Angye Gaona : Sud / Sur

La route rêve qu’elle mène à la mer
tandis qu’elle escalade le volcan
ou qu’elle traverse le grand marais
La route en bordure d’océan
se souvient de la neige et de la cécité,
du secret de la lagune,
du verbiage de la selve.
Nomade est la mémoire de la route :
passent les souvenirs en chaque sens du temps,
menant plus près, plus loin.
La route cueille des arômes en-allés,
laisse trousseaux oubliés près de regards brisés,
recèle des adieux multiples
que reflète le rétroviseur.
Elle s’en retourne à l’occasion, la route,
entraînant
paysage âge empreinte.

***

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

Sur

La carretera sueña que lleva al mar
mientras asciende al volcán
o cruza el gran pantano.
La carretera de orilla oceánica
recuerda la nieve y la ceguera,
el secreto de la laguna,
la palabrería de la selva.
La memoria de la carretera es nómada:
transitan los recuerdos en cualquier sentido del tiempo,
llevan más acá, más allá.
La carretera recoge aromas idos,
deja enseres olvidados junto a miradas rotas,
contiene adioses que múltiples
se refractan en el retrovisor.
Retorna en ocasiones la carretera
trayendo consigo
paisaje edad huella.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :