Henriette Hardenberg (1894-1993) : Les vieux / Die Alte

Qui est Henriette Hardenberg ?

Comme une robe trop lâche,
Dans les plis formant fronces,
La peau maigre enveloppe
Le bel et vieux visage,
Que de minces os retiennent
Comme une coupe de prix.
Les yeux troubles sont couverts
De lourdes paupières lasses.

Pourtant dans le violent haineux ravage
D’un temps fait d’ombre et de soucis
Se mêlent les claires images
À la jeunesse intime et lumineuse
Dont l’éclat doux, distinctement,
Couronne l’âge et réconforte.


Wie ein zu loses Gewand,
In gekräuselten Falten,
Umhüllt die magere Haut
Das schöne, alte Gesicht,
Von schmalen Knochen gehalten,
Wie eine wertvolle Schale.
Trübe Augen sind bedeckt
Von müdeschweren Lidern.

Doch in die Wucht hassvollen Zerstörens
Einer sorgenvollen, dunklen Zeit
Mischen sich die hellen Bilder,
Mit dem Licht der eigenen Jugend,
Dessen deutlich zarter Glanz
Tröstend das Alter bekränzt.

(in Dichtungen, 1988)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :