Jean de Santeul (1630-1697) : Contre les sonneurs de cloches


Vous qui d’horribles bruits nous fracassez l’oreille
Quand le bronze résonne, encordé longuement :
Ces cordes qu’en vos mains vous tenez fréquemment,
Passées à votre cou vous iraient à merveille !


Qui, sonitu horrendo nostras obtunditis aures,
__Pendula dum longis funibus aera sonant ; –
Hi vestro funes, manibus quos saepe tenetis,
__Aptati collo quam bene conveniant !

(in Joannis Baptistae Santolei Victorini […] opera poetica [Paris, 1695] p. 318)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :