Jean Bonnefons (1554-1614) : Tétons mordus, amour fichu ? / Dens

Dent félonne, funeste, et trois fois scélérate,
Très exécrable dent, dent de sinistre augure,
Fus-tu donc si osée que d’accomplir ce crime :
Les tétons, les tétons, oui, de ma Pancharis,
Vénérés de Vénus comme de Cupidon,
Tu les as donc meurtris de féroces morsures ?
N’as-tu pas, malheureuse, idée de la puissance
Divine dont sur toi tu fouettes le courroux ?
– Attenter aux tétons de ma Pancharis, c’est
Tout ensemble attenter aux Vénus et aux Rires,
Et aux Amours, à tout l’essaim des Charités !

Mais toi, ma Pancharis, ma câline, ne va
Contre moi t’irriter de cet impie forfait !
Tes yeux m’en sont témoins, tes yeux, ces mêmes yeux
Que j’aime bien plus fort que mes propres pupilles,
Vénus m’en est témoin, à qui tu es vouée,
(Nul dieu n’est à mes yeux plus grand ni plus sacré) :
Je n’avais pas dessein de meurtrir tes tétons,
Je n’avais pas dessein d’offenser la Déesse.

En vérité, lorsque m’est apparue, superbe,
La somptuosité de tes tétontounets,
Quelque ardeur me poussant à vouloir les baiser,
Brûlant trop ardemment, en accès de délire,
Les pressant à l’excès, je les ai mordillés.
Voilà quel est mon crime et mon impie forfait,
Pour lequel je voudrais subir mille supplices,
Pour lequel je voudrais subir mille tourments […]

____________________________________________________________
Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

O dens improbe, dire, ter sceleste,
Dens sacerrime, dens inauspicate,
Tun’ tantum scelus ausus ut papillas
Illas Pancharidis meae papillas,
Quas Venus veneratur et Cupido,
Feris morsibus ipse vulnerares ?
Ne tecum reputas miselle, quanti
In te numinis excitaris iras ?
Qui dum Pancharidem meam lacessis,
Omnes et Veneres, jocos, amores,
Et quantum est Charitum simul lacessis.
At tu hoc pro scelere impioque facto
Ne mi irascere blanda Pancharilla,
Namque testor ego tuos ocellos,
Amo quos ego plus meis ocellis,
Et testor Veneris tuumque numen,
Quo majus mihi sanctiusque nullum.
Non has laedere mens fuit papillas
Non has mens mihi Diva vulnerare.
Verum ut se exeruit mihi superbus,
Tuarum ille decor papillularum
Et has impulit ardor osculari,
Ipse ardentius aestuans furensque,
Compressi has numium atque vellicavi.
Hoc meum scelus impiumque factum est
Pro quo mille adeo subire poenas,
Pro quo mille velim subire caedes […]

(in Pancharis, IV, vers 1-27 [1587])

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :