Empereur Hadrien (76-138) : Petite âme folâtre et tendre / Animula vagula blandula

Qui est l’empereur Hadrien ?


Un des poèmes latins des plus connus, et des plus traduits. La syntaxe en est aussi floue que la métrique : on peut comprendre, au vers 3, « quae » comme sujet de « abibis » et de « dabis » ou comme adjectif interrogatif se rapportant à « loca », de même qu’au vers 4, « pallidula rigida nudula » peuvent se rapporter à « animula » comme à « loca » : d’où les deux propositions de traduction suivantes, l’une interrogative et plus inquiète (où va peut-être ma préférence) et l’autre exclamative. D’autre part, je renonce à rendre les diminutifs qui, s’ils sonnent juste en latin, ne le font pas, me semble-t-il et quoi qu’en veuille Ronsard, en français.

Petite âme folâtre et tendre,
Hôte du corps et son amie,
Où maintenant dois-tu te rendre
Livide, austère et démunie,
Et de tes rires te déprendre ?

*

Petite âme folâtre et tendre,
Hôte et compagne de mon corps,
Qui maintenant t’en vas descendre
En l’âpre blême et nu décor
Et de tes rires te déprendre !


Animula vagula blandula
Hospes comesque corporis
Quae nunc abibis in loca
Pallidula rigida nudula
Nec ut soles dabis jocos

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

%d blogueurs aiment cette page :