Hugo von Hofmannsthal (1874-1929) : Eux deux / Die Beiden

Qui est Hugo von Hofmannsthal ?

Elle portait le verre en main –
Bouche et menton comme lui pleins –
Si sûr et si léger son pas :
Le verre ne débordait pas.

À lui légère et forte main :
Il chevauchait une pouliche,
À qui il fit, comme on s’en fiche,
Stopper, pantelante, son train.

Mais, comme il devait de sa main
S’approprier le léger verre :
Ce fut pour eux par trop pesant.
Car tous les deux, ils tremblaient tant
Qu’à l’autre main nulle ne vint :
Et le vin noir roula par terre.


Sie trug den Becher in der Hand –
Ihr Kinn und Mund glich seinem Rand –,
So leicht und sicher war ihr Gang,
Kein Tropfen aus dem Becher sprang.

So leicht und fest war seine Hand:
Er ritt auf einem jungen Pferde,
Und mit nachlässiger Gebärde
Erzwang er, daß es zitternd stand.

Jedoch, wenn er aus ihrer Hand
Den leichten Becher nehmen sollte,
So war es beiden allzu schwer:
Denn beide bebten sie so sehr,
Daß keine Hand die andre fand
Und dunkler Wein am Boden rollte.

(in Die Gedichte [1924])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :