Catulle : Le moineau de Lesbie

Bout de moineau, délices de ma Foi,
Jouet qu’elle aime à tenir sur son coeur,
Qu’elle convie, lui présentant le doigt,
À la meurtrir d’un becquet sans douceur
Quand son ardeur, en son désir de moi,
Veut je ne sais trop quelle fantaisie
Pour soulager quelque peu sa douleur
Et tempérer, je crois, sa frénésie :
Sois mon jouet comme tu es le sien
Pour alléger mon âme des chagrins !

***

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

*** *

PASSER, deliciae meae puellae,
quicum ludere, quem in sinu tenere,
cui primum digitum dare appetenti
et acris solet incitare morsus,
cum desiderio meo nitenti
carum nescio quid lubet jocari
et solaciolum sui doloris,
credo ut tum grauis acquiescat ardor :
tecum ludere sicut ipsa possem
et tristis animi leuare curas !

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :