Conrad Celtis (1459 – 1508) : Apprendre le latin en s’embrassant / De munere et epistola sibi ab Ursala missa

[…] Ursule, à supposer que Dieu me prête vie,
– Et si perdure encor notre amour débutant –,
Je t’enseignerai l’art du poème latin.
D’un plectre harmonieux, tu toucheras ma lyre,
Ma langue instillera les mots entre tes lèvres,
Indiquant à ton vers la longueur des syllabes :
Pour toi je marquerai de longs baisers les longues,
Et te bécoterai quand viendra quelque brève :
Tu apprendras ainsi tous les mots du latin […]

____________________________________________________________
Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

[…] Ergo fata meam si ducant Ursula vitam
Inceptusque manet si modo noster amor,
Carmina romanis doceam te scribere verbis
Pulsabisque meae plectra canora lyrae.
Tunc mea lingua tuis infundet verba labellis
Et dabitur versu syllaba quaeque tuo:
Hanc tibi nunc longam per basia longa notabo,
Oscula rapta dabo cum brevis ulla venit.
Omnia Romanae sic disces verba loquelae […]

(in Liber amorum [1502] III, 9, vers 55 – 63)

Une réponse

  1. Très cher Lionel,

    Il ne reste plus qu’à présenter cette méthode d’apprentissage à « l’Institution » et espérer qu’un décideur inspiré la plébiscite et la promulgue. Très amicalement. Hugues

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :