Marcus (?) Manilius (10 av. J. C. [?] – ?) : les Astronomiques / Astronomica

Sous le signe de la Baleine sont placés les travaux de la pêche, ici très précisément décrits, avec grand réalisme.

Aux confins des Poissons, à gauche, la Baleine,
Se levant, suit au ciel, sur la mer, Andromède.
C’est pélagique boucherie chez la squameuse
Gent : car les fonds marins sont munis de filets
Tendus et jugulant les flots impétueux.
Les phoques se pensant dans le sûr des eaux libres,
S’empêtrent dans les liens, s’y font emprisonner,
Les thons insoucieux y viennent se mailler.
Mais même capturés, luttant pour s’affranchir,
On ne les tue qu’après plus grande pêche faite.
Se teinte alors la mer de leur sang qui s’y mêle.
Lorsque toute la grève est jonchée de ces prises
Vient la seconde phase : on passe à la découpe,
Chaque partie du corps relevant d’un usage.
Telle est meilleure sèche, et fraîche l’est telle autre.
D’ici flue le coûteux garum, la fleur du sang
Qui relevée de sel est agréable en bouche.
Là tout ce qui pourrit : tous déchets confondus
Fermentant, mélangés, l’un sur l’autre agissant,
Donnent un nouveau suc, d’usage plus commun.
Quelquefois, aussi bleue que peut être la mer,
Et figée sous son nombre : une nuée d’écailles,
Que l’on capture en l’enserrant dans une senne :
En emplissant de vastes caques et des foudres,
On tire un seul et même jus de ce fretin :
Et des chairs corrompues sourd une autre saumure.

***

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

Læva sub extremis consurgunt sidera ceti
Piscibus Andromedam ponto caeloque sequentis.
Hic trahit in pelagi cædes, et vulnera natos
Squamigeri gregis: extentis laqueare profundum
Retibus et pontum vinclis artare furentem;
Et velut in laxo securas æquore phocas
Carceribus claudunt raris, et compede nectunt
Incautosque trahunt macularum lumine thynnos.
Nec cepisse sat est: luctantur corpora nodis
Expectantque novas acies ferroque necantur,
Inficiturque suo permixtus sanguine pontus.
Tum quoque, cum toto jacuerunt littore prædæ,
Altera fit cædis cædes: scinduntur in artus,
Corpore et ex uno varius discribitur usus.
Illa datis melior, sucis pars illa retentis.
Hinc sanies pretiosa fluit, floremque cruoris
Evomit ex mixto gustum sale temperat oris;
Illa putris turba est: strages confunditur omnis
Permiscetque suas alterna in damna figuras,
Communemque cibis usum, sucumque ministrat.
Aut cum cæruleo stetit ipsa simillima ponto
Squamigerum nubes turbaque immobilis hæret,
Excipitur vasta circumvallata sagena
Ingentesque lacus et Bacchi dolia complet
Humoresque vomit socias per mutua dote;
Et fluit in liquidam tabem resoluta medullas.

(Livre V, vers 653-679)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :