Horace : Le Printemps (Solvitur acris hiems, in Odes, I,4)

Dénoué, l’âpre hiver : printemps, brise, à nouveau,
___Bateaux à sec affloués au palan,
Hors l’étable, bétail ! croquant, loin du fourneau !
___Les prés ne sont plus niellés de blanc.

Déjà Vénus mène ses chœurs ; lune au zénith,
___Unies aux Nymphes, les Grâces jocondes
Alternent leurs brisés ; Vulcain – ce feu ! – visite
___Le Cyclope en ses fonderies profondes.

C’est le temps, crâne pur, de te sacrer de feuilles
___Ou des fleurs semées parmi le dégel.
C’est le temps d’immoler au Faune dans les breuils –
___Suivant ses penchants – chevrette ou agnelle.

La pâle mort d’un même pied détruit manoirs
___Et taudis ; bienheureux Sextius, va :
La vie si brève nous dénie tout long espoir.
___Déjà la nuit te presse, et l’au-delà ;

Voici où gîte la Faucheuse : à l’arrivée,
___Finis banquets, vins bus à l’aveuglette,
Le tendre Lycidan : fini, pour l’heure aimé
___Des jouvenceaux – et bientôt des grisettes.


Solvitur acris hiems grata vice veris et Favoni
___trahuntque siccas machinae carinas
ac neque iam stabulis gaudet pecus aut arator igni
___nec prata canis albicant pruinis.

Jam Cytherea choros ducit Venus imminente luna
___junctaeque Nymphis Gratiae decentes
alterno terram quatiunt pede, dum gravis Cyclopum
___Volcanus ardens visit officinas.

Nunc decet aut viridi nitidum caput impedire myrto
___aut flore, terrae quem ferunt solutae,
nunc et in umbrosis Fauno decet immolare lucis,
___seu poscat agna sive malit haedo.

Pallida Mors aequo pulsat pede pauperum tabernas
___regumque turris. O beate Sexti,
vitae summa brevis spem nos vetat inchoare longam;
___Jam te premet nox fabulaeque Manes_________

Et domus exilis Plutonia; quo simul mearis,
___nec regna vini sortiere talis
nec tenerum Lycidan mirabere, quo calet juventus
___nunc omnis et mox virgines tepebunt.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

D'autres odes d'Horace sur ce blog :

Une réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :