Samuel Coleridge ( 1772-1834) : The rime of the ancient Mariner / La complainte du vieux marin (2ème partie)

Lever de soleil avec monstres marins (Turner, vers 1845)


Le soleil pointait à tribord
___– De la mer il sortait ;
Rentrait, toujours voilé de brume,
___À bâbord dans la mer.

The sun now rose upon the right:
___Out of the sea came he.
Still hid in mist and on the left
___Went down into the sea.

Bon vent du sud toujours en poupe,
___Pas d’oiseau doux pour suivre,
Qui pour manger, jouer, jamais
___Vînt au « hep ! » des marins.

And the good south wint still blew behind,
___But no sweet bird did follow,
Nor any day for food or play
___Came to the mariners’ hollo!

« J’avais agi comme un démon,
___Ce serait leur malheur »,
Pour eux, « J’avais tué l’oiseau
___Par qui soufflait  la brise, »
« Tuer l’oiseau, qu’ils disaient, monstre !
___Par qui soufflait la brise ! »

And I had done a hellish thing,
___And it would work ’em woe:
For all averred, I had killed the bird
___That made the breeze so blow.
Ah wretch! said they, the bird to slay,
___That made the breeze to blow!

Tête de Dieu point blême ou rouge
___Le beau soleil parut.
Pour eux, « J’avais tué l’oiseau
___Qui fit brouillard et brume »,
« Tuer l’oiseau : bien ! qu’ils disaient,
___Qui fait brouillard et brume. »

Nor dim nor red, like God’s own head,
___The glorious Sun uprist:
Then all averred, I had killed the bird
___That brought the fog and mist.
’Twas right, said they, such birds to slay,
___That bring the fog and mist.

Tranquille brise et blanche écume,
___Libre sillage en poupe :
Nous fûmes les premiers à fondre
___Sur cette mer muette.

The fair breeze blew, the white foam flew
___The furrow followed free;
We were the first that ever burst
___Into that silent sea.

Mais brise et voiles de fléchir,
___Et c’était triste, triste
Et nous ne parlions que pour rompre
__Le silence de mer.

Down dropt the breeze, the sails dropt down
___’Twas sad as sad could be;
And we did speak only to break
___The silence of the sea!

Ciel brûlant, de cuivre ; à midi
___Le soleil tout sanglant
Se tenait à l’aplomb du mât
___Pas plus gros que la lune.

All in hot and copper sky,
___The bloody Sun, at noon,
Right up above the mast did stand,
___No bigger than the Moon.

Jour après jour, jour après jour,
___Encalminés nous fûmes,
Pas plus mouvants qu’un bateau peint
___Sur un océan peint.

Day after day, day after day,
___We stuck, nor breath nor motion;
As idle as a painted ship
___Upon a painted ocean.

De l’eau, de l’eau, de l’eau partout,
___Les œuvres séchaient toutes,
De l’eau, de l’eau, de l’eau partout,
___Pas une goutte à boire.

Water, water, everywhere,
___And all the boards did shrick;
Water, water, everywhere,
___Nor any drop to drink.

Pourrissaient jusqu’aux profondeurs !
___‒ Christ, cela se peut-il ?
Des gluances glissaient, pattues,
___Sur la mer qui gluait.

The very deep did rot: O Christ!
___That ever this should be!
Yes, slimy things did crawl with legs
___Upon the slimy sea.

Autour, de nuit, branle en déroute,
___Dansaient les feux follets,
L’eau, comme une huile de sorcière,
___Brûlait verte, bleue, blanche.

About, about, in reel and rout
___The death-fires danced at night;
The water, like a witch’s oils,
___Burnt green, and blue, and white.

Certains, rêvant, surent l’Esprit
___Qui tant nous tourmentait,
Nous suivant par de fond neuf brasses
___Depuis brumes et neige.

And some in dreams assured were
___Of the spirit that plagued us so;
Nine fathom deep he had followed us
___from the land of mist and snow.

Nos langues, dévorées de soif,
___Séchaient à la racine ;
Nous ne pouvions parler, on nous
___Eût dits gavés de suie.

And every tongue, through utter drought,
___Was withered at the root;
We could not speak, no more than if
___We had been chocked with soot.

Que de mauvais regards, hélas !
___Me lançaient jeune et vieux !
Au cou me fut mis l’albatros
___En place de la croix.

Ah! well a day! what evil looks
___Had I from old and young!
Instead of the cross, tha Albatross
___About my neck was hung.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :