Tobias Scultetus (1563/1565-1620) : Des soupirs amoureux

Les Larmes de Saint Pierre (Greco, 1580)

Les Larmes de Saint Pierre (détail) (Greco, 1580)


Ô soupirs exhalés, compagnons de mes larmes !
Ô soupirs enfantés au profond de mon cœur !
Allez, derniers présents de qui fut ma Sophie !
Puisse-t-elle verser sur mes larmes des larmes,
Elle verrait alors quelles douleurs j’endure,
Elle verrait ma vie dans toute sa misère,
Pouvant seule au maudit destin maudit m’ôter.
– Que je meure, mon deuil lui sera peu de chose.


Voyez, la langueur règne en mon corps épuisé,
Voyez, en mon visage, il n’est rien que pâleur ;
Mes membres sont sans force, et me sort par la bouche
Toute vigueur ; des yeux, seul me coule du sang.
Ah nulle envie de vie ! Et Parques qui me gardent !
Que tardé-je sans toi, hélas, Sophie, sur terre ?


Oiseau cher à Minerve au Parthénon, chouette, 
Se peut-il que mon sort soit pire que ton sort ?
Tous deux nous soupirons ! Et si tu prises l’ombre,
Je prise l’ombre aussi ; tu gémis : je gémis ;
Tu es seule et moi seul ; tu pleures et je pleure ;
Toi moquée des oiseaux ? Je suis moqué des hommes.
Malheureux tous les deux ; mais tu es plus heureuse :
Ta Dame te chérit, la mienne me dédaigne.

O Inter lacrumas Suspiria exhalata!
O corde imo Suspiria nata mihi!
Ite, meae quondam, Sophiae ehen! ultima dona,
Si potis illa meis inlacrumet lacrumis!
Adspiciat grandes, quas dudum perfero poenas?
Adspiciat, vitam quam miserabilem agam!
Sola potest, miserum heu! misero subducere fato;
Si moriar, tituli, ah! pars quota ei fuero.


Adspicite, exhausto regnat mî in corpore languor;
Adspicite, in voltu nil nisi pallor habet:
In membris vis nulla meis; Vigor omnis ab ore
Exsulat; ex oculis nil nisi sanguis abit.
O vitam invitam! ô parcas mî in stamine Parcas!
Quid Sophia, heu! sine Te duxero in orbe moras?


Noctua, Partheniae Volucris dilecta Mineruae;
Inferiorne etiam Sors mea, sorte tua est?
Suspiras; Suspiro et Ego: Tibi gratior umbra;
Gratior umbra mihi: Tu gemis; Ipse gemo,
Sola sedes, Ego solus: luges lugeo et Ipse:
Ut tu sanna avium, sic ego sanna hominum.
Hactenus ambo infelices; felicior hoc Tu,
Grata quod es Dominae, Me mea temnit Hera,

(in Tobiae Sculteti Ossitiensis Subsecivorum Poeticorum Tetras Prima : In Qua Suspiria ; Phaleuci ; Philotesia ; Epigrammata [1594])


Ces traductions originales, dues à Lionel-Édouard Martin, relèvent du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de les diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :