L’oseille (inédit)


L’oseille arbore la main verte
de quel enfant défunt poussée jusqu’en surface
et le carpe résiste aux lippes des mollusques :

ô dentelière ombreuse,
mâche la chair du petit mort, limace, apporte
à sa menotte un peu de transparence
et de jour pur ‒ que la traverse
une tendresse de lumière

ainsi qu’on mire au porte-plume
à vue le paysage,
la cathédrale,
en vitrail absolu.

(© LEM 29 06 2018)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :