Maximien l’Étrusque (VIe siècle ?), Élégie I (extrait) / Maximianus Etruscus, Elegia I.

[…] J’errais dans Rome, ouvert à toutes les avances,
Et partout me donnais en spectacle aux tendrons.
Mainte qui me guignait – ou guignée par hasard –
S’empourprait en jeunette, ayant vu mon visage,
Et riant s’enfuyait, gagnant quelque cachette
– Ne se cachant pourtant qu’à demi, dans sa fuite,
Et par quelque côté désirant d’être vue
Exultait à l’idée d’être mal à couvert.

Gracieux et bien fait : ainsi apparaissais-je
À chacune, j’étais l’idéal fiancé ;
Je dis bien fiancé : pudique de nature,
Chaste, je résistais à la tentation ;
Et ne voulant m’unir qu’à quelque belle plante,
J’affichais ma froideur, dormais en vieux garçon.
Toutes me paraissaient vulgaires, laideronnes,
Nulle ne me semblait digne d’une alliance.
J’abominais la maigre, abominais la grosse,
Détestais la petite et détestais la grande,
Ne voulant m’amuser qu’avec quelque entre-deux
– Car c’est dans l’entre-deux que réside la grâce,
C’est là que gîte, au fond de nous, la volupté,
Là que Vénus, mère d’Amour, est à demeure.
J’aimais cette minceur qui n’est pas maigriotte :
C’est qu’en l’œuvre charnelle on apprécie la chair,
Et qu’étreignant un corps embrassé, l’on exècre
Sentir quelque os saillant nous labourer les côtes. […]

***

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

[…] Ibam per mediam venali corpore Romam
spectandus cunctis undique virginibus.
quaeque peti poterat, fuerat vel forte petita,
erubuit vultum visa puella meum
et modo subridens latebras fugitiva petebat
non tamen effugiens tota latere volens,
sed magis ex aliqua cupiebat parte videri,
laetior hoc potius quod male tecta fuit.

Sic cunctis formosus ego gratusque uidebar
omnibus, et sponsus hic generalis eram,
sed tantum sponsus; nam me natura pudicum
fecerat, et casto pectore durus eram.
nam dum praecipue cupio me jungere formae,
permansi viduo frigidus usque toro.
omnis foeda mihi atque omnis mihi rustica visa est
nullaque conjugio digna puella meo.
horrebam tenues, horrebam corpore pingues,
non mihi grata brevis, non mihi longa fuit.
cum media tantum dilexi ludere forma;
major enim mediis gratia rebus inest.
corporis has nostri mollis lascivia partes
incolit, has sedes mater amoris habet.
quaerebam gracilem, sed quae non macra fuisset:
carnis ad officium carnea membra placent.
sit quod in amplexu delectet stringere corpus,
ne laedant pressum quaelibet ossa latus. […]

[vers 63-88]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :