Martial (40-104 ap. J.-C.) : Contre un bruyant maître d’école


Mais qu’as-tu contre nous, maudit maître d’école,
Bonhomme abominé des garçons et des filles ?
Ces encrêtés de coqs n’ont pas rompu le calme
Que tu grondes déjà, donnant du martinet.
L’airain sonne aussi fort martelé sur l’enclume
Quand le forgeron rive un baveux sur sa rosse* ;
Les cris fusent plus doux au grand amphithéâtre
Quand la foule des fans acclame son vainqueur.
Nous tes voisins voulons un tant soit peu dormir
‒ Car si on peut veiller, ça pèse, une nuit blanche !
Chez eux, tes écoliers ! Veux-tu gagner, beuglard,
Autant pour la boucler qu’on t’offre pour crier ?

* Il s’agit d’un forgeron qui travaille à la statue équestre d’un avocat (causidicus, pris en mauvaise part, que je traduis par l’argotique  « baveux »). C’était, à l’époque de Martial, la coutume chez les riches Romains (et surtout chez les parvenus) de se faire ainsi représenter.

Quid tibi nobiscum est, ludi scelerate magister,
invisum pueris virginibusque caput ?
Nondum cristati rupere silentia galli :
murmure iam saevo verberibusque tonas.
Tam grave percussis incudibus aera resultant,
causidicum medio cum faber aptat equo :
mitior in magno clamor furit amphitheatro,
vincenti parmae cum sua turba favet.
Vicini somnum – non tota nocte – rogamus :
nam vigilare leve est, pervigilare grave est.
Discipulos dimitte tuos. Vis, garrule, quantum
accipis ut clames, accipere ut taceas ?

(in Epigrammaton liber IX, 69)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

%d blogueurs aiment cette page :