Girolamo Angeriano / Hieronymus Angerianus (1470-1535) : A propos de lui-même / De se ipso

Touchant du plectre ma cithare, je chantais
Seul aux portes, dans la nuit tue, de mon aimée.
J’entendis une voix. Elle disait : « Amant,
Que tu es sot ! Les mots d’aigreur s’en vont au vent. »
« Qu’importent mes propos, lui fis-je, l’affligé
Voit ses maux en parlant bien souvent s’alléger.
Adressés à moi seul, en sont destinataires
Les astres : s’ils sont sourds, j’implorerai les pierres,
Les vents, et les nuages noirs, et ce seuil-même
Qui me bannit : ce sont mots de douleur – car j’aime. »

***

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

Dum canerem et citharam pulsarem pectine solus,
Solus apud dominae, nocte silente, fores,
Audivi, fateor, vocem. sic dixit: « amator,
Stultus es. in ventos irrita verba fluunt. »
Respondi « nil esse loquor quodcumque, sed aegrum
Saepe iuvat poenas promere voce suas.
Haec mihi, non aliis refero. sint sidera testes,
Et, si surda manent sidera, saxa precor,
Et ventos, nubesque atras, et limina, quae me
Excludunt: sunt haec verba doloris; amo. »

(in Erotopaegnion [1512])

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :