Martial (40-104 ap. J.-C.) : Tout pour les yeux, rien pour l’estomac

Qui est Martial ?

Il y a peu Varus m’invita à dîner :
Onéreux contenants, contenus de disette.
La table supportait plus d’or que de manger,
L’œil était bien servi, mais mal la margoulette.
« Je viens », dis-je, « m’emplir le ventre, pas les yeux,
Varus : passe la briffe, ou gaffe au précieux ! »¹

¹ : Mot à mot : « Passe les plats, ou enlève ton luxe » (comprendre : de peur que je ne parte en emportant ta vaisselle coûteuse). Cette chute vaut avant tout pour l’écho que se font, en latin, les termes « dapes » ( = nourriture, mets) et « opes » ( = ressource, biens, luxe) : j’essaie, dans ma traduction, de rendre le jeu de sonorités. Une autre lecture suggère cette correction : « Aut appone dapes, Vare, vel aufero opes » = « Passe les plats, ou j’embarque ton luxe ». J’espère que ma traduction en rend compte aussi.

Ad cenam nuper Varus me forte vocavit.
__Ornatus, dives; parvula cena fuit.
Auro non dapibus oneratur mensa, ministri
__Apponunt oculis plurima, pauca gulae.
Tunc ego: non oculos, sed ventrem pascere veni,
__Aut appone dapes, Vare, vel aufer opes.

(in Epigrammaton liber IV, 78)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

%d blogueurs aiment cette page :