Antonio Beccadelli (1394 -1471) dit Panormita : Épitaphe de Nichina la Flamande, célèbre prostituée / Epitaphium Nichinae Flandrensis, scorti egregii

Si tu fais courte halte et lis ces vers, passant,
Tu sauras quelle gueuse est ici enterrée.

Arrachée jeune, en mon printemps, à ma patrie,
Mue par les larmes suppliantes d’un amant,
Je vis le jour en Flandre et courus l’univers
Avant de me fixer en la paisible Sienne.
J’avais pour nom ce nom célèbre : Nichina,
Et vivais au bordel dont j’étais la splendeur.

Belle, honnête, embaumant, propre comme un sou neuf,
J’avais jambes et bras bien plus blancs que la neige,
Et pas une Thaïs en ce bordel de Sienne
N’avait comme moi l’art de remuer les fesses.
Aux hommes je volais, frétillant de la langue,
D’innombrables baisers même après la bricole.
Ma couche était garnie de mainte étoffe blanche,
Mon obligeante main fourbissait les zizis.
Je prenais fréquemment des bains dans mon alcôve,
Un gentil petit chien léchait ma cuisse humide.
– Requise, telle nuit, par tout un bataillon,
Je soutins sans faillir cent assauts de cadets.

J’étais douce, avenante, à tous plaisaient mes soins :
Mais rien ne fut plus doux à mes yeux que l’argent.

***
Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

Si steteris paulum, versus et legeris istos,
Hac gnosces meretrix quae tumulatur humo:
Rapta fui e patria teneris, pulchella, sub annis,
Mota proci lacrimis, mota proci precibus.
Flandria me genuit, totum peragravimus orbem,
Tandem me placidae continuere Senae.
Nomen erat, nomen gnotum, Nichina; lupanar
Incolui: fulgor fornicis unus eram.
Pulchra decensque fui, redolens et mundior auro,
Membra fuere mihi candidiora nive,
Quae melius nec erat senensi in fornice Thais
Gnorit vibratas ulla movere nates.
Rapta viris tremula figebam basia lingua,
Post etiam coitus oscula multa dabam;
Lectus erat multo et niveo centone refertus,
Tergebat nervos officiosa manus;
Pelvis erat cellae in medio, qua saepe lavabar;
Lambebat madidum blanda catella femur.
Nox erat et, iuvenum me solicitante caterva,
Sustinui centum non satiata vices.
Dulcis, amoena fui; multis mea facta placebant:
Sed praeter pretium nil mihi dulce fuit.

(in Hermaphroditi libellus ad Cosmum Florentinum [première édition : 1791])

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :