Horace : A Postumus (Eheu fugaces, Postume, Postume, in Odes, II, 14)

Hélas, elles s’enfuient, Postumus, Postumus,
s’écoulent, les années, la piété ne freine
____ni rides ni vieillesse instante
____non plus que la mort indomptée

dusses-tu, tous les jours qui nous viennent, l’ami,
par trois cents bœufs fléchir Pluton l’infléchissable,
____qui retient Géryon au corps
____triple et Tityos, entourés

d’une eau triste que tous, nous qui nous repaissons
des présents de la terre, embarqués nous devrons
____traverser, que nous soyons rois
____ou misérables laboureurs.

En vain réchappons-nous aux cruautés de Mars,
aux flots brisés de la rauquante Adriatique,
____en vain redoutons-nous, l’automne,
____l’Auster mauvais pour la santé :

notre sort est de voir le cours languide errer
du noir Cocyte, et les infâmes descendants
____de Danaüs, l’éolien
____Sysiphe aux durs travaux contraint.

Terre, maison, plaisante épouse il te faudra
abandonner ; aucun des arbres que tu soignes,
____hormis le cyprès odieux
____ne te suivra, maître éphémère ;

un plus digne héritier boira tout ton Cécube
gardé par cent verrous, et teindra le pavé
____d’un glorieux vin pur, et propre
____à des agapes de pontifes.


Eheu fugaces, Postume, Postume,
labuntur anni nec pietas moram
__rugis et instanti senectae
__adferet indomitaeque morti,

non, si trecenis quotquot eunt dies,
amice, places inlacrimabilem
__Plutona tauris, qui ter amplum
__Geryonen Tityonque tristi

compescit unda, scilicet omnibus
quicumque terrae munere vescimur
__enaviganda, sive reges
__sive inopes erimus coloni.

Frustra cruento Marte carebimus
fractisque rauci fluctibus Hadriae,
__frustra per autumnos nocentem
__corporibus metuemus Austrum:

uisendus ater flumine languido
Cocytos errans et Danai genus
__infame damnatusque longi
__Sisyphus Aeolides laboris.

Linquenda tellus et domus et placens
uxor, neque harum quas colis arborum
__te praeter inuisas cupressos
__ulla brevem dominum sequetur;

absumet heres Caecuba dignior
servata centum clavibus et mero
__tinguet pavimentum superbo,
__pontificum potiore cenis.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

D'autres odes d'Horace sur ce blog :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :