Georg Trakl (1887-1914) : Transfiguration / Verklärung

Qui est Georg Trakl ?

Quand vient le soir
Un visage bleu tout bas t’abandonne.
Dans le tamarin chante un oiselet.

Un moine tendre
Joint ses mains mortes.
Un ange blanc fond sur Marie.

Une gerbe nocturne
De violettes, de blé et de grappes pourprées
C’est là l’année de qui regarde.

À tes pieds
Les tombeaux des morts s’ouvrent,
Quand dans tes mains d’argent tu déposes ton front.

Habite calme
Sur ta bouche la lune d’automne,
Chant sombre ivre d’opium ;

Fleur bleue
Qui tinte bas dans la pierre jaunie.


Wenn es Abend wird,
Verläßt dich leise ein blaues Antlitz.
Ein kleiner Vogel singt im Tamarindenbaum.

Ein sanfter Mönch
Faltet die erstorbenen Hände.
Ein weißer Engel sucht Marien heim.

Ein nächtiger Kranz
Von Veilchen, Korn und purpurnen Trauben
Ist das Jahr des Schauenden.

Zu deinen Füßen
Öffnen sich die Gräber der Toten,
Wenn du die Stirne in die silbernen Hände legst.

Stille wohnt
An deinem Mund der herbstliche Mond,
Trunken von Mohnsaft dunkler Gesang;

Blaue Blume,
Die leise tönt in vergilbtem Gestein.

(in Sebastian im Traum)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :