Marcantonio Flaminio (1498 – 1550) : Bergeries / Lusus pastorales

Extraits des Lusus pastorales (Bergeries, au sens qu’on donne au terme aux XVIe et XVIIe siècles). Il s’agit d’une série d’épigrammes (29 en tout) narrant la passion d’un berger pour une bergère.  Sujet certes convenu, mais charme incomparable de ces petits tableaux.

— 8 —

Il tonne, un vent puissant fait mugir les forêts,
L’averse tombe drue sans retenir ses eaux :
Ceinte d’ailes hypnotiques, la nuit noircit
La terre aveugle en la voilant d’horribles nues.

Mais vaincu, mis aux fers inhumains de Vénus,
Je veille astreint devant le seuil de mon amante.
Sévit l’hiver, l’Auster compact dans l’air sévit,
Mais dans mon cœur plus durement sévit l’Amour.

— 21—

Ruisselet trait des eaux froidelettes des Nymphes,
Qui parmi les futaies presses ton pas fluide,
Si tu touches, mon beau, le beau clos de Phyllis
Et apaises des fruits dorés la soif ardente,
Phyllis te donnera cent baisers, qui rendront
Plus doux tes flots ravis que le miel de Sicile.

— 27 —

As-tu vu, scintillant sur les lis blancs, les gouttes
S’ébattre, à la tombée de l’averse en pluie fine,
Et la rosée perler sur les rosiers pourpres
Quand souffle, au jour naissant, quelque fraîcheur câline ?
C’est le portrait juré de Ligurine en larmes :
Cruellement, dès qu’elle pleure, Amour m’enflamme.

____________________________________________________________
Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

— 8 —

Et tonat, et vento ingenti nemus omne remugit,
Et cadit effusa plurimus imber aqua:
Noxque soporiferis alis circumdata caecam
Horrenti latebra nubis opacat humum.

Ipse tamen Veneris crudeli compede vinctus
Ad dominae cogor pervigilare fores.
Saevit hiems, Auster densissimus aere saevit,
Sed gravius nostro pectore saevit Amor.

— 21—

Rivule, frigidulis Nympharum e fontibus orte,
Qui properas liquido per nemora alta pede,
Si, formose, venis formosum ad Phyllidis hortum,
Arentique levas aurea mala siti,
Illa tibi centum dabit oscula, queis tua fiet
Dulcior Hyblaeis unda beata favis.

— 27 —

Vidisti nitidas per candida lilia guttas
Ludere, cum tenui decidit imber aqua?
Et rorem de puniceis stillare rosetis,
Cum spirat nascens frigora blanda dies?
Haec facies, haec est Ligurinae flentis imago;
Illius lacrimis me ferus urit Amor.

(In Lusus pastorales [in Carmina quinque illustrium poetarum, liber III, 1548)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :