Cloués au port / Jacques Josse

Les poètes – dont est Jacques Josse, excellemment –, quand ils glissent, insidieux, vers la prose, demeurent foncièrement des poètes. On reste donc, chez Josse, dans l’humain noué au mythe en « ces scènes qui surgissent épisodiquement du fond des âges sans crier gare »

Cloués au port, de Jacques Josse, aux éditions QUIDAM, 2011.

Chronique de Lionel-Édouard Martin sur Exigence Litterature.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :