Josef von Eichendorff (1788-1857) : Clair de lune / Mondnacht

Qui est Josef von Eichendorff ?

C’était à croire que sans bruit
Le ciel eût embrassé la terre
Pour qu’elle ne rêvât qu’à lui
Dans la brillance printanière.

La brise allait parmi les champs,
Les blés roulaient, douce marée,
Les bois bruissaient suavement
Dans la nuit claire et constellée.

Alors mon âme déploya
Dans le silence des prairies
Large son aile et s’envola
Comme volant vers sa patrie.


Es war, als hätt’ der Himmel
Die Erde still geküßt,
Daß sie im Blütenschimmer
Von ihm nur träumen müßt’.

Die Luft ging durch die Felder,
Die Ähren wogten sacht,
Es rauschten leis die Wälder,
So sternklar war die Nacht.

Und meine Seele spannte
Weit ihre Flügel aus,
Flog durch die stillen Lande,
Als flöge sie nach Haus.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :