Alexandra Bernhardt (née en 1974) : Signal / Fanal



Je suis l’arbre
que l’on a sacrifié
quand trop peu fructifère

j’ai été abattu
tel un signe
de vent doux

j’ai été mis à bas
et mes os
semés loin jonchent le bois

Seul les voit le soleil
qui sans hâte sans à-coups
s’acharne à les blanchir1

1 : Le texte allemand dit littéralement : les rend / lentement progressivement constamment blancs. Je ne suis pas sûr que pour garder la souplesse de l’original une traduction française ne doive pas transposer syntaxiquement ces adverbes, légers en allemand mais très lourds en français.


Ich bin der Baum
den man geopfert
als er zuwenig Früchte trug

Ich ward geschlachtet
als ein Zeichen
milden Winds

Ich bin gefällt
und meine Knochen
liegen weit verstreut im Wald

Allein die Sonne sieht
auf sie und bleicht sie
langsam mählich stetig weiss

(in Weisse Salamander, 2020)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Alexandra Bernhardt (née en 1974) : Scheiding / Septembre



Comblé par la splendeur sublime de l’été
Tu entames l’automne. Vois tomber le feuillage,
Un sauvage ballet de feuilles mordorées –
Dont le spectacle a glané ton regard.

Mais que fade à présent te semble cette danse,
Qu’elle est donc, cette lune, une pâle compagne
À l’aune des couleurs du mois des fenaisons.
L’automne, c’est ainsi qu’il perturbe les sens.

Car ce qui doit sans heurt se scinder pour au neuf
Céder l’espace dû dans le cycle annuel
Nous paraît coloré toujours plus en automne
Et beaucoup plus vivant maintenant qu’il se meurt.


Beglücket von des Sommers berückend’ Pracht
Beginnst den Herbst du. Siehe das Laub: es fällt,
Ein wilder Reigen güld’ner Blätter –
So hat das Schauspiel dein Blick geerntet.

Doch ach! wie schal erscheint dieser Tanz dir nun,
Was ist doch dieser Mond ein Geselle bleich
Gemessen an des Heuets Farben.
Solcherart trübet der Herbst die Sinne.

Denn das, was glücklich scheiden muß, Neuem den
Geziemend’ Platz zu schaffen im Jahreskreis,
Scheint Herbstens stets noch bunter uns und
Weitaus lebendiger jetzt: im Vergeh’n.

(in Weisse Salamander, 2020)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

%d blogueurs aiment cette page :