Le bac (inédit)


C’est en suivant de rive à rive
deux câbles parallèles
entre lesquels circule
la barque à nocher borgne
qu’on passe en l’autre monde :

il n’y a rien en face,
qu’une auberge à chevaux
de poste qu’on enfourche,
on va dans les bois proches
où sont dit-on les morts
avec leurs ombres pâles ;

et peut-être soi-même
est-on mort au passage
de ce fleuve aux eaux noires
sans arbre sur ses berges ‒
où l’on perçoit l’aboi
de chiens dans des hameaux
lointains, impénétrables.


(© LEM 23 06 2018)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :