Friedrich Rückert (1788-1866) : Ich bin der Welt abhanden gekommen / Du monde, je ne dépends plus

Bleu (Francis Picabia, 1949)


Mis en musique par Gustave Mahler (RückertLieder).
Ici, dans l’interprétation de Kathleen Ferrier.

Du monde, je suis disparu
‒ Qu’ai-je avec lui perdu de temps ! ‒
Depuis longtemps sans mot de moi,
Pour sûr, il peut me croire mort.

Il ne m’importe en rien non plus
Qu’il me regarde comme mort :
En rien non plus n’ai-je à redire,
Moi qui de vrai suis mort au monde.

Je suis mort au monde confus,
Je me repose en lieu tranquille,
Je vis tout seul dedans mon ciel,
En mon amour, en ma chanson.


Ich bin der Welt abhangen gekommen,
mir der ich sonst viele Zeit verdorben,
sie hat so lange nichts von mir vernommen,
sie mag wohl glauben, ich sei gestorben !

Es ist mir auch gar nichts daran gelegen,
ob sie mich für gestorben hält,
ich kann auch gar nichts sagen dagegen,
denn wirklich bin ich gestorben der Welt.

Ich bin gestorben dem Weltgetümmel,
und ruh in einem stillen Gebiet.
Ich leb allein in meinem Himmel
in meinem Lieben, in meinem Lied.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :