Thomas Campion (1567 – 1620) : Élégie

On n’a jamais cessé d’écrire en latin, langue universelle au moins jusqu’au XVIIè siècle en Europe, et de composer des poèmes dans une langue qui n’est certes plus tout à fait celle de Virgile ou d’Horace, mais qui en respecte la métrique. Témoin l’Anglais Thomas Campion, poète et musicien, à qui l’on doit 18 courtes élégies, inspirées de Tibulle et de Properce, dont voici la première, datée de 1619, qui développe le motif de l’écho traité par Ovide dans ses Métamorphoses.

Comme année, lune et jour étaient en leur printemps,
– Et en son doux printemps, Estelle, aussi ton âge –,
Je te vis qui cueillais de printaniers bouquets
De ta main blanche ; et dis : « Du printemps tu seras
La déesse » ; et l’Écho de répondre à voix tendre
« Déesse », se jouant, en nymphe imitatrice,
De mes souhaits ; de répéter, à peine émis,
Les soupirs si nombreux que m’inflige l’Amour
Lorsque je te contemple. Il faut que je me taise
Pour qu’il se taise – mais : qu’il me cuit de me taire !
Dis-je un mot, je subis son caquet de déesse.
Vénus, amie sournoise du printemps, attise
De ses flammes le sang généreux de nos veines,
Et l’Amour, tout aussi cruel, larde nos cœurs
De traits mordants lancés de sa main sans pitié.
« Pauvre, dis-je, de moi », « agressé de partout ! »
« Tout », me redit l’écho. « Dis-moi de qui tu parles,
Serait-ce pas d’Estelle ? » Il me répond « C’est elle »
Je sens l’oracle hélas trop exact et fatal :
C’en est fait : cette flamme allumée au printemps,
Jamais aucun hiver ne la refroidira.

***
Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

Ver anni lunaeque fuit: pars verna diei;
verque erat aetatis dulce, Sybilla, tuae.
Carpentem vernos niveo te pollice flores
ut vidi, dixi, « tu dea veris eris. »
Et vocalis « eris » blanditaque reddidit Eccho;
allusit votis mimica nympha meis.
Vixdum nata mihi simulat suspiria, formam
quae dum specto tuam plurima cudit Amor.
Si taceo, tacet illa; tacentem spiritus urit:
si loquor, offendor garrulitate deae.
Veris amica Venus fetas quoque sanguine venas
incendit flammis insidiosa suis.
Nec minus hac immitis Amor sua spicula nostro
pectore crudeli fixit acuta manu.
« Heu miser, » exclamo, « causa non laedor ab una; »
« una, » Eccho resonat; « quam, rogo, diva, refers?
Anne Sybillam? » « illam, » respondit: sentio vatem
mox ego veridicam fatidicamque nimis:
nam perii, et verno quae coepit tempore flamma,
jam mihi non ullo frigore ponet hiems.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :