Histoire romaine et prose poétique : Tacite (59-120 ap. J.-C.), les légions submergées

Qui est Tacite ?

[…] Cependant Germanicus, des légions qu’il avait embarquées, mit sous les ordres de Publius Vitellius la seconde et la quatorzième afin qu’il les menât par voie terrestre : plus légère serait la flotte voguant sur une mer à bas-fonds ou s’engravant au reflux. Pour Vitellius le chemin tout d’abord, sur sol sec ou par calme effleurement des flots, fut tranquille¹. Bientôt, sous les poussées de l’aquilon conjointes à l’équinoxe où l’océan s’enfle au plus fort : brusquée, forcée, la troupe ; entièrement recouvertes, les terres ; mer, grève, campagne : pareil aspect ; le ferme ne se distingue plus de l’instable, le peu creux du profond. Fauchés par les flots, ingurgités par les gouffres, bêtes, paquetages, corps morts, flottent, percutent. Mêlée des manipules ; qui de l’eau jusqu’à la poitrine, qui jusqu’au visage ; parfois le sol se dérobant les engloutit, les disperse. Cris ni mutuelles exhortations contre l’eau n’ont d’efficace ; en rien le brave ne diffère du lâche, le sage de l’imprudent, le pesé du fortuit : tout est pareillement la proie d’enroulements frénétiques. Enfin Vitellius à grand ahan gagne un tertre, y retire la troupe. Ils y passèrent la nuit, sans subsistances, sans feu, pour la plupart nus ou contus, non moins à plaindre que des assiégés : pour ces derniers, une mort utile et honorable, pour eux une fin sans gloire. Le jour rendit la terre, et on parvint au fleuve où César² et sa flotte avaient tendu. Les légions y rembarquèrent, qu’un bruit courant disait noyées. On ne les crut sauves qu’en voyant César et l’armée de retour.


¹ : Il faut comprendre que les deux légions débarquées suivent à pied le rivage de l’actuelle mer du Nord.
² : Il s’agit de Germanicus, de son nom : Caius Julius Caesar, Germanicus n’étant que son surnom.

[…] At Germanicus legionum, quas navibus vexerat, secundam et quartam decimam itinere terrestri P. Vitellio ducendas tradit, quo levior classis vadoso mari innaret vel reciproco sideret. Vitellius primum iter sicca humo aut modice adlabente aestu quietum habuit: mox inpulsu aquilonis, simul sidere aequinoctii, quo maxime tumescit Oceanus, rapi agique agmen. et opplebantur terrae: eadem freto litori campis facies, neque discerni poterant incerta ab solidis, brevia a profundis. sternuntur fluctibus, hauriuntur gurgitibus; iumenta, sarcinae, corpora exanima interfluunt, occursant. permiscentur inter se manipuli, modo pectore, modo ore tenus extantes, aliquando subtracto solo disiecti aut obruti. non vox et mutui hortatus iuvabant adversante unda; nihil strenuus ab ignavo, sapiens ab inprudenti, consilia a casu differre: cuncta pari violentia involvebantur. tandem Vitellius in editiora enisus eodem agmen subduxit. pernoctavere sine utensilibus, sine igni, magna pars nudo aut mulcato corpore, haud minus miserabiles quam quos hostis circumsidet: quippe illis etiam honestae mortis usus, his inglorium exitium. Iux reddidit terram, penetratumque ad amnem, quo Caesar classe contenderat. impositae dein legiones, vagante fama submersas; nec fides salutis, antequam Caesarem exercitumque reducem videre.

(in Annales, I, 70)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :