Paysage avec colza (inédit)


Intensité réverbérée
saturant l’air : colzas serrés,

jaune absolu sans nul accroc –
bleuet néant, coquelicot

non plus barbouillant le miroir :
bien moins étang que pataugeoire

sans autre boue que de labours
sans dents silures ni remous :

la jambe y va sans peur de spectres
sous cet or clair que l’on pénètre

d’un pas plongeant jusqu’à mi-cuisse –
au crépuscule aussi la biche.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :