lascivit aquis et ab aethere ludit?
__Suspicor has pueri Caesaris esse nives.

(in Epigrammaton liber IV, 3)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Martial (40-104 ap. J.-C.) : Phébus et les garçons

Qui est Martial ?

Tu dors avec, Phébus, des garçons bien pourvus :
Et ce qu’ils ont de dur, de dur tu ne l’as plus.
Dis-moi : que voudrais-tu, Phébus, que je suppose ?
Je t’aurais volontiers cru sensible du prose,
Mais d’après la rumeur, tu n’emploies pas ton cul¹.

¹ : Le latin dit « La rumeur nie que tu sois homosexuel passif ( = cinaedus) ». Si le dénommé Phébus ne peut pas (cf. vers 2) être actif, il faut comprendre que, dans ses pratiques, il se sert de sa bouche : qu’il est donc « fellator » – ce qui, dans le système de leurs représentations sociales de la sexualité, est pour les Romains la pire infamie qu’un homme puisse commettre.

Dormis cum pueris mutuniatis,
et non stat tibi, Phoebe, quod stat illis.
Quid vis me, rogo, Phoebe, suspicari?
Mollem credere te virum volebam,
sed rumor negat esse te cinaedum.

(in Epigrammaton liber III, 73)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Martial (40-104 ap. J.-C.) : Pudeur et poésie

Qui est Martial ?

Tu rosis de pudeur toutes tes épigrammes,
Et « bite » dans tes vers n’est point mot qui se clame :
Je t’admire, bravo ! nul n’est plus saint que toi,
Quand chez moi, toute page a le stupre pour loi !
– Car je veux pour lecteurs jeune fripouille, fille
Facile et de ces vieux que leur amour houspille :
Tandis que, Cosconus, tes mots polis et saints,
Te donnent pour lecteurs oies blanches et poussins.


Omnia quod scribis castis epigrammata verbis
__inque tuis nulla est mentula carminibus,
admiror, laudo; nihil est te sanctius uno:
__at mea luxuria pagina nulla vacat.
Haec igitur nequam juvenes facilesque puellae,
__haec senior, sed quem torquet amica, legat:
at tua, Cosconi, venerandaque sanctaque verba
__a pueris debent virginibusque legi.

(in Epigrammaton liber III, 69)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Martial (40-104 ap. J.-C.) : Manger ou lire

Qui est Martial ?

Tu ne pries à dîner que pour cette raison :
Lire, Ligurinus, tes vers de mirliton.
Je me suis déchaussé¹ : voici que l’on apporte
Un livre épais, flaquant laitues et sauce forte.
On attend les entrées : second livre de vers,
Maintenant le troisième – et tardent les desserts.
Tu lis le quatrième, et le cinquième ensuite :
À tant m’en resservir, je boude ta marmite².
Fourgue-moi tes fléaux à des vendeurs d’anchois³
Ou tu vas dîner seul, Ligurinus, chez toi.

¹ : C’était l’habitude, chez les Romains, que de se déchausser avant de dîner.
² : Le latin dit, peut-être proverbialement : « Putidus est [aper], totiens si mihi ponis aprum » = On se lasse de sanglier (mets, au goût des Romains, des plus estimés), si chaque fois on en sert.
³ : Je traduis par « fléaux » les « scelerata poemata » de Martial = tes poèmes criminels, que tu fais subir en châtiments. Martial enjoint à Ligurinus de donner à des marchands de poissons (de « scombri » = maquereaux) ses livres de poèmes, afin qu’ils en utilisent le papier pour envelopper leur marchandise.

Haec tibi, non alia, est ad cenam causa vocandi,
___versiculos recites ut, Ligurine, tuos.
Deposui soleas, adfertur protinus ingens
___inter lactucas oxygarumque liber:
alter perlegitur, dum fercula prima morantur:
___tertius est, nec adhuc mensa secunda venit:
et quartum recitas et quintum denique librum.
___Putidus est, totiens si mihi ponis aprum.
Quod si non scombris scelerata poemata donas,
___cenabis solus jam, Ligurine, domi.

(in Epigrammaton liber III, 50)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Martial (40-104 ap. J.-C.) : La charrette de Bassus

Qui est Martial ?

On trouve ici, par Constant Dubos (1768-1845),
une autre traduction en vers de cette même épigramme.
Elle est assez typique de l’exercice scolaire appelé amplification

À la porte Capène¹ où l’eau tombe à foison,
Où le fer de Cybèle est lavé dans l’Almon¹,
Là où verdit le champ consacré des Horaces¹,
Où le petit Hercule a son temple vivace¹,
Bassus traînait, Faustin, à pleine cargaison
Tout ce que peut produire un domaine fécond.
Ah, tu aurais vu ça ! Choux de noble lignée,
Ciboulette, poireau², laitue ample et pommée²,
Bette point inutile au ventre fainéant ;
Grives grasses liées en chapelet pesant,
Un lièvre mâchuré par les crocs d’une lice,
Et un cochon de lait sans fève pour nourrice².
Le coureur³ n’allait pas devant le char, oiseux,
Mais portait dans du foin, bien protégés, des œufs.
‒ Bassus allait à Rome ?
______________________‒ Eh non : à la campagne.

¹ : La porte Capène, par où on sortait de Rome pour se rendre à Capoue. Elle supportait un aqueduc qui, à l’époque de Martial, n’était plus étanche (un autre auteur, Juvénal, parle de « madida Capena », « porte Capène imbibée d’eau »). L’Almon était un ruisseau qui se jetait dans le Tibre ; une fois l’an, on y lavait, au cours d’une fête, les instruments liés au culte de Cybèle. Le champ consacré des Horaces était supposé celui du combat mythique des Horaces et des Curiaces. Le temple du « petit Hercule » (à moins qu’il ne faille comprendre « Le petit temple d’Hercule » était ainsi nommé pour le distinguer des deux autres temples de Rome consacrés au même dieu.
² : Ciboulette et poireau portent le même nom, en latin (Martial parle « des deux variétés de poireaux »), la première est le « porrum sectivum », le second est le « porrum capitatum ». La « lectuca sessilis » est celle qui s’étale en pommant, sans monter en tige. Le cochon de lait, quant à lui, est un porcelet pas encore sevré, et qui n’est donc pas nourri de fèves.
³ : Le coureur (« cursor ») était un esclave qui précédait litière et attelage, afin de dégager la rue. Il avait d’ordinaire les mains libres (« feriatus »), pour pouvoir mieux exercer sa fonction.

Capena grandi porta qua pluit gutta
Phrygiumque Matris Almo qua lavat ferrum,
Horatiorum qua viret sacer campus
Et qua pusilli fervet Herculis fanum,
Faustine, plena Bassus ibat in raeda,
Omnis beati copias trahens ruris.
Illic videres frutice nobili caules
Et utrumque porrum sessilesque lactucas
Pigroque ventri non inutiles betas;
Illic coronam pinguibus gravem turdis
Leporemque laesum Gallici canis dente
Nondumque victa lacteum faba porcum.
Nec feriatus ibat ante carrucam,
Sed tuta faeno cursor ova portabat.
Urbem petebat Bassus? immo rus ibat.

(in Epigrammaton liber V, 47)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

%d blogueurs aiment cette page :