Horace : il est doux parfois d’être fou (Iam veris comites, in Odes, IV, 12)

Compagnons du printemps, déjà les vents de Thrace
poussent les bâtiments sur la mer apaisée ;
plus de gel dans les prés ; plus de fleuves grondants,
_____gonflés de neiges hivernales.

L’hirondelle, pleurant Itys à voix contrite,
fait son nid, malheureuse, et sans cesse invective
la maison de Cécrops – s’étant vengée, cruelle,
_____des désirs barbares des rois.*

Dans le tendre gazon, les gardiens d’agneaux
dodus sur leurs pipeaux modulent des chansons,
dont le dieu se délecte à qui plaisent troupeaux,
_____noires collines d’Arcadie.

Cette saison, Virgile, nous ramène la soif,
mais si tu veux humer d’un cru que l’on pressa
à Calès : protégé de nobles jeunes gens,
_____paie de nard le prix de ton vin !**

Un petit pot de nard tirera le cruchon
des chais sulpiciens qui le gardent pour l’heure,
bon à rendre l’espoir et propre à effacer
_____les tracas et leur amertume.

Te rendant sans attendre à nos réjouissances,
apporte ton cadeau, car je n’ai pas envie
de te laisser toucher sans rien donner mes coupes
_____comme un riche à maison prospère.

Cesse d’atermoyer, laisse ton goût du lucre,
souviens-toi des feux noirs***, et tant que tu le peux,
mêle pour un moment sagesse et badinage :
_____il est doux parfois d’être fou.

*

* : Allusion à la légende de Philomèle et Procné ;  ** : les vins de Calès jouissaient d’une excellente réputation ; le sens global, à prendre sur le ton de la plaisanterie, est que Virgile, s’il veut boire en compagnie d’Horace à l’occasion du retour du printemps, doit payer son écot sous forme d’un petit pot de nard (en onyx, précise le texte latin – il s’agit d’un lieu commun de la poésie badine de cette époque, cf. Catulle Canabis bene apud me. *** : les feux noirs des bûchers funéraires.


Iam veris comites, quae mare temperant,
impellunt animae lintea Thraciae,
iam nec prata rigent, nec fluvii strepunt
____hiberna nive turgidi.

Nidum ponit, Ityn flebiliter gemens,
infelix avis et Cecropiae domus
aeternum obprobrium, quod male barbaras
____regum est ulta libidines.

Dicunt in tenero gramine pinguium
custodes ovium carmina fistula
delectantque deum, cui pecus et nigri
____colles Arcadiae placent.

Adduxere sitim tempora, Vergili;
sed pressum Calibus ducere Liberum
si gestis, iuvenum nobilium cliens,
____nardo vina merebere.

Nardi parvus onyx eliciet cadum,
qui nunc Sulpiciis accubat horreis,
spes donare novas largus amaraque
____curarum eluere efficax.

Ad quae si properas gaudia, cum tua
velox merce veni; non ego te meis
inmunem meditor tinguere poculis,
____plena dives ut in domo.

Verum pone moras et studium lucri,
nigrorumque memor, dum licet, ignium
misce stultitiam consiliis brevem:
____dulce est desipere in loco.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

D'autres odes d'Horace sur ce blog :

Elles sont trop nombreuses pour qu’on puisse en donner ici la liste :
si on est intéressé, saisir « Horace » dans l’outil de recherche
situé en haut à droite de cette page.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :